LES BLOGUES

Briser les mythes économiques pour construire un monde meilleur

07/02/2015 08:14 EST | Actualisé 09/04/2015 05:12 EDT

Hier, les citoyens ont eu une fois de plus d'excellentes raisons d'être déçus par les faussetés véhiculées par le gouvernement Harper au sujet de ses politiques économiques et fiscales. Deux fois plutôt qu'une, mes questions sur ce sujet se sont vu répondre par des arguments vides de sens et fallacieux.

Selon le FMI, les membres du G20 et plusieurs autres experts en matière d'économie et de finances publiques, le seul phénomène économique d'importance en ce moment n'est pas la baisse du prix de pétrole, pas la dette ni même le besoin d'éliminer les déficits budgétaires. En effet, le seul phénomène économique d'importance en ce moment est la stagnation. Nous devons cesser de nous mentir à nous-mêmes : l'économie globale n'est pas en bonne santé, et le Canada n'est pas à l'abri.

Le catéchisme fiscal simpliste voulant que les déficits budgétaires soient éliminés à tout prix pour éviter de transférer la dette publique aux générations futures est réducteur et il ne représente qu'un « show de boucane » destiné à confondre le citoyen. Cette façon de penser et d'agir va, bien au contraire, transférer aux générations futures une dette encore plus ravageuse. Nous nous retrouverons avec des infrastructures désuètes et dangereuses, un épuisement des ressources naturelles, la dégradation de l'environnement, un haut taux de chômage et des inégalités croissantes entre les riches et les pauvres.

La volonté du gouvernement Harper d'équilibrer le budget à tout prix est une rhétorique électorale qui ne sert personne et surtout pas le bien public. Le gouvernement n'est pas une entreprise privée. Son avantage est qu'il peut, lorsque c'est nécessaire, emprunter à très bas coûts pour stimuler l'économie et assurer une relance économique qui profitera à tous les citoyens, à toutes les régions du pays. Ce n'est pas en gaspillant nos maigres surplus sur des allègements fiscaux aux familles de classe moyenne et élevée avec le fractionnement du revenu et la prestation universelle pour la garde des enfants (des gestes louables, mais qui ne profiteront qu'à très peu de gens) que le gouvernement va contribuer à la croissance économique. Bien au contraire il va limiter nos capacités d'action dans le futur.

On s'entend tous pour dire que d'emprunter pour financer les opérations en cours n'est pas une bonne idée. Mais emprunter pour investir dans notre futur l'est. Investir dans nos infrastructures, par exemple et tel que recommandé par les experts et tel que réclamé par les premiers ministres des provinces, est une idée censée. Imaginez où nous en serions si les gouvernements du passé avaient décidé d'équilibrer leur budget et d'offrir des allègements fiscaux à la place d'emprunter pour investir aux fins de bâtir les chemins de fer transcontinentaux et bien d'autres projets d'infrastructure d'envergure. Par ailleurs, le gouvernement fédéral est en bonne santé fiscale, ce qui est loin d'être le cas des provinces. Il est donc primordial que le gouvernement prenne l'initiative d'aider les provinces, les régions et les municipalités en investissant dans nos infrastructures. S'il ne le fait pas, nous laisserons une bien grande dette à nos enfants...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La dette des ménages canadiens, par province

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter