Julie Blais Comeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Blais Comeau
 

Situation délicate : Dénoncer le harcèlement sexuel en cinq étapes

Publication: 24/04/2013 07:46

Situation délicate :

J'ai récemment commencé un nouvel emploi, il y a tout près d'un mois. J'ai fait un changement de carrière dans l'espoir de réduire ma charge de travail et le stress, mais ouf...ce n'est pas vraiment mieux de l'autre côté de la clôture. Même si j'apprécie mon nouveau travail, l'environnement, hyper macho, est presque insupportable.

Traditionnellement, des hommes ont occupé mon poste. Pour cette raison, et à cause de mon expérience dans un environnement à prédominance masculine, je croyais savoir à quoi m'attendre. Cependant, cet environnement semble franchir la ligne du professionnalisme et de la décence en milieu de travail.

Même si, à plusieurs reprises, j'ai demandé de ne pas être incluse dans des conversations méprisantes et dénigrantes envers les femmes, ils insistent. J'entends régulièrement des phrases, qui me gênent de vous écrire. Je me fais aussi poser des questions sur mes préférences sexuelles. Des vidéos, des images offensantes et des magazines pornographiques font régulièrement le tour de la table pendant l'heure du lunch.

J'ai apporté ces incidents à l'attention de la direction et rien n'a été fait. J'ai également parlé avec d'autres femmes, dans l'entreprise et leurs conseils étaient de simplement passer l'éponge, d'en rire ou de faire semblant que ça ne me dérange pas.

Je ne peux pas laisser aller ces comportements. Je suis vexée et même indignée et ne sais plus quoi faire ou vers qui me tourner.

Merci de m'éclairer.

Solution(s) :

Je vous remercie de votre confiance.

Depuis votre arrivée dans l'équipe, l'environnement de travail n'est plus exclusivement masculin. Votre malaise et le sentiment que les comportements et propos actuels tolérés, franchissent la ligne d'un environnement de travail juste et équitable, vers celui du harcèlement sexuel, qui met les femmes mal à l'aise, sont valides.

Vous avez été exposé à des commentaires désagréables, des photos et des vidéos qui sont offensants pour les femmes. Qu'ils soient graves ou généralisés, ils peuvent s'appliquer aux allégations d'harcèlement sexuel.

Selon nos tribunaux, tous les milieux de travail canadiens devraient être libres de mots et de gestes qui mettent en péril le droit de l'employé à l'équité, la tolérance, la liberté et la sécurité.


Le harcèlement sexuel est considéré dès qu'un employé se sent victime de discrimination, d'intimidation ou lorsqu'il a un malaise face à ce qu'il voit et entend dans son milieu de travail.

D'après ce que vous m'avez partagé, vous avez fait, à date, tout ce qu'un employé doit faire, lorsqu'il se trouve dans un milieu de travail harcelant. Vos seules autres options sont: de déposer une plainte auprès de votre syndicat, si vous en avez un, auprès des normes du travail et/ou des droits et libertés et d'ultimement quitter votre emploi.

Ces «situations délicates» sont émotionnellement drainantes. Elles concernent le sexe et le pouvoir. Elles sont difficiles pour les nouvelles recrues, mais aussi pour les professionnels chevronnés.

La perte d'emploi, être surpassée pour une promotion, l'anxiété, des maux physiques ainsi que la diminution de productivité et de concentration, sont des conséquences réelles du harcèlement.

Comme avec la plupart des 'situations délicates' au travail, ma première solution est généralement de suivre la politique, les procédures et/ou les directives de résolutions de conflits, de l'employeur.

À ce stade-ci, sans avoir tous les détails des incidents et de votre milieu de travail, y compris si votre employeur dispose de lignes directrices, de mon point de vue, il semble que vous ayez fait les bonnes choses dans le bon ordre.

1. Affirmer fermement sa désapprobation.

C'est ce que vous avez fait et à plusieurs reprises.

À l'intention des lecteurs qui se trouvent aussi dans une situation similaire, voici quelques conseils pour remédier à la situation :
∗ Assurez-vous d'avoir un contact visuel direct avec la personne concernée.
∗ Donnez une description précise de ce qui est inapproprié et vous rend inconfortable.
∗ Si la personne répète ces paroles ou ces actions, restez ferme dans votre demande en réaffirmant que ce n'est pas acceptable.
∗ Ajoutez que s'ils répètent, vous les signalerez.

2. Parler à son supérieur et/ou son représentant syndical.

Vous avez déjà approché votre supérieur, mais à date, il n'y a pas de changements apparents.

Si vous faites partie d'un syndicat, suivez la procédure de règlement des griefs et sollicitez l'accompagnement dans ce processus, auprès de votre représentant.

3. Solliciter l'appui de ses pairs.

Je suis aussi surprise que vous que les autres femmes, en qui vous avez confié votre malaise, acceptent ce comportement. Peut-être ont-elles peur de perdre leur emploi ou d'avoir des répercussions de la part de votre employeur?

À l'interne, vous avez déjà fait ces trois premières étapes, mais sans changement. Vous avez dénoncé votre inconfort aux employés et mentionné les comportements dérangeants aux gestionnaires. La prochaine étape est de vous retourner vers les autorités, à l'extérieur de votre bureau.

4. Déposer une plainte officielle.

Si vous ne l'avez pas déjà fait, assurez-vous de documenter clairement les incidents.
∗ Faites ceci le plus rapidement possible, avant que votre mémoire vous joue des tours.
∗ Vos preuves doivent inclure : les dates, les heures ainsi que les personnes présentes au moment de vos inconforts.
∗ Ajoutez autant de détails que possible.
∗ Faites une copie des documents et gardez-la chez vous.
∗ Vous pouvez même partager cette information avec un confident.
∗ Une fois que vous avez un dossier étoffé, vous êtes prêt à déposer votre plainte.

5. Chercher d'autres opportunités d'emploi pour finalement quitter son poste, vers un environnement de travail juste et respectueux.

Parfois, rarement je l'espère, quitter son emploi est la meilleure option pour l'employé, sa santé, sa sécurité, sa carrière et son bienêtre général.

Bonne chance et bon courage.

Vous vivez une situation délicate? Trouvez réponse à votre question en : visitant le site web de Julie, lui écrivant par courriel, ou sur Facebook. Julie est aussi disponible pour votre prochaine conférence.

 

Suivre Julie Blais Comeau sur Twitter: www.twitter.com/EtiquetteJulie

Suivre Le HuffPost Québec