LES BLOGUES

PQ: qui incarne la convergence?

27/09/2016 08:16 EDT | Actualisé 27/09/2016 09:59 EDT

Les quatre candidats à la direction du Parti québécois se sont prononcés dans le Huffington Post Québec sur la question de la convergence indépendantiste. Trois des quatre candidats sont déconnectés des discussions qui se sont tenues à la table de concertation des Oui-Québec et des éléments qui permettront de réussir une telle convergence avant les élections de 2018. Voici donc mon analyse comme ex-membre de cette table, où je siégeais à titre de président national d'Option nationale.

Tout d'abord, il faut être clair : sans engagement à réaliser l'indépendance dans un premier mandat, il n'y aura aucune convergence. Québec solidaire et Option nationale l'ont tous deux déjà affirmé il y a plusieurs mois. Leur position est simple à comprendre : dans une élection où le débat se tiendrait uniquement sur un axe gauche-droite, aucun de ces partis n'a d'intérêts à laisser la place au Parti québécois. Québec solidaire occupe, seul, la gauche et prévoit réaliser des gains à ce niveau. De son côté, Option nationale rallie les indépendantistes assumés. Si le Parti québécois abandonne son objectif fondamental et préfère diriger une province, Option nationale s'attend à une augmentation de ses appuis.

Les péquistes les plus partisans affirmeront qu'Option nationale et Québec solidaire divisent le vote. Pourtant, depuis la création du Parti québécois en 1968, les Québécois savent qu'une seule chose peut unir les indépendantistes : un engagement clair à réaliser l'indépendance. Si les membres du Parti québécois souhaitent réellement une convergence des forces indépendantistes, ils doivent choisir un chef qui ne propose pas un débat sur l'axe gauche-droite, mais bien un débat indépendance-fédéralisme.

En proposant uniquement une alternative aux libéraux en 2018 et en démissionnant de l'indépendance, Jean-François Lisée s'est déjà disqualifié aux yeux des autres partis. Dès lors, il est inutile d'en parler plus longuement. Avec Lisée, la convergence est impossible.

La position face à l'indépendance de Paul St-Pierre Plamondon est, en pratique, très similaire à celle de Lisée. Dans son cas, cependant, il est utile de mentionner qu'il ne croit pas en la convergence et persiste dans le dogme que le Parti québécois doit vider les autres partis de leurs électeurs, reniant ainsi l'héritage de Pierre Karl Péladeau qui affirmait que le Parti québécois n'avait pas le monopole de l'indépendance. Le dossier est donc tout aussi rapide à fermer.

Le choix des membres du PQ est simple: souhaitent-ils gouverner une province ou souhaitent-ils réaliser la convergence des forces indépendantistes?

Alexandre Cloutier reprend l'héritage de Pierre Karl Péladeau. Cependant, cela n'empêche pas sa proposition de n'être rien de plus qu'un mirage. Il propose de décider 6 mois avant les élections si le Parti québécois s'engagera à réaliser l'indépendance. Bien qu'en théorie il puisse s'agir d'une approche intéressante, elle ne l'est aucunement en pratique. À ce moment, plusieurs investitures seront en cours au sein de tous les partis, surtout considérant la date fixe des élections. Dès lors, comment serait-il possible pour le Parti québécois de négocier avec Québec solidaire et Option nationale des ententes électorales qui satisferont tout le monde? Poser la question c'est y répondre.

Pire, Cloutier a le culot d'affirmer qu'il souhaite que les discussions autour de la table de concertation se poursuivent. Or, les six prochaines années ne seront rien d'autre qu'une perte de temps si aucun engagement à réaliser l'indépendance n'est pris par le Parti québécois. Ce parti tergiverse déjà depuis 20 ans. Si les membres du Parti québécois font de Cloutier leur chef, les indépendantistes en seraient donc quittes pour 26 ans à vivoter et à attendre. En conséquence, c'est l'ensemble du mouvement indépendantiste qui se trouverait pénalisé par le manque de pragmatisme et de leadership de Cloutier.

Martine Ouellet, de son côté, se distingue de ses opposants. En plus de respecter l'héritage de Pierre Karl Péladeau sur l'absence de monopole du Parti québécois, elle est la seule à proposer de réaliser l'indépendance du Québec dès la prise du pouvoir. En respectant ainsi la condition essentielle de Québec solidaire et d'Option nationale, elle accorde une réelle chance de réussite à la convergence et, de ce fait, à l'indépendance. De plus, sa prise de position rapide permettra aux membres des trois partis de se prononcer, dans leur congrès respectif, sur le contenu de ce qui aura été discuté. La convergence ne serait donc pas issue des establishments des différents partis politiques, mais bien de la volonté des membres. Cela favorisera la mobilisation et la création d'une cohésion entre des militants qui ont l'habitude d'être des opposants.

Mme Ouellet a aussi la capacité de rallier les membres, les militants et les députés du Bloc québécois. Cet élément est loin d'être négligeable, considérant que le seul parti indépendantiste à Ottawa peut attaquer tous les projets qui nuisent au Québec. De plus, il dispose d'une capacité de financement intéressante et d'une visibilité médiatique qui sera très utile au mouvement pour promouvoir les bienfaits de l'indépendance.

Somme toute, malgré l'importance de l'enjeu dans cette course à la direction du Parti québécois, le choix des membres est simple : souhaitent-ils gouverner une province ou souhaitent-ils réaliser la convergence des forces indépendantistes, prendre le pouvoir et construire un pays? S'ils préfèrent la seconde option, la candidature qui s'impose est celle Martine Ouellet.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Qui pourrait devenir chef du PQ

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter