LES BLOGUES

Le pseudonyme: une espèce en voie de disparition?

01/06/2013 10:27 EDT | Actualisé 01/08/2013 05:12 EDT
Shutterstock
a yellow balloon over a persons ...

Il n'y a pas si longtemps que ça, le pseudonyme était roi et maître sur Internet. Sur les forums, les jeux en ligne, le clavardage et les blogues, nous surfions sous une identité couverte et anonyme. Depuis l'arrivée des réseaux sociaux, les mœurs ont bien changé: Google recommande d'utiliser sa vraie identité partout sur Internet, grâce à Google+ et Google Authorship, pendant que Facebook impose une identité réelle autant sur son site que sur Facebook Connect. De l'autre côté, Reddit et Twitter défendent le droit de commenter et de publier sous un pseudonyme, préservant l'anonymat. Le débat, qui ne date pas d'hier, fait encore rage aujourd'hui: devons-nous surfer de manière anonyme pour protéger notre identité ou devons-nous nous présenter en ligne comme nous le faisons dans la vraie vie?

Une identité qui s'étend partout

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a déclaré en 2010 que «posséder deux identités différentes est un exemple de manque d'intégrité». La position du réseau social le plus populaire au monde est donc très claire. Par ailleurs, le roi des réseaux sociaux s'étend à travers le Web grâce à Facebook Connect et à son module social de commentaires disponible sur un très grand nombre de blogues: les gens doivent donc utiliser leur véritable identité afin d'échanger avec les autres utilisateurs. Google, de son côté, possède une philosophie similaire. Le réseau social Google+ impose, lui aussi, de s'inscrire en utilisant sa véritable identité. Cette même identité est utilisée sur tous les services Google, de son téléphone intelligent Android jusqu'à l'historique du navigateur Google Chrome.

Une identité unique pour augmenter sa visibilité

Cette identité unique possède toutefois des avantages: Google+ possède dans ses rangs beaucoup de blogueurs et de chefs de file dans le domaine du Web. En effet, le réseau social, jumelé à Google Authorship, pousse le concept de l'identité unique à un autre niveau. Ce mécanisme permet de signer numériquement le contenu rédigé partout à travers le Web à son auteur original. Cette signature numérique permet l'affichage d'une photo de profil ainsi qu'un lien vers le profil Google+ de l'auteur lorsque la page apparait dans le moteur de recherche Google. Ces articles signés ont un plus grand intérêt et accrocheront davantage l'œil des internautes. Google favorise les auteurs populaires grâce aux cercles et aux +1 de Google+. Or, ceux qui utilisent déjà Google Authorship et qui bâtissent un réseau de cercles sur Google+ augmentent leurs chances de bénéficier d'un meilleur positionnement sur les moteurs de recherches. Google Authorship est un incontournable, notamment pour les spécialistes SEO, les blogueurs, les journalistes indépendants, les artistes et les rédacteurs de marketing de contenu.

Le billet se poursuit après la galerie

Les plus grands pays virtuels


Les avantages de l'anonymat

Malgré ses avantages, le concept d'identité unique fait face à beaucoup d'opposition. Pour plusieurs, utiliser son véritable nom sur la toile semble être un handicap plutôt qu'une bénédiction. Au Canada, on n'a qu'à penser aux professeurs voulant séparer le travail des loisirs et aux victimes d'intimidation ou de harcèlement. Ailleurs dans le monde, là où la liberté d'expression n'existe pratiquement pas, l'anonymat permet à plusieurs personnes de militer sans mettre leur vie en danger. C'est pourquoi Twitter permet à ses utilisateurs de tweeter sous le couvert de l'anonymat. Pour Reddit, le site Web communautaire de marque-page social (social bookmarking), l'anonymat fait partie intégrante de la popularité du site: les internautes échangent des liens et des opinions sur des sujets sensibles, sans craindre les représailles de leur entourage. Sur Reddit, la philosophie est différente: c'est l'anonymat qui permet aux gens de dévoiler qui ils sont vraiment... un peu paradoxal!

Les géants du Web dictent la façon dont nous surfons sur la toile. Il faut, par exemple, se conformer aux règlements de Facebook et accepter ses mises à jour périodiques pour continuer à l'utiliser. Il faut également accepter les politiques de confidentialité interminables de Google pour bénéficier de ses fabuleux services gratuits. Au final, qu'on écrive sous le couvert d'un pseudonyme ou avec sa véritable identité, l'important est de bien savoir gérer ce que nous publions sur la toile. Comme le dit si bien le proverbe: «Les paroles s'envolent, mais les écrits restent!»

Selon vous, est-ce que publier sous sa vraie identité enrichit vraiment l'expérience sociale du Web?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les dix commandements de Facebook