LES BLOGUES

Pourquoi pas Véronique?

22/04/2014 12:59 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

C'était dans un hôtel de Québec, un soir de 2005. J'étais alors assez jeune militant. Plein d'ambition et de naïveté. Nous étions réunis par un candidat dans le cadre de la course à la chefferie qui battait son plein au Parti québécois. Dans la salle, il y avait plusieurs hommes. De tous âges. Au milieu de ceux-ci, il y avait aussi quelques femmes. J'avais remarqué, juste derrière moi, une jeune et jolie avocate qui s'exprimait avec une petite voix remplie de conviction. Déjà, par l'éloquence dont elle faisait preuve et le dynamisme qu'elle dégageait, elle m'avait impressionné. Cette femme, c'était Véronique Hivon.

Dans les années qui virent par la suite, je continuai à suivre de loin son parcours en politique. J'ai assisté à sa première assemblée d'investiture dans la circonscription de Jean-Talon dans la région de la Capitale-Nationale. Elle ne gagna pas les élections cette année-là, mais elle continua le combat avec ardeur. Puis, quelle ne fut pas ma joie de la voir tour à tour être élue députée de Joliette et, quelque temps plus tard, nommée ministre au sein d'un gouvernement du Parti québécois. Lors des dernières élections, elle fut réélue avec une forte majorité malgré le contexte difficile pour le PQ.

Alors qu'avec les années elle en a séduit plus d'un au Parti québécois et dans Joliette par la ses propos rassembleurs, sa grande humanité et sa proximité des gens, c'est tout le Québec qu'elle a fini par séduire par sa grande préoccupation envers les citoyens et son travail assidu pour changer le monde. Pensons par exemple à cette loi sur « mourir dans la dignité » qu'elle a pilotée depuis les tout débuts, ou encore cette politique sur l'itinérance qu'elle a fait adopter à ses derniers jours comme ministre. La compassion, ça a toujours été important pour la députée Hivon. Elle, elle peut vraiment se targuer de faire de la politique différemment. C'est tout en son honneur.

L'élection du 7 avril dernier aura chamboulé profondément l'échiquier politique au Québec. La place de chef du Parti québécois étant désormais vacante (ou presque), plusieurs personnes seront sollicitées dans les prochains mois. Pour ma part, je crois que nous sommes prêts pour un grand changement. Je suis convaincu que tôt ou tard, il faudra faire le pari de l'audace pour amener le Québec plus loin. C'est pourquoi je crois que Véronique Hivon devrait se porter candidate à la chefferie du Parti Québécois. Mon argumentaire se base sur trois raisons. D'abord, pour un changement de ton, mais aussi pour un changement de génération et pour repartir sur des bases saines et pleines d'espoir.

Avec l'avènement d'une course à la chefferie au PQ, certains se tourneront tout naturellement vers les « coqs » du parti. Pensons entre autres aux Péladeau, Drainville ou Lisée pour ne nommer que ceux-là. On les dira batailleurs et redoutables. J'en suis. Par contre, il faut se questionner sur la forte popularité qui fut attribuée par le passé à Françoise David ou à Jack Layton, par exemple. Les citoyens aiment les politiciens qui agissent positivement, qui sont porteurs d'espoir. Véronique Hivon en est. Elle changerait assurément le ton des débats politiques et permettrait de faire avancer plusieurs projets qui sont chers aux Québécois.

D'ailleurs, il est impressionnant de voir à quel point Mme Hivon fait l'unanimité au sein de la population. Tant chez les militants du PQ, chez ses commettants, chez les électeurs du Québec, que chez certains collègues de partis adverses au sien, tous s'entendent, Véronique Hivon est une denrée rare en politique. Pour imager ce grand capital de sympathie qui rejaillit sur elle, il faut prendre connaissance des bons mots qu'a eus à son égard la députée libérale de Mille-Îles, Mme Francine Charbonneau, lors de la fin de session ayant mené aux élections du 7 avril : «Et je vous avoue que, malgré la partisanerie, malgré que je dois la regarder en face plutôt qu'à côté, j'ai beaucoup d'admiration pour la députée de Joliette, qui est maintenant rendue ministre.» Je suis convaincu que Véronique Hivon saurait rallier tant à gauche qu'à droite.

Depuis le temps que certains pourfendeurs du projet indépendantiste dépeignent ce dernier comme un rêve déchu porté par des barbus à la ceinture fléchée, ce serait leur donner une bonne leçon que mettre dans leurs pattes une leader jeune, dynamique et inspirante. Véronique Hivon serait assurément en mesure de rebâtir des ponts avec la jeune génération de Québécois qui a fait faux bond au PQ lors de la dernière élection. Sa jeunesse pourrait inspirer les plus âgés et faire rêver les plus jeunes d'un avenir meilleur, d'un avenir dont ils ont la destinée en mains.

De pouvoir compter sur des chefs aguerris qui ont beaucoup d'expériences de vie a son lot d'impacts positifs, il faut l'avouer. Mais personnellement, je commence à être un peu tanné d'être constamment sur le qui-vive de révélations sur la vie passée d'un de mes chefs. Il aurait pris un café avec tel mafieux, elle aurait donné des avantages à telle entreprise... Même si dans certains cas, ces affirmations sont non fondées, celles-ci tachent immanquablement la réputation du parti. Nous avons besoin d'un chef avec un historique sans tache. Véronique Hivon peut être cette porteuse d'espoir dont le Québec a tant besoin, cette femme qui saura amener une vision nouvelle, des projets mobilisateurs, qui nourrira l'espoir et multipliera le succès.

Je suis convaincu des impacts positifs que pourrait amener la candidature de Véronique Hivon à la chefferie sur le Parti québécois et sur le projet indépendantiste en entier. Plus que jamais, je crois qu'il est temps de s'élever au-dessus de la mêlée, d'amener le Québec ailleurs, vers des avenues jusque-là jamais explorées. L'espoir renait en moi.

Chère Véronique, le Québec a besoin de toi. Le temps venu, il faudra retenir ton souffle et sauter dans la mêlée avec l'élégance et l'humilité dont tu sais si bien faire preuve. Je serai alors à tes côtés. Enthousiasmé.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?