LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Jocelyne Robert Headshot

Pour en finir avec le pédophile-ami: la prévention

Publication: Mis à jour:
Imprimer

C'était déjà dans l'air du temps de parler de pédophilie et des pédophiles. Avec l'affaire Jutra, c'est du mur à mur médiatique. Je n'ai rien contre le fait qu'on comprenne leur fonctionnement, bien au contraire. Mais si on parlait des enfants?

On le sait, les abus sexuels commis par des proches sont les plus fréquents et les plus tardivement dévoilés. On sait aussi, hélas, que beaucoup trop d'enfants demeurent sans défense devant les agresseurs «amis ou aimés». La prévention des abus et agressions sexuels sera efficace à la condition que:

  • les informations soient limpides
  • les interventions prennent place dans un climat de calme
  • l'ensemble de la démarche transmette à l'enfant le sentiment qu'il a du pouvoir et que les adultes n'ont pas tous les droits sur lui.

Il est grandement temps de reconnaître et de dire aux enfants que l'agresseur est parfois une personne qu'il aime, qui est aimée dans son entourage et de qui il se sent aimé. L'enjeu est de taille: renseigner sans miner la crédibilité de tous les adultes qui s'occupent d'eux.

On ne le répétera jamais assez: plus un enfant est en possession de ses moyens, mieux il se défend. Et plus le parent dégage aplomb et assurance en abordant le sujet, plus il en insuffle. Pour que l'enfant soit capable de reconnaître une situation d'exploitation sexuelle il doit avoir été encouragé à faire respecter son corps et son intimité et savoir que cela peut arriver à n'importe quel enfant.

Qu'est-ce que l'abus sexuel?

L'abus sexuel présente une kyrielle de visages allant de l'exhibitionnisme aux attouchements, jusqu'au viol brutal ou à la conduite incestueuse prolongée. L'utilisation des enfants dans la pornographie et dans la prostitution en sont des formes. Dans le cas qui nous occupe, l'agression ou l'abus sexuel est le fait de l'adulte qui contraint l'enfant à une interaction génitale. On doit l'expliquer clairement à l'enfant: «C'est quand un grand se colle ou se frotte contre toi d'une manière qui t'embarrasse. C'est quand cette personne te montre son sexe, veut voir le tien, t'invite à toucher son sexe ou à te laisser toucher ou embrasser le pénis, la vulve, les fesses.»

Le geste du pédophile-ami est rarement brutal. Il est plutôt l'expression d'une violence indolente, enrobée de douceur, sur plus faible que soi. Plus l'agresseur est une personne significative pour l'enfant, plus les séquelles sont graves.

Les étapes et les dégâts de l'abus sexuel

1. Le pédophile-ami exploite la vulnérabilité d'un enfant dans le but d'obtenir ses faveurs sexuelles. L'enfant ignore le but de l'adulte et se réjouit de ces marques d'attention: il se croit aimé, unique et important.

2. Il incite l'enfant à échanger des caresses et touchers génitaux. Si l'enfant a plus de 4 ou 5 ans, il est mal à l'aise, confus et ressent que tout cela n'est pas sain.

3. Il récompense l'enfant et impose le secret. L'enfant est malheureux, se sent coupable et honteux.

4. Il exerce un chantage sur l'enfant. Celui-ci est dans une impasse et sombre dans la détresse.

Pourquoi l'enfant abusé tarde-t-il à se confier? Parce qu'il a peur, parce qu'il a honte et, plus insoutenable encore, parce qu'il aime la personne qui exerce son pouvoir sur lui. Il est écartelé entre l'affection qu'il éprouve pour cette personne et son profond sentiment que leur relation n'est pas correcte. S'il tente d'échapper à son agresseur et que celui-ci le menace, sa détresse culmine, son univers s'écroule. Aucun enfant n'est armé pour faire face à des rapports sexuels avec un adulte. L'expérience subie est incompatible avec son statut d'enfant. Son estime personnelle est irrémédiablement fragilisée, il développe une conception inadéquate de la sexualité et parviendra difficilement, une fois adulte, à établir des relations saines avec autrui.

Le plaisir funeste

Quelque chose de fondamental se brise chez l'enfant qui découvre le plaisir sexuel au contact de l'adulte. Lorsque j'abordais cet aspect de leur expérience avec eux, presque tous les jeunes qui avaient été victimes d'abus sexuels répétés dans leur enfance, m'affirmaient que nul thérapeute ou intervenant avant moi n'avait abordé cette embarrassante question. Il est pourtant impossible d'apaiser la souffrance, de liquider le sentiment de culpabilité, de déresponsabiliser ce ressenti paradoxal sans le nommer. C'est précisément de cette confusion dont l'agresseur se sert pour maintenir sa proie sous son joug: «Tu aimes cela toi aussi...»

S'il est pénible pour un adulte solide d'accuser et de maintenir des accusations à l'endroit d'une personne «chère», la démarche est invivable pour un enfant qui ne reçoit pas l'appui entier des personnes qui lui sont proches. Ainsi isolé, il tentera, pour sauvegarder ce qu'il lui reste d'équilibre, d'oublier, de censurer ou de minimiser l'événement qui a eu lieu sur la scène de son corps.

Prévenir pour le mieux

L'abus sexuel est une abstraction pour l'enfant. Il ne peut s'en méfier instinctivement. Aucun panneau routier n'indique ou n'annonce la présence d'un prédateur sur sa route. Pas de sonnerie qui retentit au moment d'en croiser un. Raison de plus pour lui en parler. Tout comme on lui apprend à se laver les mains pour éloigner les microbes, si invisibles soient-ils.

Le pédophile-ami est celui dont on se méfie le moins en raison même du respect qui lui est témoigné. Il n'est pas rare qu'il envoûte d'abord les parents. Au-dessus de tout soupçon, il s'est souvent mérité l'admiration de son milieu. Son approche est graduelle et suave: chatouillements ou rudoiements justifiables, collage et frottage apparemment innocents, jeux ou sports qui obligent à se dévêtir, touchers génitaux comme par inadvertance d'abord, puis de moins en moins accidentels... Plus tard, il bâillonnera sa victime en la récompensant, en s'assurant que le contact sexuel lui procure du plaisir.

Il est d'une importance capitale que l'enfant sache, sente, comprenne qu'il peut parler librement des faits entourant la sexualité sans que cela ne provoque la panique dans la famille. On ne le répètera jamais assez: lorsque l'enfant dénonce une sollicitation sexuelle dès la première approche, le processus du prédateur est saboté. Lorsque l'enfant se tait, l'engrenage est amorcé selon le plan du pédophile.

La protection des enfants est notre affaire à tous. Le jour où chacun de nous décidera de ne plus jamais fermer les yeux, où chacun fera connaître à son entourage son engagement à dénoncer ces crimes commis sur les enfants, les pédophiles seront bien obligés de se faire soigner puisqu'ils n'auront plus de proies. Tant et aussi longtemps qu'ils seront protégés par un mur de tolérance, ils n'arrêteront pas.

Ce texte est inspiré de mon ouvrage Te laisse pas faire - Les abus sexuels expliqués aux enfants

À LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Sur la notion de consentement et la définition du mot garçon - Pierre Michaud
- Claude Jutra: les mauvais pédophiles et les bons pédérastes - François Doré

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Affaire Jutra: réactions
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter