LES BLOGUES

Les tribulations d'un croque-mort

31/10/2013 10:03 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

Vous en conviendrez, les thanatologues ont une vie professionnelle qui sort de l'ordinaire. Plusieurs facettes de leur métier fascinent et suscitent énormément de questions. Avis de décès, les tribulations d'un croque-mort est un recueil ayant pour objectif de mettre en lumière certains aspects mystérieux du métier. De même, l'auteur partage des histoires tantôt touchantes, surprenantes et tantôt amusantes et spéciales.

Il écrit : « J'ai toujours considéré que la meilleure façon d'aborder le sujet de la mort consistait à y aller avec franchise et aplomb. Il suffit de prendre soin de choisir les bons mots. » Il me semble qu'il y parvient bien dans ce livre. Évidemment, certaines anecdotes communiquées par l'auteur sont troublantes. Cela est dérangeant à l'occasion. Il vaut mieux en être avisé avant d'entamer la lecture!

style="float:

Au fil du livre, il nous informe sur plusieurs éléments, dont les raisons qui l'ont poussé à étudier et pratiquer la thanatologie. Il nous renseigne sur les tâches qu'il doit mener à bien sur le corps d'une dépouille, la manière de fonctionner lorsqu'il est appelé sur les lieux d'un décès par pendaison, le transport des corps, les différentes phases du deuil et certains aspects biologiques reliés au corps d'une personne décédée. Bref, il nous donne accès à l'envers du décor, avec un respect évident et une passion claire pour ce domaine.

Aux gens qui lui demandent souvent s'il a peur des morts, il répond : « Tout au long de ces années à côtoyer des défunts, je constate une chose fondamentale. Un mort ne présente aucun risque, sauf peut-être si on regarde du côté de la contamination biologique. Le statut de cadavre confère un état de quiétude et de tranquillité. Ses yeux éteints ne convoitent ni ne dénigrent, ils n'affichent ni jugement, ni arrogance. Sa bouche inerte ne peut mentir, rabaisser, médire ou discriminer. Ses mains raidies par le froid de la mort, ne peuvent frapper, voler, abuser ou torturer. [...] Enfin, son cœur sans vie ne peut trahir, rejeter, haïr ou oppresser. Alors, vous me demandez si j'ai peur des morts? Non, je crains davantage les vivants. » Plutôt évocateur comme réponse, n'est-ce pas?

Nous passerons tous inévitablement par ce passage obligé qu'est la mort. Pourquoi ne pas se renseigner sur le sujet, alors? L'auteur, qui a rencontré l'amour dans le cadre de ses fonctions, possède un talent évident pour l'écriture et beaucoup d'humour. Son premier livre est à découvrir si, comme moi, vous êtes curieux de découvrir les côtés obscurs d'une profession peu connue, mais essentielle.

L'auteur:

Daniel Naud évolue depuis une vingtaine d'années dans le domaine funéraire. Avec ce livre, il joint deux de ses passions : les sciences et la littérature.