LES BLOGUES

Square Viger: travaillons intelligemment, sans précipitation

15/06/2015 12:09 EDT | Actualisé 14/06/2016 05:12 EDT

Des grands défis naissent de grands projets. Le square Viger, mal-aimé, sous-utilisé et défaillant, appelle aux meilleures solutions et à la redéfinition de notre approche à l'espace public. Malheureusement, la précipitation à livrer des « legs » pour le 375e anniversaire de Montréal aveugle la prise de décision et évacue tout processus rigoureux de planification. L'annonce de la démolition de l'agora du square Viger et la divulgation des images de l'aménagement projeté sont tout aussi prématurées qu'inacceptables.

Dans une métropole désignée Ville UNESCO de design, il va de soi que les instances municipales doivent promouvoir une créativité éclairée. Elles doivent enjoindre les parties prenantes à innover et rivaliser d'audace, tout en ayant une approche ouverte aux enjeux sociaux, historiques, patrimoniaux et artistiques qui définissent le lieu, auxquels un projet de réaménagement ne saurait se soustraire.

Avant même de produire des esquisses, il faut statuer sur l'œuvre d'art et ses composantes, sur leur fonctionnalité, leur sécurité et leur pérennité. Prendre position à cet égard est crucial. Cela relève d'une mobilisation des parties prenantes en matière d'art et de culture et les ayant droit, non pas de la conception paysagère.

La proposition d'aménagement dévoilée la semaine dernière n'est clairement pas appuyée sur une réflexion aboutie sur les enjeux à considérer. La décision de traiter uniquement les îlots Chénier et Daudelin en laissant de côté les îlots Théberge et Gnass est tout autant irrecevable qu'inexplicable. La proposition de relocaliser Mastodo fait fi du fait qu'elle s'insère dans un ensemble. Cette proposition est franchement réductrice et démontre une incompréhension de l'œuvre spatiale de Daudelin. Où est la vision de l'ensemble paysager et urbain du square Viger ? Comment dialoguera-t-il avec la Cité administrative, la rue Saint-Antoine, les abords de la station de métro Champ-de-Mars, des lieux qui sont également sur les planches à dessin ?

Le projet est clairement motivé par un empressement politique indu, qui n'a pas sa place dans un tel contexte. La solution inappropriée, parachutée, désincarnée est le fruit d'une course effrénée et aveugle à la livraison de projets pour 2017, alors que tout projet d'aménagement, pour être excellent, nécessite le temps et l'espace de réflexion requis pour arriver à maturité. Qu'ils soient internes ou externes aux services municipaux, les architectes paysagistes et autres professionnels doivent pouvoir travailler de manière créative et rigoureuse, avec les partenaires de la Ville, en ayant la confiance de leurs élus.

VOIR AUSSI

NON à la démolition de l’œuvre d’art public AGORA de Charles Daudelin. OUI à la revitalisation du square Viger (pétition)

Le réaménagement du square Viger requiert la mise en place d'un processus de design exemplaire. Il faut revoir la méthodologie du projet, inclure les citoyens, analyser finement toutes les composantes du lieu et de son contexte et aller à la rencontre des meilleurs projets à l'étranger. Par exemple, pourquoi ne pas s'inspirer des mécanismes de préservation mis en œuvre aux États-Unis pour réhabiliter des projets modernistes d'architectes paysagistes aussi célèbres que Garrett Eckbo, Lawrence Halprin et Simonds & Simonds ?

Il n'y a pas d'urgence à réaménager le square Viger. Affinons notre compréhension du secteur, dotons-nous des expertises nécessaires, harmonisons le travail des divers services de la Ville, bref, donnons-nous le temps et la liberté de bien faire les choses. Créons un mécanisme de conception et de concertation visant l'excellence afin que le square Viger devienne un précédent, synonyme d'innovation, de créativité et de fierté.

Ce texte est cosigné par: Jonathan Cha, Ph.D aménagement de l'espace et urbanisme, urbanologue, architecte paysagiste ; Malaka Ackaoui, fcsla, fouq, architecte paysagiste, urbaniste, présidente WAA Montréal Inc ; Vincent Asselin, c.q., fcsla, président, WAA International, Ltd., Shanghai ; Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ); Gérard Beaudet, urbaniste émérite et professeur titulaire, École d'urbanisme et d'architecture de paysage, Université de Montréal ; Thierry Beaudoin, concepteur, intégrateur ; Nathalie Boucher, anthropologue dans la ville / Organisme R.Es.P.I.R.E. ; Pierre Boyer-Mercier, architecte, professeur agrégé École d'architecture de l'Université de Montréal et rédacteur en chef de la revue ARQ Architecture Québec; ‬‬‬‬Mathieu Casavant, associé, NIPpaysage ; Daniel Chartier, architecte paysagiste praticien en protection et mise en valeur de patrimoines culturels et naturels ; Anne Cormier, architecte, Atelier Big City, et professeure agrégée, École d'architecture, Université de Montréal ; Claude Cormier, principal, Claude Cormier + Associés Inc. (Sophie Beaudoin, Damien Dupuis, Marc Hallé, Georges-Étienne Parent, Guillaume Paradis, Valéry Simard, Yannick Roberge) ; Marc H. Choko, professeur émérite, École de design, UQAM ; Irène Cinq-Mars, professeure honoraire, Faculté de l'aménagement, Université de Montréal ; Randy Cohen, architecte, Atelier Big City; Jean Décarie, urbaniste retraité de la Ville de Montréal, expert en espaces libres ; Yves Deschamps, historien de l'architecture, professeur honoraire, Université de Montréal ; Robert Desjardins, architecte paysagiste, concepteur de places publiques ; Danielle Doucet, historienne de l'art public, Ph.D. et professeure associée, UQAM ; Raphaël Fischler, directeur de l'École d'urbanisme, Université McGill, Membre Émérite de l'Ordre des urbanistes du Québec ; Wendy Graham, fcsla, AAPQ ; Peter Jacobs, professeur titulaire, École d'urbanisme et d'architecture de paysage, Université de Montréal ;Josée Labelle, associé, NIPpaysage‬‬‬‬ ; Richard Lafontaine, Lafontaine Langford, architectes ; Michel Langevin, associé, NIPpaysage ; Réjean Legault, professeur, École de design, UQAM‬‬‬‬‬ ; Luc Lévesque, architecte, atelier d'exploration urbaine SYN-, et professeur agrégé, histoire de l'art, Université Laval ; Jean-Claude Marsan, o.c., architecte et urbaniste, professeur émérite, Université de Montréal ; Paula Meijerink, WANTED paysage ; Alena Prochazka, Ph.D., M.arch, responsable scientifique projet Ignis Mutat Res: Les toits, l'énergie et les écosystèmes ; Michel Rousseau, architecte paysagiste, associé principal, Groupe Rousseau Lefebvre ; Danièle Routaboule, architecte paysagiste ENSP, urbaniste DIUP, professeure honoraire, Faculté de l'aménagement, Université de Montréal ; Marie-Dina Salvione, historienne de l'architecture moderne Ph.D., chargée de cours, École de design, UQAM ; Peter Soland, designer urbain, civiliti ; Julie St-Arnault, architecte paysagiste, VLAN paysages ; France Vanlaethem, professeure émérite, École de design, UQAM

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Un métro avec trois lignes
    Archives de la Ville de Montréal
    23 mai 1962. La première pelletée de terre en vue de doter Montréal d\'un métro a lieu. Au début des années 60, l\'équipe de Jean Drapeau propose dans un premier temps de construire un réseau avec trois lignes : une ligne Est-Ouest, une ligne Nord-Sud et une ligne qui circulerait sous le mont Royal. Des prolongements s’imposeront peu de temps après. Le métro accueillera ses premiers passages en octobre 1966.
  • Youppi! est expulsé
    patita pirata/Flickr
    Le 23 août 1989, Youppi! est expulsé d’un match de la Ligue majeure de baseball après avoir dansé sur le toit de l’abri des joueurs de l’équipe adverse, ce qui avait mis en colère le gérant des Dodgers de Los Angeles. Il est ainsi devenu la première mascotte dans la ligue à se faire renvoyer d\'une rencontre.
  • Une croix qui n'a jamais été achevée
    Annexe A - Services des parcs, Le Petite Journal, 2 octobre 1949
    La croix lumineuse sur le mont Royal s\'impose sur Montréal avec ses 30 mètres de hauteur depuis 1924. Au départ, le projet du prêtre sulpicien Pierre Dupaigne devait permettre à la croix d’accueillir une plate-forme d’observation dans les bras de la croix afin que les visiteurs puissent y monter. Une base en pierres devait également s’ajouter. Faute d’argent, le projet n’a pu être achevé. D’ailleurs, si la croix est tournée vers l’est, ce n’est pas un hasard. Sa position a pour but de marquer l’appropriation de la ville par les francophones.
  • Pendaisons au pied du pont Jacques-Cartier
    Google Map
    Le 15 février 1839, cinq patriotes trouvent la mort par pendaison sur l\'échafaud installé en face de l\'ancienne prison des Patriotes à Montréal, qui existe toujours aujourd’hui, au pied du pont Jacques-Cartier. Chaque année, pour souligner la Journée nationale des patriotes, de nombreux Québécois se réunissent près de la structure pour commémorer leur lutte. L\'endroit abrite aujourd\'hui le siège social de la SAQ.
  • Montréal en feu!
    Bibliothèque et Archives du Canada
    Le 8 juillet 1852, en période de canicule, un énorme feu se déclare dans la ville de Montréal. Lorsque les pompiers sont appelés à intervenir, le manque d\'eau complique les choses. Et le vent n\'aide pas la situation. Près de 1200 demeures sont détruites et 10 000 personnes se retrouvent dans la rue. C\'est le Grand incendie de Montréal. Sur cette photo, le brasseur et homme d’affaires John Molson et son épouse constatent les dégâts.
  • Le début de la fin des Beatles...
    Wikimedia
    Le 1er juin 1969, dans une suite de l\'Hôtel Queen Elizabeth de Montréal, John Lennon et Yoko Ono tiennent un bed-in pour dénoncer la guerre du Vietnam et enregistrent la chanson Give Peace a Chance. Cette chanson est la première création officielle de Lennon, qui marque alors lentement la séparation du groupe anglais.
  • Un pinte de lait géante
    j.o.h.n. walker/Flickr
    Autrefois propriété de l\'ancienne laiterie Guaranteed Pure Milk, la pinte de lait située sur la rue Lucien-Lallier a failli disparaître en 1990 après la fermeture de l\'entreprise. Grâce à Héritage Montréal, elle sera sauvée. Saviez-vous que la structure d\'une hauteur de près de dix mètres peut contenir jusqu’à 250 000 litres de lait?
  • Le trésor de la STM
    STM
    En 1991, pour souligner les 25 ans du métro de Montréal, 25 employés du métro déposent 25 objets dans une boîte en acier. Celle-ci est scellée plus tard dans le béton. On prévoit qu\'elle sera ouverte le 14 octobre 2016 dans le cadre du 50e anniversaire du métro. Que cache-t-elle? Mystère!
  • Un seul et même créateur
    abdallahh/Flickr
    Le 24 mai 1876, le parc du mont Royal est enfin prêt à accueillir ses premiers visiteurs. Saviez-vous que le parc a été dessiné par le même architecte paysagiste qui a conçu le très célèbre Centre Park de New York? Il s\'agit de Frederick Law Olmsted.
  • Le Forum de...
    ASSOCIATED PRESS
    En 1924, le Forum de Montréal est inauguré. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, au départ, il ne devait pas accueillir les joueurs du Canadien de Montréal, mais plutôt les Maroons, une autre équipe de Montréal dans la Ligue nationale de hockey. La franchise de hockey qui représentait la communauté anglophone de la ville disparaît en 1938.
  • Les premiers représentants de l'ordre
    Archives de la Ville de Montréal
    Le 27 janvier 1663, Montréal se dote de sa première milice. Cette milice ne compte que 120 hommes volontaires. Ils sont plus souvent occupés «à surveiller l\'ennemi qui menace les paysans dispersés sur leurs terres à l’extérieur des murs de Ville-Marie» qu\'à «réprimer le crime et faire respecter les édits royaux», peut-on lire sur le site du SPVM. Le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal verra le jour le 1er janvier 1972 et compte 5239 policiers. Cette photo prise vers 1924 montre des policiers à cheval avec en arrière plan l\'École normale Jacques-Cartier.
  • 5 mètres de trop...
    -AX-/Flickr
    À Montréal, le code municipal du bâtiment veut que les immeubles ne puissent dépasser 200 mètres de hauteur. Ainsi, le règlement vise à préserver la qualité de la vue sur le mont Royal. Saviez-vous toutefois qu’un seul immeuble du centre-ville ne respecte pas cette règle? C’est effectivement le 1000 de la Gauchetière avec ses 205 mètres de hauteur.
  • L'édifice Godin, édifice historique
    Wikimedia
    L’édifice Godin sur le boulevard Saint-Laurent est construit en 1914. À première vue il est tout à fait normal. Surprenez-vous d’apprendre qu’il est le premier immeuble en béton armé d’Amérique du Nord!
  • Horreur sur le mont Royal
    Archives de la Ville de Montréal
    Autour des années 1960, la colline du mont Royal abrite un centre psychiatrique qui sert de centre d’expérimentation pour un programme de la CIA. Avec pour nom de code MK-ULTRA, le programme secret et illégal vise à manipuler mentalement des patients atteints de maladie mentale. Ce lieu célèbre est l’institut Allan Memorial. Il abritait jusqu\'à récemment le département de psychiatrie de l’Hôpital Royal Victoria.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter