LES BLOGUES

Oui, les hommes sont influencés par leurs amis

Entourée d’une équipe interdisciplinaire de chercheurs québécois, je me suis penchée sur cette question.

18/01/2018 09:00 EST | Actualisé 18/01/2018 09:00 EST
monkeybusinessimages via Getty Images

Jusqu'à aujourd'hui, la santé des hommes a fait l'objet de milliers de publications scientifiques. Toutefois, les chercheurs se sont principalement intéressés aux problèmes et aux difficultés rencontrés, de sorte que le portrait qui se dégage de cette littérature est plutôt sombre : les hommes meurent plus jeunes, se suicident davantage, font plus d'accidents d'automobile, boivent plus, se droguent plus, consultent moins les ressources d'aide et prennent moins soin de leur santé que les femmes. Peu d'études ont tenté de comprendre ce qui aide les hommes à prendre soin de leur santé. Entourée d'une équipe interdisciplinaire de chercheurs québécois, je me suis penchée sur cette question et j'ai fait des découvertes intéressantes qui ont été publiées dans l'American Journal of Men's Health.

Notre recherche, financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, avait pour objectif de mieux comprendre les facteurs associés à l'adoption des comportements promoteurs de santé chez les hommes. Nous avons d'abord réalisé une enquête par questionnaire auprès de 669 hommes travailleurs syndiqués âgés de 19 à 71 ans (âge moyen de 47 ans). À l'aide d'un instrument standardisé, la fréquence d'adoption de six comportements promoteurs de santé a été mesurée : la nutrition, l'exercice physique, la gestion du stress, l'entretien des relations interpersonnelles, la responsabilisation à l'égard de sa santé et la spiritualité.

Les résultats de l'étude ont révélé que le soutien offert par les pairs est l'un des facteurs les plus fortement associés à l'adoption des comportements promoteurs de santé.

Les résultats de l'étude ont révélé que le soutien offert par les pairs est l'un des facteurs les plus fortement associés à l'adoption des comportements promoteurs de santé. Plus les hommes rapportent que leurs amis ou leurs collègues les félicitent pour l'adoption d'un comportement favorable à la santé, les encouragent à modifier un comportement néfaste pour la santé ou posent des gestes concrets pour les aider à prendre soin de leur santé, plus ils adoptent chacun des six comportements de santé étudiés. L'influence des pairs est d'ailleurs plus importante que celle de la conjointe, laquelle se manifeste uniquement pour certains comportements de santé (nutrition, relations interpersonnelles et responsabilité à l'égard de sa santé).

Afin de mieux comprendre comment s'exerce l'influence des pairs, nous avons ensuite sélectionné parmi les participants au questionnaire un sous-échantillon à variation maximale constitué des hommes qui prenaient le mieux soin de leur santé (cas lumineux) et de ceux qui avaient le plus de difficulté à le faire. Des entrevues individuelles en profondeur ont permis d'identifier trois principaux mécanismes par lesquels les amis et les collègues influencent les comportements de santé des hommes : faire ensemble, être inspiré et inspirer les autres. En partageant un repas ou une activité de loisirs, les hommes facilitent l'adoption de comportements sains (si le repas choisi est de bonne qualité et que l'activité physique est au programme, par exemple) ou au contraire lui nuisent (si la restauration rapide et une activité sédentaire sont privilégiées, par exemple). Les hommes s'inspirent aussi mutuellement : les hommes qui prennent soin de leur santé sont entourés d'amis et de collègues qui sont pour eux des modèles positifs, ce qui les incitent à calquer leur propre comportement sur le leur. Par comparaison, les hommes qui ont plus de difficulté à prendre soin de leur santé sont davantage entourés d'hommes qui sont des modèles de comportements à éviter.

Les hommes qui ont plus de difficulté à prendre soin de leur santé sont davantage entourés d'hommes qui sont des modèles de comportements à éviter.

Finalement, parmi les «cas lumineux» on retrouve des hommes qui se considèrent eux-mêmes comme des modèles positifs qui inspirent leurs amis et leurs collègues de telle sorte qu'ils se sentent la responsabilité de continuer à prendre soin de leur santé.

En conclusion, cette étude originale montre que les efforts de promotion de la santé ne doivent pas cibler uniquement les comportements individuels, mais mettre à profit l'influence qui s'exerce entre les membres d'un groupe (une entreprise ou une communauté, par exemple). Les comportements de santé sont contagieux et nous avons tous un rôle à jouer dans leur propagation.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost