LES BLOGUES

Situation délicate: « Pas de problème » est un problème

09/09/2014 12:24 EDT | Actualisé 09/11/2014 05:12 EST

Texte révisé suite aux commentaires des lecteurs du Huffington Post Québec. Merci pour vos opinions!

Situation délicate:

Je suis irritée et je me dois de vous en parler!

Peut-être pas tant que ça, mais pas mal agacée et je pense que je dois vous informer; faire un rappel aux bonne formules de politesse.

Quelqu'un peut-il me dire depuis quand «Pas de problème» est devenu la nouvelle phrase de service?

Depuis au moins deux ans, il y a une tendance, je pourrais même dire que c'est un mouvement, qui laisse les spécialistes de l'étiquette et les linguistes assez perplexes. Les nouvelles recrues interchangent «Pas de problème» au lieu de «Il n'y a pas de quoi», «De rien», «Cela me fait plaisir», «Tout le plaisir est pour moi», «Oui, tout de suite» ou «Je suis désolé».

Après avoir entendu au moins quatre «Pas de problème» au cours d'un week-end, j'ai une petite montée de lait. Je me soulage donc, dans ce billet de blogue, en vous écrivant les remplacements corrects de ce slogan accrocheur.

Tout a commencé le week-end dernier. J'ai appelé mon fournisseur de téléphone cellulaire pour me renseigner sur un nouveau forfait de minutes, textes et internet.

Après que le représentant ait résumé les caractéristiques et le coût, j'ai dit «Je vous remercie.» Ce à quoi il a répondu «Pas de problème ». Pardon? Problème? Je ne savais pas qu'il y avait un problème. Je n'avais pas de problème et je ne me souviens pas d'avoir été informé qu'il y avait un problème avec ce forfait.

À titre de représentant de service, les phrases de politesse acceptables pour «Merci» sont : «Il n'y a pas de quoi» ou «Cela me fait plaisir». Toutes deux indiquent l'appréciation et la reconnaissance pour ses clients ou même ses collègues et supérieurs.

L'automne est dans l'air et je suis allé magasiner pour un nouvel imperméable. J'avais besoin d'une grandeur qui n'était pas sur le plancher de ventes. J'ai demandé à la vendeuse si elle pouvait vérifier l'inventaire en arrière-boutique. En prenant le vêtement avec elle, elle m'a regardé en énonçant «Pas de problème». Bien sûr, il n'y a pas de problème Madame. Il est de votre devoir d'aller trouver ma taille. Tout comme c'est le travail du serveur, d'aussi apporter les condiments qui accompagnent votre hamburger et vos frites, au restaurant du coin.

Quand on vous demande de faire quelque chose qui fait partie de votre description de poste, les réponses appropriées sont «Cela me fait plaisir», «Tout de suite» ou «Oui, bien sûr».

Pour couronner la liste des exemples de cette expression contagieuse est la nouvelle assistante de ma bonne amie. Elle est pétillante et efficace. Mais, elle mâche de la gomme à longueur de journée tout en réservant les prochains rendez-vous des clients à leurs sorties de son bureau. Les clients sont accueillis par un tourbillon de gomme dans sa bouche.

La gomme à mâcher! Oh la la c'est un tout autre billet de blogue! Mais pour faire une longue dissertation courte : selon moi, cette fâcheuse habitude aussi à la mode, devrait être une activité solitaire. Mâchez à pleine bouche, se fait seul devant son écran, dans sa voiture ou... Mais pas devant moi. Voilà!

Je continue. Lorsque ma copine a demandé à son adjointe d'arrêter de mâcher de la gomme au boulot, elle a répondu «Pas de problème» pour ensuite cracher son chewing-gum à la poubelle... Dans ce cas, il y avait un problème. Cette mauvaise coutume rafraichissante était le problème. En utilisant ce trio de mots à la mode, l'employée s'est débarrasse de la reconnaissance de sa responsabilité. Sa réponse aurait dû être : «Je suis désolée. Cela ne se reproduira plus».

Je pourrais continuer. Et surtout, ne me relancez pas avec l'ultra décontracté «Pas de prob» ou «No problemo»!

«Pas de problème» insinue que votre client, collègue ou supérieur vous fait une demande problématique. En réalité, ils se tournent vers vous pour vous demander de faire votre travail ou de répondre à leur direction; ce qui fait également partie de votre travail. Servir, aider ou collaborer est ce que la plupart d'entre nous faisons au quotidien, sans problème.

«Pas de problème» nie l'échange poli et la position de service dans laquelle vous êtes.

Ainsi, vous vous demandez, quand «Pas de problème» s'applique. La formule s'applique lorsque vous allez au-delà des attentes.

Disons que par un beau vendredi d'automne, vous apportez un café latte à la citrouille à votre collègue. Elle dit «Merci». Dans ce cas, vous pourrez répondre «Pas de problème». Lui apporter cette gâterie préférée n'a pas été un problème; vous étiez déjà à vous procurer cette gourmandise pour vous même et vous vous êtes remémoré combien elle aussi l'appréciait. Personnellement, même dans ce scénario, je dirais «Bienvenue».

La prochaine fois que vous avez envie du tact au tact, de donner cette réponse éclaire, envisagez d'utiliser «Il n'y a pas de quoi», «Cela me fait plaisir», «Oui, tout de suite» ou «Je suis désolé».

Comme je conclus d'écrire ce billet, je viens de recevoir un courriel d'un collègue. Il le conclut avec Cheers. Hmmm...Vous me portez un toast? Est-il dans un bar? Est-ce qu'il travaille en picolant? Ça aussi c'est un tout autre billet.

À votre service!

Évitez de faire gaffe en vous procurant le nouveau livre de Julie, Quoi dire, comment faire et quand? publié chez Béliveau éditeur. Écrivez à Julie, aimez sa page Facebook, visitez son site web ou, suivez-la sur Twitter. Vous préparez une conférence ? Appellez-la au 613.292.9526. Elle vous préparera une activité de formation dynamique, qui fera rayonner toute votre équipe

Règles de savoir-vivre à table et dans le monde