LES BLOGUES

Qu'est-ce que Pokémon Go, et pourquoi tant de gens ont-ils attrapé la piqûre?

13/07/2016 04:17 EDT | Actualisé 13/07/2016 04:28 EDT

Ne qualifiez pas le jeu Pokémon Go de «grand retour», car Pikachu ne s'est jamais totalement éclipsé. Ce sympathique personnage, qui a fêté son vingtième anniversaire au mois de février, figure d'ailleurs sur les cartes à jouer que mon fils de six ans échange compulsivement avec ses camarades.

Le lancement viral de Pokémon Go, le 6 juillet, propulse toutefois cette icône de la culture japonaise dans l'univers encore inexploré du monde réel. Voici quelques grands titres qui donnent une idée de l'ampleur du phénomène:

Par ailleurs, la Police de Regina a lancé un avertissement sur Twitter même si le jeu n'est pas encore disponible au Canada. Mais que se passe-t-il donc?

Ce qu'il faut savoir au sujet de Pokémon Go

Nintendo a lancé Pokémon Go sur les plateformes iOS et Android le 7 juillet. Il s'agit de la plus récente version du célèbre jeu de monstres, dont la gigantesque industrie va des cartes aux dessins animés en passant par les peluches et tous les objets griffés imaginables.

Le principe du jeu est simple: des «dresseurs» parcourent la planète afin de capturer des Pokémon, pour ensuite leur apprendre à combattre et se transformer. Sur les 720 créatures existantes, seules les 151 d'origine sont actuellement disponibles.

Développé par Niantic (un studio qui a vu le jour chez Google avant de s'en détacher en 2015), Pokémon Go est un jeu de réalité augmentée qui brouille les frontières entre le monde réel et le jeu vidéo. L'horloge, la caméra et le GPS de votre téléphone - de même que Google Earth et toute l'information accumulée grâce à Ingress (le jeu précédent de Niantic) - sont sollicités pour faire apparaître des Pokémon sauvages un peu partout dans le paysage au plus grand plaisir de leurs fans. 

Comment jouer

J'ai déjà attrapé sept Pokémon aujourd'hui, ici même dans les bureaux du Huffington Post au centre-ville de Toronto. Lorsque je suis parti à la chasse avec mon fils hier, ça nous a pris au moins deux heures pour en attraper autant dans notre quartier. Aucun petit monstre ne s'est toutefois aventuré jusqu'à notre domicile.

Le jeu permet également de transformer les monuments d'une ville en PokéStops où il est possible de recueillir des balles et des œufs pouvant éclore. La nomenclature des lieux est parfois surprenante, puisqu'une sculpture de Jésus a été marquée comme «Le gars sur la croix». Des édifices publics peuvent également être transformés en gymnases dédiés à l'entraînement des Pokémon précédemment capturés.

Cela donne parfois lieu à des erreurs, puisqu'une église convertie en résidence privée a été prise d'assaut par des joueurs la confondant avec un gymnase.

Les actions de Nintendo en hausse

L'application Pokémon Go est gratuite, dans la mesure où vous pouvez la télécharger gratuitement. Les achats faits par son entremise permettent toutefois de la rentabiliser. Des transactions de près de 5 millions de dollars ont été enregistrées chaque jour depuis son lancement, ce qui a fait bondir la valeur des actions de Nintendo de 25 pour cent. Cette entreprise, qui passait pour moribonde après avoir perdu la plus récente bataille des consoles avec sa Wii U, peut donc compter sur une nouvelle source de revenus digne de Super Mario.

Pourquoi l'application n'est-elle pas disponible au Canada?

Pour l'instant, Pokémon Go n'est disponible qu'aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Le déploiement international du jeu est présentement interrompu jusqu'à ce que Niantic parvienne à stabiliser ses serveurs surchargés. Plusieurs personnes ont tout de même réussi à télécharger l'application au Canada en déjouant les contrôles géographiques. Un collègue m'a d'ailleurs fait remarquer qu'il se heurte déjà à plusieurs rivaux qui attrapent des monstres sur leur pause du midi. On peut en déduire que le phénomène est déjà bien présent dans la Ville Reine.

Un jeu populaire auprès des adultes

«Nous savions que le jeu serait populaire, mais il est évident que nous avons touché un nerf sensible», explique John Hanke, le PDG de Niantic, dans une entrevue accordée au Business Insider.

«Dès lundi, Pokémon Go a surpassé l'application de rencontres Tinder en ce qui concerne le nombre d'installations sur des téléphones Android aux États-Unis», rapporte Global News. Et selon les analystes de SimilarWeb, ce jeu possède déjà autant d'utilisateurs quotidiens actifs que Twitter.

Plusieurs raisons expliquent cette croissance fulgurante. La longévité des Pokémon les rend particulièrement populaires chez les adultes nostalgiques de la Génération Y, heureux de renouer avec leur passion de la fin des années 1990. Mais cela n'empêche pas les enfants et adolescents d'aujourd'hui de vivre leur propre Pokémania.

En tout cas, l'image ci-dessous, vue plus de deux millions de fois, prouve hors de tout doute que des adultes jouent à Pokémon Go:

View post on imgur.com

Pourquoi un tel engouement?

En plus d'être amusant, Pokémon Go est le tout premier jeu de réalité augmentée à connaître le succès. Il procure une expérience inédite au grand public en transformant la planète entière en immense espace ludique. Il est si attrayant qu'il est parvenu à faire sortir de chez eux des patients atteints de troubles mentaux ou de dépression.

Une autre explication tient au fait que la semaine dernière a été incroyablement stressante partout en Amérique du Nord. Des incidents de brutalité policière ont attisé les tensions raciales en Louisiane et au Minnesota, ce qui a eu des conséquences jusqu'à Toronto (où le défilé de la fierté gaie a été perturbé) et à Dallas (où cinq policiers ont été tués par un tireur embusqué).

Le jeu Pokémon Go nous apporte donc un moment de détente collectif, en unissant des personnes de toutes origines en ligne et dans les lieux publics. Un contributeur du site Kotaku y est toutefois allé d'une mise en garde: le monde réel demeure réel, et certaines personnes de couleur peuvent mettre leur vie en danger en essayant d'attraper des Pokémon dans un lieu inopportun.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Pokémon Go au HuffPost Canada

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter