LES BLOGUES

Charte: bienvenue au cirque du malaise

26/09/2013 12:27 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

Le mot «Maghrébins», je l'ai peut-être entendu plus de fois la semaine dernière que durant mes 13 années passées au Canada.

Que se passe-t-il ? On nous informe qu'il y a un malaise à cause d'eux. Subitement, plusieurs Maghrébins ont l'impression d'avoir été nommés, contre leur gré, ambassadeurs d'un Maghreb dans lequel ils ne vivent plus. Malgré leur loyauté à leur société d'accueil, ils ont l'impression de subir de plein fouet l'obsession de faire passer une charte.

Soyons clair : je voyais ce scénario depuis longtemps et je partage le malaise que ressentent mes concitoyens québécois (de souche ou pas souche). Moi aussi, je trouve inadmissible qu'une femme plonge dans une piscine avec tous ses vêtements.

Cependant, la manière de faire face au malaise n'est pas au rendez-vous.

VOIR AUSSI: Tous les blogues du HuffPost sur la Charte des valeurs

Récemment, je discutais avec un ami montréalais d'origine marocaine au téléphone. Voici un extrait de la discussion :

Moi : Alors qu'est-ce que tu penses de la charte ?

Lui : J'ai fait 1:29 au demi-marathon de Montréal.

Moi : Bravo! Mais que penses-tu de la charte?

Lui : Quelle charte?

Moi : Tu sais très bien de quoi je parle.

Lui : Ok. Tu veux savoir. Quand tu fais ton épicerie, tu ne ressens pas un malaise quand tu vois 10 femmes voilées autour de toi? Elles ne réalisent pas que tous les médias ne parlent que d'elles? Eh bien, ça me touche aussi, même si je n'ai rien à voir avec la religion. De plus, moi aussi j'aimerais que Foglia, le célèbre journaliste me souhaite la bienvenue comme les Français. Pourquoi il ne le fait pas pour les maghrébins?

Mon ami faisait référence à une chronique dans laquelle Pierre Foglia souhaitait la bienvenue à la vague importante de Français qui s'est installée à Montréal.

Il y eut long silence de mon côté. Je ne sus quoi dire, car je réalise que ce pseudo-débat est tellement stigmatisant et... hallucinant. Même les gens sans histoire ou religion se sentent concernés.

Le malaise est là. Nous ne pouvons pas le nier. Je me mets à la place d'un Québécois moyen, appelons-le Réjean, qui n'a vu que des Brazeau et des Tremblay autour de lui. Un jour, il voit une femme voilée dans son autobus qui le mène au travail. Cinq ans plus tard, elles sont 10 dans son autobus habituel ! Eh bien cette personne, je la comprends.

Mais la manière n'est pas au rendez-vous pour calmer l'anxiété de Réjean. Faut-il stigmatiser Fatima et Khadija pour plaire à Réjean? Ces femmes ont donné du sens à leur vie comme Jennifer en Oklahoma, la fermière qui ne rate pas sa messe du dimanche. Le plus ridicule c'est qu'on ne cesse de pointer du doigt leurs maris Saïd et Rachid. Car j'en connais qui étaient surpris et même déçus de voir leurs femmes mettre le voile après six mois de mariage alors qu'ils n'ont rien demandé.

Je ne défends pas le hijab, mais quand nous faisons un choix d'accepter des immigrants, assumons-le et respectons-le. Fatima et Khadija tiennent avant tout à la valeur la plus chère à tous les Québécois: la liberté. Cessons de les infantiliser en présumant qu'elles sont parties de leur pays pour se libérer de leur voile. Plusieurs d'entre elles, dans leur système de pensée, pensent que c'est justement leur expression d'une certaine liberté. Laissons-les vivre leur choix et peut-être un jour elles l'enlèveront.

Malheureusement, nous avons choisi un raccourci purement idéologique et électoraliste. Je n'ai pas l'impression que nous assistons à un débat. Mais plutôt à un cirque de malaise. Avec son lot d'acrobates intellectuels en mal de reconnaissance et de clowns de tout genre.

Avouons-le, la Charte ne vise pas les grandes valeurs tel que l'égalité ou la justice. Des gens pressés veulent acheter la paix de ceux qui ignorent la complexité du monde où on vit. Aux auteurs de ce fiasco, je leur dis, faites demi-tour avant que les « Maghrébins » choisissent d'aller ailleurs.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.