LES BLOGUES

Le postérieur royal

31/05/2014 09:00 EDT | Actualisé 31/07/2014 05:12 EDT

Une controverse fait rage actuellement au Royaume-Uni et dans certains pays du Commonwealth tels que l'Australie. En effet, le postérieur de la duchesse de Cambridge suscite un vaste débat. Récemment, au moins une partie des fesses de Kate Middleton a été immortalisée par un journaliste au pays des kangourous. Manifestement, la représentante de la monarchie britannique a gouté aux jolis risques encourus par le port d'une robe légère.

Le quotidien australien le Sydney Daily Telegraph a engendré un véritable «débat déontologique» en publiant mercredi dernier le cliché en question datant du mois d'avril. Devant la censure organisée par la presse britannique destinée à couvrir les précieux atouts de Mme Middleton, le journal australien a qualifié le geste de «ridicule». Bref, il s'agit de savoir s'il est indiqué de montrer dans les médias l'arrière-train d'une représentante de la noblesse.

Vive la République!

Le dévoilement anecdotique du postérieur de la duchesse trahit le caractère désuet de la monarchie. Comme d'autres, la monarchie britannique s'est métamorphosée en véritable «star-système» dans les dernières années. Les monarchistes s'acharnent à entretenir une culture qui fait coexister médiatiquement Paris Hilton, des rocks stars poudrées et leurs nobles protégés.

En effet, avec la diffusion du sentiment démocratique, les monarques de ce monde sont redevenus des individus «normaux» dont la généalogie n'a heureusement plus rien de sacré. En 2014, à quoi bon l'entretien de ce décorum archaïque lorsque même la noblesse la plus hautaine aime bien se rendre au Mc Do pour y déguster de fins produits du terroir?

Inutile de faire un détour: les fesses de la duchesse ne seront pas épargnées par le voyeurisme médiatique. Il devient même contreproductif de tenter d'en freiner les élans. L'heure est aux égoportraits: même le Pape François en a récemment testé l'utilité. Misère et grandeur du sentiment égalitaire.

Une douce revanche de l'Histoire

Il n'en demeure pas moins que cette saga nous place sur le terrain glissant de la liberté d'expression et du respect de la vie privée. En 2012, le magazine français Closer avait été poursuivi par le couple royal pour avoir publié une photo de Kate Middleton, seins nus sur son balcon d'une station balnéaire française. Une poursuite justifiée : oui ou non?

Sans verser dans la rancune, il est toujours amusant de constater que la monarchie britannique puisse s'offusquer de ces petits amuse-gueules populaires avec tant d'indignation. En temps de paix, avec quoi la monarchie espère-t-elle interpeller la populace, sinon avec quelques morceaux de chair savoureux et les scandales qui en découlent?

J'y vois presque une douce revanche de l'Histoire. Après tant de siècles passés au siphonnage des libertés démocratiques, après l'octroi du droit de cuissage aux seigneurs de guerre et à la mise en branle de déportations de populations entières, alors voilà que les derniers rejetons monarchiques s'indignent de l'empiètement du peuple sur sa vie privée. N'est-ce pas quelque peu loufoque?

Évidemment, certains me diront que les temps changent et qu'il ne sert à rien de raviver les blessures du passé. Que le couple royal est composé de deux bonnes personnes et qu'à travers lui, c'est un peuple qui se voit représenté.

Peut-être bien, mais une chose est sûre: si la duchesse de Cambridge tient tant à la préservation de sa pudeur royale, elle peut toujours essayer le pantalon.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

The 70 Best Pictures Of Kate Middleton The Duchess Of Cambridge


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?