LES BLOGUES

La classe moyenne, le marché et l'État: fascinant!

16/11/2014 11:53 EST | Actualisé 16/01/2015 05:12 EST

Qui fait partie de la classe moyenne? La classe moyenne s'érode-t-elle? S'enrichit-elle? Dans sa plus récente étude, le chercheur François Delorme de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l'Université de Sherbrooke propose des réponses à ces questions.

Mise à part l'originalité de cette étude qui définit, pour chaque type de ménage, ce que constitue la « classe moyenne » (amusez-vous ici), voici les conclusions largement véhiculées dans les médias:

  • La classe moyenne n'est pas en déclin - elle compte pour 46,7% des ménages (45,8% en 1976).
  • La classe moyenne est maintenant très diversifiée et ne peut plus se décrire comme étant « deux parents, deux enfants », cette catégorie de ménages ne représentant plus que 25% des ménages se situant dans la classe moyenne (49,8% en 1976).
  • Pour l'ensemble des catégories de ménages, à l'exception des familles biparentales, les résultats indiquent une augmentation de la proportion des ménages qualifiés de classe moyenne. Une proportion importante de familles biparentales (deux parents), quant à elle, a migré vers la catégorie des familles à revenus plus élevés (comptent pour 32% des ménages à revenus élevés en 2010; c'était 15% en 1976).

Voilà ce qui peut réconforter, non? Pas tout à fait. Si la classe moyenne n'est pas en déclin, ce n'est pas dû aux revenus qu'elle tire du « marché » (revenus de travail, d'entreprise, de placements), bien au contraire. Selon le chercheur Delorme:

Sur la base des revenus de marché, la proportion des ménages faisant partie de la classe moyenne s'étiole. Le ratio des familles biparentales faisant partie de la classe moyenne chute de 51% à 34% de 1976 à 2010.

De manière globale, pour tous les types de ménages, la classe moyenne a même perdu de son importance entre 1976 et 2010 - de 36,8% à 29,4% si on ne tient compte que des revenus du marché.

Ce qui « sauve » la classe moyenne? Un extraordinaire appareillage de redistribution de la richesse par le biais de transferts gouvernementaux, mesures fiscales ou crédits d'impôts de toutes sortes. Regardez:

2014-11-14-ClasseMoyenne1.jpg

Remarquez également l'importante contribution des ménages à revenus élevés dont la proportion passe de 31,1% à 21,5% lorsqu'on considère le facteur redistributif de leur richesse. La classe moyenne augmente non pas essentiellement parce que la redistribution augmente la richesse des familles à faibles revenus, mais également parce qu'elle « appauvrit » les gens plus aisés. Le nivellement des revenus serait possiblement un terme plus juste.

Voilà, pour moi, ce qui m'apparaît fascinant et intéressant dans cette étude, hormis le fait que les gens peuvent maintenant savoir s'ils appartiennent ou non à la classe moyenne, définie comme ayant des revenus entre 0,75 et 1,50 du revenu médian des ménages

Revenu médian: une moitié de la population dispose d'un revenu plus élevé que le revenu médian, et l'autre moitié, d'un revenu moins élevé.

Mais alors, on fait quoi avec cette information? D'abord on conclut qu'on doit sérieusement nous poser des questions sur l'incapacité du «marché» à maintenir et à hausser à lui seul le pouvoir d'achat des ménages. Contrairement à d'autres qui l'affirment bien fièrement, je ne crois pas que c'est une bonne nouvelle de constater que ce sont «les transferts et la fiscalité» qui protègent la classe moyenne, pratiquement à eux seuls.

Pourquoi en est-il ainsi? Est-ce parce que notre système d'éducation échoue à produire des travailleurs spécialisés dans des domaines payants? Ou encore parce qu'on finance collectivement en trop grand nombre des finissants dont le marché n'a pas besoin? Les transferts gouvernementaux et mesures fiscales, bien que jouant un rôle essentiel comme levier pour les familles à faibles revenus sont-ils trop généreux pour la classe moyenne? Incitent-ils vraiment les gens à faire des choix qui les assureraient d'une autonomie financière plus grande?

Et on n'a seulement pas parlé de l'effet du déclin démographique sur le revenu du marché, lequel diminue presqu'invariablement lorsqu'on se retire du marché du travail...

Chose certaine, la classe moyenne qui se plaint d'une lourdeur fiscale doit se raviser. Elle est celle qui profite le plus de cette redistribution. Si elle veut des diminutions de son fardeau fiscal, peut-être faudrait-il qu'elle réalise qu'elle devra moins compter sur l'État pour préserver son propre pouvoir d'achat.

Quant à la question « la classe moyenne s'enrichit-elle? », le revenu médian après impôts et ajusté à l'inflation, pour toutes les catégories de ménages, a augmenté de 0,1% entre 1976 et 2010.

Une nouvelle un peu moins réjouissante est que si le revenu médian du marché des ménages canadiens s'établissait à 68 000$, il n'était que de 60 000 $ pour les ménages québécois. Mais ça, c'est le prix de la distinction québécoise...

À lire: Connaissez-vous la classe moyenne ? ; Faites-vous partie de la classe moyenne ? (RC) ; La classe moyenne est-elle vraiment en difficulté ? (RC) ; L'étude complète de François Delorme et Suzie St-Cerny

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter