LES BLOGUES

La Fitbit, le nouveau Tamagotchis pour adulte

15/06/2017 09:40 EDT | Actualisé 15/06/2017 10:07 EDT

Je viens de débuter ma dernière année de quarantenaire, il est clair que la ménopause me guette. Depuis 2 ans, j'ai pris, perdu et repris 30 lb. Maudites hormones! Toutes les parties de mon corps se plient à la Loi de la gravité. En plus, il faut bien le dire, je n'ai plus la forme que j'avais à vingt ans.

Au début du printemps, j'ai eu la chance d'accompagner mon chéri en Pologne où il se rendait pour le travail. Durant la journée, je visitais et le soir nous mangions ensemble en buvant de la bonne bière polonaise. C'était fantastique! Mais je dois cependant avouer que les longues marches de plusieurs kilomètres m'étaient un peu pénibles. Pourtant il n'y a rien de plus agréable que de découvrir une nouvelle ville en marchant et puisque nous avions le projet de trois semaines en Italie pour l'automne, il fallait prendre les grands moyens.

Au retour de Pologne, nous avons tous les deux pris le chemin de Weight Watchers et depuis, nous comptons nos points. Mais ce n'est pas assez de se restreindre au niveau alimentaire, il faut aussi faire de l'exercice. Alors je compte aussi mes pas!

À mon anniversaire, mon amoureux m'a offert un traceur d'activités : une Fitbit. Il s'agit d'un bracelet intelligent que l'on porte telle une montre le jour et la nuit. C'est beaucoup moins sexy qu'une bague de fiançailles ou qu'un bracelet « Love and kisses » de Tiffany, mais c'est meilleur pour la santé.

Elle compte mes pas, les battements de mon cœur, le nombre d'étages que je monte, les calories que je brûle, les kilomètres faits en vélo. Jumelée avec mon téléphone intelligent, elle produit des tableaux de mes parcours sur des cartes. Elle épie mon sommeil et détermine le pourcentage de mes nuits en sommeil léger, profond ou éveillé. C'est comme avoir un petit ange sur mon épaule qui me surveille constamment.

Pour pousser à fond l'expérience, j'ai déterminé des objectifs et le petit ange pendu à mon bras vibre dix minutes avant l'heure si je n'ai pas marché mes 250 pas.

Pour pousser à fond l'expérience, j'ai déterminé des objectifs et le petit ange pendu à mon bras vibre dix minutes avant l'heure si je n'ai pas marché mes 250 pas. Alors je quitte mon bureau et pour faire augmenter le nombre d'étages montés, j'en profite pour visiter les toilettes des autres étages de mon immeuble. Comme mon cœur bat plus vite, ma Fitbit m'annonce que j'entre en élimination de graisse.

Mon bracelet se transforme en une montre dont l'unité de mesure n'est plus le temps, mais le pas. Il me récompense avec des mots d'encouragements : « c'est un succès », « réussis les doigts dans le nez ». Lorsque j'accumule 10 000 pas dans ma journée, j'ai droit à mon propre feu d'artifice.

Il me propose des défis, par exemple en ce moment je suis sur un parcours du Vernal Falls dans le parc national Yosemite en Californie où je dois faire 15 000 pas. C'est emballant! Je me moule tranquillement selon les humeurs de ma Fitbit de plus en plus forte.

Le soir à 22h il me rappelle à l'ordre : « Vous avez rendez-vous avec votre oreiller ». Fini les soirées prolongées devant le téléviseur.

Cette fin de semaine, j'ai lu ceci sur Facebook d'un auteur obscur : « Fitbits are just like Tamagotchis, except the stupid little creature you have to keep alive is yourself » (traduction libre : « Les Fitbits sont comme des Tamagotchis, sauf que la petite créature stupide vous devez garder vivante, c'est vous.»).

Cela fait réfléchir.

LIRE AUSSI:

» 10 erreurs que les gens intelligents ne font jamais deux fois

» 39% des Canadiens mangent leur lunch à leur poste de travail

» La porno pourrait détruire votre relation... Et vos érections


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter