LES BLOGUES

Pékin montre la voie en matière de réduction des émissions de gaz des ménages

23/11/2014 08:24 EST | Actualisé 23/01/2015 05:12 EST

En dépit des diatribes contre le plus grand pollueur, la Chine a mis en place le programme le plus réussi au monde pour diminuer l'emploi de combustibles polluants des ménages, ce qui améliore leurs moyens de subsistance et réduit les émissions de gaz.

La promotion de fourneaux propres pour cuisiner et se réchauffer est un aspect négligé - néanmoins critique - de la lutte pour la préservation de l'environnement et la promotion de la santé. Il est la quatrième cause de mortalité dans le monde, devant le VIH. La fumée produite par les combustibles solides, tels que le charbon, le bois et le fumier de vache, produit la même quantité de fumée que 400 cigarettes en une heure.

Ces « tueurs silencieux » causent la mort de plus d'un million de Chinois chaque année, selon les statistiques de l'Alliance mondiale pour les foyers améliorés (Global Alliance for Clean Cookstoves en anglais), une organisation à but non lucratif basée à Washington et soutenue par la Fondation des Nations Unies. Par ailleurs, 608 millions de Chinois souffrent des effets néfastes de la fumée due à l'usage de combustibles solides à l'intérieur des logements.

« Des années 1980 aux années 1990, la Chine a promu avec succès des méthodes de cuissons améliorées auprès de 180 millions de foyers à travers son programme national de fourneaux améliorés, ce qui en fait le programme le plus réussi au monde, » a souligné M. Wang Yanliang, Directeur général adjoint au sein du ministère chinois de l'Agriculture, lors du sommet des fourneaux du futur organisé à New York le 20 novembre 2014.

Les dirigeants d'organisations non gouvernementales ainsi que les responsables politiques présents ont salué les progrès de Pékin dans la lutte pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre lors de ce sommet de deux jours. Le programme national de fourneaux améliorés de la Chine est également le plus vaste, car il a amélioré la vie de près de 150 millions de ménages ruraux.

Afin de souligner l'engagement de la Chine en matière d'énergie propre, GACC, qui a organisé l'événement avec le soutien de la Fondation des Nations Unies, a nommé l'actrice chinoise Zhao Wei comme ambassadrice.

L'engagement de la Chine en matière énergétique

Malgré le fait que son niveau de pollution ait dépassé 20 fois la limite de sécurité établie par l'Organisation mondiale de la Santé en octobre 2014, la Chine est le plus grand investisseur dans l'énergie propre.

A ce titre, le 11 novembre 2014, Pékin et Washington ont annoncé un accord historique dans le but de freiner les émissions de gaz à effet de serre de 26% à 28% en dessous des niveaux de 2005 d'ici 2025. De plus, entre 1982 et 1992, le Programme national de fourneaux améliorés de la Chine, initié par le ministère de l'Agriculture en partenariat avec GACC, a permis de remplacer plus de 60% des fourneaux traditionnels des ménages ruraux.

De fait, 90% des fourneaux améliorés disponibles dans le monde ont été installés en Chine, ce qui a rehaussé le niveau de santé de la population ainsi que la qualité de l'air. Le gouvernement chinois a entièrement subventionné ces fourneaux - une stratégie clé, car le prix du carburant détermine la décision des ménages ruraux d'utiliser des fourneaux propres plutôt que des combustibles polluants.

Ce programme a également été un succès, car le gouvernement chinois a investi considérablement dans la recherche et le développement, la formation ainsi que l'information afin de sensibiliser le public chinois aux avantages pour la santé de l'adoption de fourneaux propres.

À titre d'exemple, le ministère de l'Agriculture de Chine a établi un partenariat avec GACC afin de lancer deux centres d'évaluation de marché dans plusieurs provinces, notamment Liaoning, Gansu, Henan, Hubei, Chongqing et Shaanxi. Ils ont enquêté sur plus de 3,600 ménages. Cette recherche contribuera à élaborer un programme pour fournir des fourneaux propres à 40 millions de foyers d'ici 2020 et assurer l'adoption universelle d'ici 2030.

Emblématique de l'engagement de la Chine en matière d'énergie propre, son programme national de fourneaux améliorés sera partie intégrante du 13e plan quinquennal chinois ainsi que d'autres politiques gouvernementales.

Pas à pas

Venir à bout du changement climatique demeure un défi pour Pékin, car près de 700 millions de Chinois utilisent des combustibles solides pour cuisiner et se réchauffer. La grande majorité - plus de 70% d'entre eux - provient de zones rurales. Les sources de carbone noir viennent principalement des zones industrielles du nord et du sud de ce pays en pleine industrialisation.

Toutefois, la Chine a la capacité de stimuler sa croissance économique et développer sa sécurité énergétique tout en réduisant son niveau de pollution. Une étude publiée en novembre 2014 intitulée « La Chine et la nouvelle économie du climat » menée par l'Université de Tsinghua offre des recommandations afin que Pékin relève le défi du changement climatique tout en stimulant son développement économique.

Kamilia Lahrichi est une correspondante étrangère basée en Argentine qui couvre les affaires internationales en anglais, français, espagnol et arabe. Elle est récipiendaire de la bourse de presse de la Fondation des Nations Unies à New York.

À VOIR AUSSI:

La pollution paralyse Harbin en Chine

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter