LES BLOGUES

Je suis Charlie et non pas Chaoui

02/02/2015 12:13 EST | Actualisé 04/04/2015 05:12 EDT

Les personnes qui me connaissent savent que je n'ai pas une seule parcelle de racisme en moi. Mes parents, comme des centaines de milliers d'immigrants, de toutes nationalités et de religions différentes se sont installés au Québec dans l'espoir d'une vie meilleure tout en apportant leur contribution à l'épanouissement de notre société.

Des milliers de musulmans ont aussi choisi le Québec comme terre d'accueil. Comme la majorité d'entre eux parlent français, le fait d'adopter le Québec est tout indiqué. J'ai l'honneur d'en compter plusieurs dans mon cercle d'amis. Ce sont des personnes respectueuses, très généreuses et compatissantes. Il n'est donc pas étonnant d'en retrouver plusieurs qui œuvrent dans le milieu de la santé. Dans nos discussions, si ce n'est pas moi qui les questionne sur leur religion, jamais ils n'en parlent et encore moins ils ne tenteront de m'imposer quoi que ce soit. Les femmes que je connais ne sont pas voilées et ne sont pas considérées par leurs conjoints comme des êtres inférieurs à l'homme, bien au contraire. Pour chaque radical, il y a des dizaines de milliers de musulmans bien intégrés et respectueux de nos us et coutumes. Il ne faut donc pas tous les identifier comme étant des ennemis de la démocratie et de la liberté d'expression.

Je suis donc a même de constater que les musulmans ne sont pas tous des radicaux de l'islam qui tentent par tous les moyens de nous convertir. Je n'en ai même jamais rencontré et honnêtement j'en suis fort heureux. Jamais je n'ai tenté d'imposer mes croyances à qui que ce soit. Je ne comprends donc pas pourquoi d'autres tenteraient de me convertir à l'Islam ou à toute autre forme de croyance.

Combien y a-t-il de personnes au Québec qui ont la même vision de la société que Hamza Chaoui, ce soi-disant imam qui veut ouvrir un centre communautaire dans l'est de Montréal? Il aurait déjà mentionné être contre les athées et les homosexuels en politique, que tous les hommes devraient porter la barbe et que la femme ne devrait pas sortir de chez elle si elle n'est pas accompagnée par un tuteur. Bien qu'une infime minorité de personnes pense comme lui, nous ne devons pas lui donner l'opportunité de véhiculer ses propos haineux, racistes et homophobes en ayant pour but non avoué de rallier les hommes qui visiteront son établissement. Je trouve ironique qu'il se serve de la liberté d'expression qui nous est si chère afin d'affirmer qu'il est contre la démocratie occidentale, mais aussi contre cette même liberté d'expression. Comme nous ne pouvons accuser quiconque, pas même Chaoui, en anticipant qu'il commettra un acte illégal, il faudra le surveiller de près et se servir de notre Charte des droits et libertés afin de l'empêcher de tenir des propos frôlant le radicalisme. La charte sera sans doute le meilleur outil pour combattre de tels propos. L'article 9.1. stipule que les libertés et droits fondamentaux s'exercent dans le respect des valeurs démocratiques, de l'ordre public et du bien-être général des citoyens du Québec. La loi peut, à cet égard, en fixer la portée et en aménager l'exercice.

Les personnes comme Hamza Chaoui ne peuvent faire autrement que de me porter à m'interroger sur leurs motivations. Ils nous arrivent de pays où la pratique radicale de leur religion correspond à leurs croyances et leurs valeurs. Je me demande donc pourquoi les personnes plus radicales choisissent un État comme le Québec où les citoyens sont libres de penser et de parler, où les femmes et les hommes sont considérés comme des êtres égaux, où le fait d'être homosexuel n'est pas un crime et où la démocratie l'emporte sur la religion? Est-il un missionnaire autoproclamé qui par charité humaine tentera de nous convaincre que nous nous sommes tous trompés et qu'il est le seul à connaitre la vérité ? N'en déplaise à monsieur Chaoui, malgré ses imperfections, nous aimons et tenons à garder notre démocratie et notre droit de démontrer notre désaccord sans avoir peur de se faire fouetter ou décapiter. Nos droits durement acquis feront en sorte que s'il véhicule de propos que nous jugerons inappropriés, nous pourrons faire pression sur nos élus afin qu'il soit expulsé du Canada. Il n'en sera que plus heureux et nous aussi ! Je suis Charlie et non pas Chaoui.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les dessinateurs rendent hommage à Charlie Hebdo

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter