Julie Blais Comeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Blais Comeau
 

Situation délicate : Adieu l'intimité dans les bureaux à cubicules

Publication: 14/09/2012 08:25

Situation délicate:
Suite à une décision de la maison mère de notre société, depuis mon retour de vacances, nous sommes déménagés dans de nouveaux bureaux. Nous sommes partis du centre-ville et nous nous retrouvons maintenant dans le parc industriel. Je suis partie d'un beau bureau avec une porte et belle fenêtre sur la rue, pour maintenant me retrouver dans un bureau à cloison.

Je m'ennuie de mon intimité, mais ce qui me dérange le plus sont les constantes interruptions de mon voisin de gauche. Il prend régulièrement des appels personnels sur son cellulaire, utilise le mode mains-libres pour parler avec ses clients, se parle lui-même en travaillant et n'hésite pas une seconde à se pointer la tête par-dessus notre muret mitoyen pour jaser quand il en a envie...ouf!

Je porte régulièrement mes écouteurs pour bloquer ses sons mais il y a des jours ou je préfèrerais me concentrer sans mes oreilles chou-fleurs. Que puis-je faire pour retrouver ma paix et ma concentration sans l'insulter?

Solution(s):
Afin de réduire les couts de location et de maximiser l'espace, depuis la dernière décennie, plusieurs compagnies québécoises, comme la vôtre, optent pour les postes de travail modulaires. L'intention originale de ces stations était de permettre des échanges conviviaux pour accroître la collaboration et la créativité. La petite bête noire de ces nouveaux bureaux est majoritairement le manque d'isolation au niveau du son. Tout comme vous le vivez présentement.

Avec des murs plus que petits que la personne moyenne, les sons de vos voisins passent par-dessus et viennent s'installer chez vous. C'est un fait que les petits mots doux de votre collègue à sa bien-aimée, sa sonnerie disco de cellulaire, ses négociations en cliquant son stylo et même le claquement de ses 'gommes ballounes' affectent votre productivité. Alors comment y remédier?

Si vous vous entendez bien avec votre collègue, je vous suggère de l'approcher, en privé, pour en discuter. Vous pourriez commencer votre échange avec quelque chose comme : «C'est pas toujours évident ce nouvel arrangement de travail. Il y a des fois ou je trouve cela pas mal difficile de me concentrer. Est-ce la même chose pour toi? Je propose qu'on essait tous les deux de faire attention et qu'on se donne la permission de se faire des petits rappels. »

Si vous n'êtes pas en si bons termes avec votre voisin de gauche, je vous suggère de commencer de la même façon et d'ensuite ajouter des exemples. « C'est pas toujours évident ce nouvel arrangement de travail. Il y a des fois ou je trouve cela pas mal difficile de me concentrer. Est-ce la même chose pour toi? Je suis une personne assez discrète mais je dois t'informer que j'entends facilement tes conversations personnelles. »

Si vous n'êtes pas très confortable avec votre voisin, je vous suggère d'en parler avec votre supérieur ou les ressources humaines. Pour se plaindre des irritants d'un collègue il est préférable de prendre un rendez-vous en personne au lieu d'avoir recours au courriel. Les écrits restent et ils pourraient être mal interprètes par qui de droit le lira. Préparez-vous pour la rencontre en documentant bien dos doléances avec des exemples concrets. Assurez-vous d'apporter des solutions à votre problème, comme : la possibilité d'avoir accès à une salle ou un bureau pour permettre aux employés de faires des appels personnels importants.

Si votre supérieur ou les ressources humaines ont reçues plusieurs plaintes similaires la solution pourrait être d'avoir une session de remue-méninges, avec toute l'équipe de travail, pour établir ensemble des lignes directrices pour l'étiquette sensorielle : sons, odeurs (sandwich au thon oublié dans la corbeille ou souliers enlevés en fin de journée) et visions (écrans de veille ou affiche non appropriés) pour créer un environnement de travail avec un minimum d'irritants.

Lorsque je fais cet exercice pendant mes ateliers sur la civilité en milieu de travail, ces 13 règles reviennent souvent. Elles pourraient vous inspirer.

Dernièrement, pour tous les employés dans un environnement sans porte je recommande de fabriquer et d'utiliser une affichette recto-verso, similaire à celle qu'on accroche sur la poignée de la porte d'hôtel, pour signaler : 'Ne pas déranger' ou de l'autre côté 'À votre service'. Faites-vous plaisir en ajoutant un brin d'humour avec des images rigolotes. Cette initiative devrait aussi minimiser les rebondissements de tête de vos voisins, au-dessus de votre muret.

Puisqu'il est souvent difficile de se défaire de nos petites habitudes soyez prêt à rafraîchir la mémoire de votre collègue.
Vous vivez une situation délicate? Écrivez à Julie, elle vous répondra promptement.

Retrouvez-la aussi sur Facebook

 

Suivre Julie Blais Comeau sur Twitter: www.twitter.com/EtiquetteJulie

Suivre Le HuffPost Québec