LES BLOGUES

Le fractionnement du revenu n'est pas un investissement judicieux pour les Canadiens

04/11/2014 01:00 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

Depuis des générations, le Canada a été bâti par des gens qui travaillent avec acharnement et qui veulent s'assurer que leurs enfants auront une meilleure vie qu'eux. Et tous les jours, les Canadiennes et les Canadiens de la classe moyenne continuent de le faire. Cependant, les temps sont durs pour les millions de Canadiens qui essaient simplement de joindre les deux bouts, d'épargner pour les études de leurs enfants ou en prévision de leur propre retraite. La faiblesse de notre économie a un impact sur le marché de l'emploi. C'est la raison pour laquelle un excédent budgétaire fédéral doit être investi à bon escient.

Le fractionnement du revenu n'est pas un investissement judicieux pour les Canadiens. Cette mesure entraînera la dépense de la quasi-totalité de l'excédent fédéral sans profiter à la plupart des gens et sans créer un seul emploi.

Certes, la politique annoncée par le premier ministre Harper profitera à quelques personnes. En fait, malgré les changements apportés par les conservateurs à cette mesure, elle profitera surtout aux personnes les plus aisées de notre société. Près de la moitié des avantages iraient à ceux qui gagnent plus de 125 000 dollars par an.

En bref, M. Harper semble croire que les Canadiens qui en ont le moins besoin devraient être ceux qui en profitent le plus. Ce n'est pas équitable.

Non seulement le plan de M. Harper ne profite pas aux Canadiens de la classe moyenne, mais il compte en plus sur eux pour le financer. Pensez à une mère monoparentale, avec un seul revenu, qui doit travailler dur pour s'assurer qu'elle peut offrir à sa famille un logement convenable, que le frigo est toujours rempli et qu'il y a de l'essence dans la voiture. Elle est également préoccupée par la nécessité de mettre de l'argent de côté pour l'avenir. Pendant ce temps, à cause des hausses de droits tarifaires annoncées par les conservateurs sur des milliers d'articles ménagers, de nombreux produits, du nouveau vélo au nouveau téléviseur, coûteront bientôt encore plus cher.

C'est donc cette mère monoparentale qui, selon M. Harper, devrait payer pour que des personnes qui font le double ou le triple de son revenu puissent obtenir un allégement fiscal de 2 000 $.

Et au profit de qui? Probablement pas du vôtre. Si vous et votre conjoint gagnez à peu près le même revenu, oubliez le fractionnement du revenu; vous n'en profiterez pas.

Cette mesure ne constitue tout simplement pas une bonne façon d'aider les familles canadiennes de la classe moyenne. Le gouvernement offre un cadeau aux familles aisées avec des milliards de dollars des contribuables.

Depuis que je suis chef du Parti libéral, ma priorité a été de bâtir un Canada meilleur pour la classe moyenne. Nous avons la responsabilité de faire en sorte que le travail que tant de Canadiens accomplissent avec acharnement, jour après jour, ne soit pas vain. Nos enfants méritent d'hériter d'un Canada qui est juste et qui donne à chacun la chance de réussir.

Plutôt que de mettre en œuvre des allégements fiscaux à court terme pour les riches, le gouvernement devrait plutôt investir notre excédent dans des programmes et des projets qui profiteront le mieux à la population canadienne, maintenant et à long terme. Des investissements judicieux dans les infrastructures créeront des emplois à court terme et prépareront le Canada à relever les défis de l'avenir sur des bases solides.

Les Canadiens ont fait des sacrifices pour que notre gouvernement fédéral ait un excédent à déclarer. Maintenant, il est temps qu'il soit réinvesti comme il se doit au profit du plus grand nombre de personnes possible. Les investissements, dans l'innovation, l'enseignement supérieur et la santé, en respectant les compétences des provinces, seront plus rentables qu'un allégement fiscal ciblé pour les électeurs conservateurs.

Parce que c'est bien de cela qu'il s'agit. Le fractionnement du revenu est une politique cynique, conçue par un gouvernement à bout de souffle et à court d'idées, qui sort en prévision de la prochaine campagne un éventail de mesures qui sentent le réchauffé. Ne vous méprenez pas : il ne s'agit pas d'une tentative de mettre fin aux inégalités croissantes au Canada ni d'une bonne façon d'utiliser les surplus budgétaires à l'avantage de l'ensemble de la population.

Les conservateurs affichent le pire bilan de croissance de l'histoire depuis le gouvernement de R.B. Bennett pendant la Grande Dépression. Même eux savent que le fractionnement du revenu ne fera pas croître l'économie et ne créera aucun emploi. Ils savent qu'il n'aidera pas le Canadien moyen.

Le Canada doit veiller à ce que la classe moyenne se développe, et à ce que notre pays reste concurrentiel sur le marché mondial. Mais tout ce que M. Harper souhaite, c'est de se faire réélire. Cette politique n'aidera pas les Canadiens. Au lieu de cela, elle nous divisera : ceux qui profiteront de l'allégement fiscal de M. Harper, contre la majorité qui n'en profitera pas.

Nous pouvons faire beaucoup mieux que d'instaurer des allégements fiscaux à court terme pour les riches. Nous pouvons instaurer des prestations qui aident réellement la classe moyenne et ceux qui veulent y accéder. Nous pouvons renforcer la sécurité de la retraite au Canada. Des investissements judicieux dans les infrastructures et l'innovation permettront de créer des emplois et de faire croître l'économie. Voilà comment nous pouvons faire en sorte qu'un surplus profite vraiment à l'ensemble de la population. Nous pouvons bâtir un Canada concurrentiel, novateur et prospère. Par-dessus tout, nous pouvons bâtir un Canada qui offre des perspectives d'avenir à tous les Canadiens, et pas uniquement à ceux dont le premier ministre a besoin pour se faire réélire.

Au lieu de chercher à diviser la population, bâtissons plutôt un Canada meilleur pour tous les Canadiens.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les pays qui taxent le plus et le moins

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter