LES BLOGUES

Il n'existe aucun lien direct entre l'obésité et les boissons sucrées

Les taux d’obésité ont augmenté de façon constante au cours des 20 dernières années, alors que la consommation de boissons sucrées et de calories provenant de boissons en général a diminué pendant la même période.

09/09/2017 08:00 EDT | Actualisé 09/09/2017 08:00 EDT
Getty Images/iStockphoto
Unhealthy food concept - sugar in carbonated drink. Sugar cubes as background and canned drink

L'organisme Coalition Poids a récemment lancé un autre appel à l'action à l'intention du gouvernement du Québec en vue de la mise en place d'une taxe sur les boissons sucrées pour s'attaquer aux taux d'obésité chez les jeunes. À l'Association canadienne des boissons (ACB), nous convenons avec la Coalition Poids que la santé des jeunes et de l'ensemble des Canadiens est importante; toutefois, nous ne sommes pas d'accord avec son point de vue concernant les moyens les plus efficaces pour obtenir de meilleurs résultats sur la santé.

Lorsque nous discutons de solutions aux problèmes de santé complexes auxquels de nombreux Canadiens font face, il est important de nous appuyer sur des recherches et des données solides.

En réalité, les taxes de ce type ne contribuent pas à réduire les taux d'obésité, particulièrement compte tenu du fait que les boissons ne représentent qu'une très faible partie des calories dans l'alimentation des Canadiens.

Cet appel à l'action amènerait le gouvernement à croire que l'imposition d'une taxe visant uniquement les boissons sucrées constitue la panacée contre l'obésité et les maladies connexes. En réalité, les taxes de ce type ne contribuent pas à réduire les taux d'obésité, particulièrement compte tenu du fait que les boissons ne représentent qu'une très faible partie des calories dans l'alimentation des Canadiens. En fait, selon les plus récentes données accessibles au public découlant de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Nutrition (2004) de Statistique Canada, les boissons gazeuses et les boissons aux fruits représentaient 4 % seulement de l'apport calorique quotidien moyen parmi la population canadienne.

Au cours des treize années écoulées depuis cette enquête, l'industrie des boissons a constaté une baisse de 20 % de la quantité de calories provenant de boissons consommées par les Canadiens. Nous croyons que cette diminution devrait se poursuivre avec la mise en marché d'autres options de boissons hypocaloriques et acaloriques. En tant que membres de l'industrie des boissons, nous renforçons notre engagement à réduire la quantité de calories provenant de boissons non alcoolisées et non laitières que consomment les Canadiens, dans le cadre de notre plus récente initiative, Équilibre en calories.

Avec cette initiative, notre engagement à offrir des solutions proactives aux problèmes de santé atteint des niveaux ambitieux, et nous prévoyons notamment une réduction supplémentaire de 20 % de la consommation par habitant de calories provenant de boissons d'ici 2025. Grâce à la réduction de la consommation de boissons gazeuses régulières et à l'accroissement de la consommation de boissons acaloriques et hypocaloriques, nous croyons que la proportion de l'apport calorique quotidien serait encore plus faible.

Ce type d'appel à l'action de la part de la Coalition Poids au sujet d'une nouvelle taxe en réponse aux préoccupations liées à l'incidence croissante de l'obésité et aux problèmes de santé qui en découlent doit être mesuré en fonction de la réalité de l'obésité en tant que problème sanitaire au Canada. Si la consommation de boissons, même en incluant le jus de fruits pur à 100%, représente 7 % seulement de la consommation totale de calories chez les Canadiens selon les données de 2015 de Canadean, il semble totalement déraisonnable et injuste de cibler l'industrie des boissons pour gérer un problème de santé aussi complexe. Les taux d'obésité ont augmenté de façon constante au cours des 20 dernières années, alors que la consommation de boissons sucrées et de calories provenant de boissons en général a diminué pendant la même période; il n'existe aucun lien direct entre les boissons sucrées et la hausse des taux d'obésité au Canada. Plutôt que de préconiser de façon continue l'imposition de taxes sur nos produits, la Coalition Poids devrait, comme notre industrie, mettre en œuvre des projets positifs et proactifs qui ont une incidence concrète sur le bien-être de la société.

​​​​​​​