LES BLOGUES

<em>The Interview</em>: ces bons Américains...

12/01/2015 03:31 EST | Actualisé 14/03/2015 05:12 EDT

The Interview (en français, L'interview qui tue!) est un film réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg qui a été diffusé dans quelques salles de films indépendants en Amérique du Nord et surtout en vidéo sur demande dès la période de Noël. On y suit le producteur Aaron Rapaport (Rogen) et l'intervieweur Dave Skylark (James Franco) alors qu'ils connaissent un succès monstre avec leur émission « Skylark Tonight » truffée d'entrevues pour le moins people. Mais voilà que le chef suprême de la République populaire démocratique de la Corée du Nord Kim Jong-un (Randall Park), qui ne manque pas un épisode de l'émission, invite Dave dans son pays afin qu'il l'interviewe. Les deux hommes s'empressent d'accepter, mais entre-temps, l'agente Lacey (Lizzy Caplan) du FBI entre en contact avec eux et les persuade d'assassiner le leader pour le plus grand bien de la terre entière. Mais comme on peut s'y attendre, le périple, de même que la mission ne se déroulent pas comme prévu.

The Interview est un film qui a davantage fait parler de lui pour son contexte que pour son contenu. En effet, à la suite d'une attaque informatique des studios Sony, des pirates auraient menacé le studio ainsi que toutes les salles de cinéma qui voudraient le projeter de sévères représailles. Pourtant, son contenu est d'une stupidité typique de certains films hollywoodiens qui viennent chaque année polluer nos écrans. À cause de la censure dont il a été un temps l'objet, il a bien évidemment suscité la curiosité de milliers de personnes : qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour la liberté d'expression...

Adultes attardés

Lorsqu'ils reçoivent cette requête pour le moins inattendue, Aaron et Dave sont ridiculisés par le milieu journalistique qui ne les a jamais pris au sérieux. Ceux-ci sont d'autant plus embarrassés qu'ils ont accepté que le leader leur soumette les questions à poser et par conséquent les réponses qui vont avec. Mais très tôt, c'est l'assassinat du despote commandité par le FBI qui occupe toutes leurs pensées. Dave doit porter un pansement empoisonné dans sa main droite et lorsqu'il serra la main du leader celui-ci s'imprégnera dans le sang de la victime et l'achèvera au cours des quelques heures. Par contre, après avoir visité le pays, Dave change d'avis. La population est heureuse, les épiceries regorgent de nourriture et Kim Jong-un en personne devient son meilleur ami. Peu de temps après, Aaron le confronte à la réalité du pays et Dave retourne sa chemise pour une énième fois. Y aura-t-il une entrevue? Est-ce que le chef sera assassiné? Pour ceux que ça intéresse, The Interview est disponible sur une multitude de plateformes digitales (Google Play, YouTube Movies, etc.) pour achat ou location.

N'eût été la publicité dont a joui Sony, le film aurait très probablement été un échec en salles. D'ailleurs, les critiques qui outrepassent son contexte ne sont pas tendres avec « l'œuvre ». James Franco, dont le talent d'acteur n'est plus à prouver joue délibérément mal et avec Seth Rogen à ses côtés, on a un duo aussi raffiné que le tandem Jim Carrey/Jeff Daniels dans Dumb & Dumber. L'humour ne vole pas haut non plus avec des répliques souvent scatologiques (« Look at this buttfuck », « I have a butthole and it's working overtime », etc.) et si des protagonistes masculins font preuve d'un peu de sensibilité, on les traite évidemment d'homosexuels. Pourtant, avec une ironie un peu plus poussée, The Interview aurait pu au moyen de l'humour dénoncer les éléments les plus ridicules du régime totalitaire sans pour autant se voir accoler l'étiquette de film politiquement engagé, mais Goldberg et Rogen ratent le coche.

Reflet d'une culture...

Si l'on peut reprocher à la Corée du Nord sa fermeture sur le monde, on pourrait en dire autant des États-Unis du point de vue culturel. Durant toute leur escapade dans le pays de Kim Jong-un, pas une fois Aaron et Dave ne manifestent un quelconque intérêt pour la culture locale. Si ce dernier se rapproche du dictateur, c'est parce qu'il se révèle lui-même américanisé. Il aime les cocktails, plus particulièrement les Margaritas, joue au basketball et Katie Perry est sa chanteuse favorite. Dave qui a les mêmes goûts en conclut qu'au fond, les humains, malgré des apparences physiques différentes, sont tous les mêmes et qu'il ne devrait pas y avoir d'animosité entre les peuples... du moment qu'ils pensent comme les Américains.

Dès que Sony a annoncé son intention de ne pas projeter le film en salles, il y a eu une levée de boucliers, notamment dans le milieu culturel et The Interview est devenu le symbole de la lutte contre la liberté d'expression. En attendant, un film comme Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu qui cartonne partout en Europe et qui cumule plus de 12 millions d'entrées rien qu'en France n'a toujours pas trouvé de diffuseur aux États-Unis et en Angleterre; l'humour y étant « politiquement incorrect ». Dans le film, les parents d'une famille française issue de la bourgeoisie catholique provinciale peinent à se remettre des mariages de leurs filles : l'une a épousé un musulman, une autre un juif, une autre un Chinois et la dernière, un noir. L'humour, non sans quelques clichés qui s'appuie sur les différences culturelles seraient perçus à la limite raciste par les diffuseurs nord-américains. Du coup, les Américains sont (légalement) privés de cette comédie franchement réussie... peut-on aller jusqu'à qualifier cela de censure? Deux poids, deux mesures.

Depuis son accessibilité au public, The Interview a généré plus de 31 millions de dollars rien qu'en vente en ligne et 5 millions en plus grâce aux projections dans les salles de cinéma. Bien que pour le moment le film reste déficitaire (il a coûté 44 millions $ à produire), les autres studios, y compris Netflix, salivent devant ce succès et cela prouve qu'un film diffusé en exclusivité sur le web est une option viable pour l'avenir. Mais ce ne sont pas tous les longs métrages qui bénéficieront d'une aussi belle (et gratuite) publicité. Reste que malgré sa stupidité, The Interview est peut-être un précurseur dans le domaine du septième art. L'avenir nous le dira.

Première de "The Interview"

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter