Julie Niquette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Niquette
 

La vie comme avec toi par Geneviève Lefebvre

Publication: 19/10/2012 11:04

Vous êtes retraité de la police, célibataire et sans enfant. Vous menez une vie tranquille. Vous savez déjà de quoi seront faits les jours à venir. Toutefois, un matin, un appel vient changer le cours de votre vie : vous apprenez l'existence d'un adolescent de 14 ans qui est le vôtre. C'est la réalité de Martin Desmarais qui décide de partir, malgré les doutes, à Esperanza Island en Colombie-Britannique, pour aller le chercher et prendre ses responsabilités. Son ami, Antoine Gravel, scénariste, l'accompagne dans ce périple surprenant. Pour le soutenir dans cette aventure ou pour fuir sa propre réalité familiale? La mère de l'adolescent est morte éventrée. Aussi, des indiennes disparaissent, mais les habitants de l'endroit demeurent indifférents.


Dès les premières pages, les chapitres courts contribuent à créer le rythme qui sera présent jusqu'à la fin. Rapidement, Geneviève Lefebvre parvient à nous plonger au cœur d'un milieu sombre, complexe, violent et lourd qui, parfois, compte aussi des éclaircis. La vie à Esperanza Island a bien peu à offrir à ses habitants, si ce n'est que les paysages et la mer qui se déchaîne comme eux. Sa façon de décrire ces lieux est crédible et vraisemblable, malgré que dans les faits, cet endroit soit le fruit de l'imagination de l'auteure.


la vie comme avec toi


Geneviève Lefebvre a une façon imagée et claire de tracer efficacement le profil de certains personnages. Elle écrit : « Entre la nuit noire de sa naissance et le jour gris de sa mort, la vie d'Angie Miller aura été à l'image du courant qui monte avec la marée dans le « Strait of Georgia » : un flot furieux, coincé entre les îles et le continent, animal pris au piège qui ne sait pas comment échapper à son destin trop étroit. » Antoine Gravel, un des deux personnages principaux, nous propose aussi des réflexions qui font du sens: « Tant que nous restons sur la route assignée, nous ne voyons rien. Il faut du courage pour traverser le mirage et dissiper l'illusion. »

Dans un univers violent où la douleur parle plus que les mots, un autre personnage dit: « Antoine, c'est pas les coups qui font mal, c'est les caresses que t'as pas eues. » Simple, criant de vérité et juste. Malheureusement.

On met en scène des gens qui portent un lourd passé. Tristement, cela vient teinter, plus souvent qu'autrement, la vie de leurs enfants. Et la situation difficile perdure...

La vie comme avec toi, c'est voir des hommes qui se comprennent en peu de mots et qui tentent d'apprendre à devenir père. C'est d'être témoin du langage des poings au lieu de l'usage des mots. C'est de ressentir le poids de ce silence et la douleur lancinante que des gens ressentent, mais qu'ils étouffent et taisent. C'est de constater que l'éloignement et l'absence d'autorités policières à proximité peuvent avoir un impact sur le quotidien des habitants d'une région. C'est de faire la rencontre, malgré sa mort, d'une femme violente et manipulatrice au-delà de l'entendement.

La vie comme avec toi, c'est lire un polar écrit avec réalisme et qui vous donne le sentiment de regarder un film. C'est aussi de découvrir l'auteure qui sait faire parler et évoluer deux personnages principaux masculins avec justesse et simplicité.

C'est une lecture que j'aurais aimé voir se prolonger. Petite mise en garde : si vous ne lisez pas l'anglais, comme l'action se passe principalement en Colombie-Britannique, il se peut que quelques phrases vous échappent.

L'auteure
Auteure, scénariste, traductrice et chroniqueuse, Geneviève Lefebvre écrit pour la télévision, le théâtre et la presse. Son premier livre a pour titre Je compte les morts, il est paru aux Éditions Libre Expression. Depuis juin 2006, elle est l'auteure du blogue de fiction et d'opinion Chroniques blondes, qui connaît un vif succès. En 2008, elle crée, réalise et produit une série de fiction web, chez Jules.

 
Suivre Le HuffPost Québec