LES BLOGUES

Peut-on faire confiance à Philippe Couillard?

06/03/2014 12:18 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Enfin: la campagne électorale est lancée. Nous saurons d'ici un mois si le Parti québécois réussira à former un gouvernement majoritaire. Et surtout: si le Québec pourra se doter d'une Charte de la laïcité. Pour ce faire, l'équipe de Pauline Marois devra maintenir son avance. Elle devra donc freiner toute possible remontée de Philippe Couillard et du Parti libéral.

La résistance ne rime jamais avec collaboration

Il m'apparaît évident que Philippe Couillard est un intellectuel déconnecté de la réalité politique québécoise. Le chef du PLQ entend donner des leçons aux Québécois sur leur manque « d'ouverture d'esprit ». Selon lui, la Charte proposée par le Parti québécois « brime des droits » et c'est pourquoi il conviendrait de remettre sur le droit chemin ce peuple indiscipliné. Mais Philippe Couillard est-il bien placé pour jouer les grands sages?

Tel que démontré dans mon livre Le nouveau triangle amoureux, Philippe Couillard manque de crédibilité en ce qui concerne la sacro-sainte tolérance devant laquelle il s'agenouille quotidiennement. En effet : Philippe Couillard a travaillé pendant plusieurs années pour une théocratie dont les droits de la personne sont loin d'être une priorité. Le régime de l'Arabie saoudite, auquel il a collaboré à titre de conseiller, est loin d'être un exemple en matière de respect de la différence. Encore moins en matière de respect des femmes. Qui saurait en douter?

Philippe Couillard pourra toujours se défendre en affirmant dissocier ses idées politiques de ses activités professionnelles passées. Il pourra toujours affirmer que le régime saoudien n'est pas si cruel et qu'il faut replacer certaines traditions dans leur contexte culturel...

Mais la population québécoise n'est pas dupe : Couillard ne peut pas si impunément prétendre défendre des droits individuels tout en ayant tiré d'importants revenus d'un gouvernement criminellement responsable de la mort de nombreux innocents.

Une vision utopique du politique

Si Couillard ne souhaite pas faire de l'ouverture à l'Autre son principal cheval de bataille lors de la prochaine campagne électorale, son aversion profonde envers l'autodétermination québécoise est manifeste. Le fédéralisme aveugle qu'il professe avec émotion n'est pas sans rappeler celui d'un Pierre Elliot Trudeau.

Philippe Couillard est donc lui aussi sur la voie du multiculturalisme - une véritable idéologie politique qu'il ne faut surtout pas confondre avec la diversité ethnique. Le chef du PLQ est bien déterminé à redonner ses lettres de noblesse à une constitution canadienne qu'il a proposé de signer sans tenir compte de l'avis des Québécois. Couillard s'empresse d'apposer sa signature sur un document qui nie l'existence du Québec en tant que nation.

Autrement dit, en appuyant de manière indéfectible une constitution ouvertement multiculturaliste, Philippe Couillard cautionne une vision typiquement anglo-saxonne du politique qui fait de toutes les communautés fermées sur elles-mêmes de parfaites candidates à l'intégration. La juxtaposition infinie des communautés religieuses prend le pas sur le sentiment d'appartenance à un pays: le respect bien abstrait de certaines chartes des droits, supposément universelles, devient l'unique critère de la citoyenneté.

Il reviendra évidemment aux Québécoises et aux Québécois de faire la démonstration de leur unité aux prochaines élections. Mais une chose est sure: le Québec ne peut pas faire confiance à Philippe Couillard. Le Québec a besoin d'un projet collectif de grande envergure, et ce n'est certainement pas le chef du PLQ qui va leur en fournir un.

>Élections 2014: toutes les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Campagne électorale : 16 luttes à surveiller

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?