LES BLOGUES

Célébrez le Canada

01/07/2013 10:23 EDT | Actualisé 01/09/2013 05:12 EDT

Célébrez le Canada.

Vous qui dispersez vos forces en mille morceaux.

Vous qui vous mettez des bâtons dans les roues si facilement.

Vous qui semblez incapables de recomposer une vraie force.

Célébrez le Canada.

Célébrez Justin Trudeau et Philippe Couillard

Qui vous feront entrer dans la Constitution de ce pays

Sans vous demander votre avis

Dans le déshonneur et l'indignité

Après qu'ils aient tant attendus (et espérés) qu'arrivent un jour

Votre lassitude et votre silence politique.

Ce lourd silence des épuisés.

Célébrez le Canada.

Qui vous tourne le dos derrière des portes closes.

Mais qui vous embrasse en public.

Ce pays qui vous a régionalisé économiquement.

Dominé politiquement.

Ce pays qui a enfin matérialisé ce qu'une nation voulait faire d'une autre en 1867.

Célébrez le Canada.

Il continuera d'ignorer votre volonté et vos intérêts supérieurs.

Que ce soit à Copenhague ou aux Nations-Unies.

Il ne témoignera plus que de la vision du monde d'une seule nation.

Il continuera d'exporter du pétrole.

De fermer vos usines.

De museler vos scientifiques.

De contrôler vos médias.

De changer la façon dont vous concevez votre histoire.

De diminuer l'intérêt pour votre langue et l'influence de celle-ci.

Et de rendre votre culture semblable à celle du Finnois de Thunder Bay, du Chinois de Vancouver et de l'Ukrainien de Saskatoon.

Célébrez le Canada.

Il vendra votre bourse.

Il continuera de déplacer tout ce qu'il y a d'intérêt économique du Québec vers le reste du Canada.

Il voudra votre bourse.

Il essaiera de se l'acheter par des politiques publiques.

Piétinera votre assurance-emploi.

Vos fonds de travailleurs, l'une de vos plus belles épargnes nationales.

Vos fonds de retraite.

Vos syndicats.

Et toutes les protections que vous vous êtes donnés avec le temps.

Célébrez le Canada.

Ce pays né des ambitions d'industriels du chemin de fer.

Qui aujourd'hui prend la voie du mépris d'un de ses peuples fondateurs.

Ce pays qui a stimulé la corruption des fédéralistes québécois avec le scandale des commandites.

Et qui, aujourd'hui, fait semblant d'observer en silence le spectacle d'une commission d'enquête.

Le spectacle d'une province en déroute.

Et d'un pays jamais devenu.

Célébrez le Canada.

Ce pays qui a mis ses sièges en jeu.

Qui a trompé toute une population en 1980.

À coups de promesses solenelles.

Ce pays qui a organisé le plus gros love-in du monde en 1995.

Avec la complicité de l'industrie du chemin de fer et d'Air Canada.

Ce pays qui a vu une nation en voler une autre de sa liberté, de son indépendance.

Ce pays qui nous a spolié.

Célébrez le Canada.

Ne trouvez surtout pas la force en vous.

Pour vous reconnaître entre vous.

Vous constituer vous-mêmes.

Afin de vous libérer et vous émanciper.

Célébrez.

Célébrez le pays que vous n'avez pas.

Le pays qu'on vous a volé.

Le pays qu'on vous a enfoncé dans la gorge.

Et puis après.

Après, bien après.

Quand vous aurez assez célébré.

Ou quand vous aurez assez souffert des célébrations.

Quand vous vous prendrez la tête d'avoir tant enduré.

Fabriquez-nous donc un nouveau printemps.

Un vrai.

Celui de notre liberté.