LES BLOGUES

<em>Un bonhomme sans histoire</em> ou l'histoire de la pensée: un merveilleux livre de Marie-Hélène Jarry pour les tout-petits

08/01/2014 12:09 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

«L'identité n'est pas donnée une fois pour toutes, elle se construit et se transforme tout au long de l'existence.» Amin Maalouf

En ces temps où semble se réveiller un peu partout la bête identitaire, où certains d'entre nous préfèrent se réfugier dans leurs plus anciennes habitudes ou traditions culturelles, succombent à la tentation du repli identitaire, pourquoi ne pas faire un petit tour à l'âge où tout, ou presque, nous était possible: l'enfance.

Récemment, j'ai eu la chance d'avoir entre les mains un livre pour les tout-petits, un petit bijou qui nous incite à réinterroger notre place dans ce monde, notre place avec les autres.

style="float: Le récit de ce «bonhomme sans histoire», c'est l'histoire de la pensée, de ce qui nous fait véritablement naître au monde. En un mot: être !

Tombé brutalement dans un monde qui lui est inconnu, ce petit bonhomme pense qu'il lui manque cruellement quelque chose : une histoire, une identité. «Il s'était regardé. Sur lui, aucun signe particulier : pas d'habits princiers ni de chapeau à plumes qui auraient pu l'aider à deviner son identité. Pour tout vêtement, il n'avait qu'un pantalon froissé et une chemise mal boutonnée.»

«D'où viens-je?», «Qui suis-je?», «Quelle est mon rôle, mon utilité?», «À qui ou à quoi est-ce que je ressemble?» ou, plus douloureusement, «Qui veut de moi ?», se demandera-t-il.

Comme si cela n'était pas déjà assez difficile, ce bonhomme pense également souffrir d'une terrible tare: il se trouve ordinaire! «Le bonhomme s'était penché sur son reflet: il avait vu des cheveux ni longs ni courts, des yeux d'un bleu certain, un nez un peu rond et une bouche triste». «Tel que je suis, je ne suis rien du tout», s'exclamera-t-il.

Mais «ce bonhomme ordinaire» a tout de même un caractère: «Il n'est pas du genre à se décourager».

Est vraiment ordinaire celui qui suit l'histoire qui a déjà été écrite

Seul un souvenir parvient à sa conscience, le lieu où sont consignées les histoires des hommes: les feuilles où il avait «des lettres et des espaces, des couleurs et des formes, du bonheur et des malheurs». En d'autres termes: le livre !

Fort de ce souvenir, c'est dans les livres trouvés à la bibliothèque qu'il poursuivra la quête de ses origines.

Il se fera embaucher par l'Ogre et sa femme dans l'histoire du Petit Poucet, il remplacera une fée dans La Belle au bois dormant et il se fera ami avec le Vilain petit canard. Autant d'histoires, de chemin qui ne mènent nulle part... À chaque fois, ce petit bonhomme se fera expulser par des personnages malveillants qui n'ont aucun désir de partager leur place, leur histoire.

Mais chacune de ses expériences, de ses tentatives pour découvrir sa raison d'être, est accompagnée d'une réflexion. Alors que l'Ogre et sa femme lui demanderont de préparer la marmite pour manger le Petit Poucet et ses frères, notre bonhomme, effrayé par le sort qui est réservé à ses amis, questionnera l'ordre qui lui est donné et comprendra que ce qu'on attend de lui pourrait ne pas correspondre avec qui il est.

Tout au long du récit, il y a une véritable correspondance entre la réflexion de notre bonhomme et son parcours. Ils peuvent à n'importe quel moment finir dans l'impasse, mais cela ne veut pas dire que ces chemins sont totalement fermés. Le chemin de la pensée n'est pas un espace plat et organisé, il est tortueux et appelle à la vigilance puisqu'il est imprévisible.

L'histoire de ce bonhomme sans histoire, nous rappelle une chose importante: que le chemin n'est clos que lorsqu'il y a désintéressement. Le chemin est une affaire d'intérêt, de persévérance. Point de salut pour celui en qui meurt la curiosité. Celui-là ne trouvera jamais rien. Le chemin de la pensée est une aventure méritée pour celles et ceux qui ne cesseront jamais de questionner leur être, cet être qui est plutôt affaire de caractère que d'identité.

Être, c'est créer à partir de sa propre expérience, de ses propres connaissances

Comprendre, c'est déjà une action violente sur les choses pour qu'elles nous parlent et nous dévoilent leurs petits secrets. Mais on ne peut trouver véritablement sa place en occupant celle d'un autre, on ne peut être soi-même en étant ce qu'un autre attend de nous, on ne peut vivre sa vie en vivant celle d'un autre ou en portant les habits d'un autre.

Le chemin est donc un espace toujours vierge comme l'illustre si bien la conclusion du récit de ce bonhomme: notre chemin ne se limite pas à la mesure d'un savoir précis, d'une philosophie précise et encore moins à une méthode précise comme pourrait le suggérer Descartes... Notre bonhomme n'a pas trouvé sa place parmi les personnages des histoires qu'il a parcourues, il n'a pas «découvert le livre d'où il est tombé», mais ressent bien que quelque chose s'est produit dans sa conscience: «Une histoire est en train de naître dans sa tête», une histoire dont il deviendra le héros. Désormais, il ne lui manque plus qu'une seule chose: «des crayons bien taillés pour écrire son histoire inventée!»

Récit d'émancipation qui est, plus encore qu'une ode à la lecture, une ode à la création. Ce «bonhomme sans histoire» est sans nul doute le petit frère cosmique du Petit Prince que l'auteure québécoise, Marie-Hélène Jarry, destine aux tout-petits.

Un livre très joliment illustré par Jean Hudon qui devrait donner aux enfants l'envie de rêver, de créer et de se créer, où s'inventer est plus important que de se modeler à une quelconque identité figée qui enferme tout autant notre être pensant que notre imagination.

NB: Ce livre est disponible à la Grande bibliothèque ainsi que dans toutes les bonnes librairies québécoises et en ligne sur Amazon s'il vous reste encore des cadeaux à faire...

Autres ouvrages de Marie-Hélène Jarry:

- Un temps de lapin

- À la recherche du tikami

- Quand les fantômes me réveillent

- Les Grandes menaces

- La Fête dans la salle de bains

Lectures suggérées pour les plus grands:

- Les identités meurtrières d'Amin Maalouf

- Chemins qui ne mènent nulle part de Martin Heidegger

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quelques livres coups de coeur de la blogueuse Julie Niquette

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.