LES BLOGUES

Un argument de poids

12/04/2013 05:20 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT
Getty Images
Businesswoman with suitcase in airport

Une petite compagnie aérienne des Samoa, un chapelet d'îles situé dans le Pacifique Sud, a relancé le débat à savoir s'il faut fixer ou non le prix des billets d'avion en fonction du poids des passagers. Tels des kiwis ou des melons au supermarché, Samoa Air place dorénavant ses clients sur une balance afin de déterminer le coût du trajet. Selon le résultat obtenu, la personne paiera entre 0,60 $ et 1,70 $ par kilogramme en fonction de la distance à parcourir.

Au nom de la discrimination, plusieurs poivrent déjà le transporteur en lui lançant des tomates, heureusement en spécial cette semaine chez Loblaws à 2,18 $ le kilo. D'autres saluent l'audace de l'entreprise, faisant remarquer la facture salée imposée depuis un certain temps par les compagnies aériennes pour l'ajout d'une seconde valise à ses bagages ou pour la surcharge de carburant. D'ailleurs, selon The Economist, un kilogramme en moins sur un avion équivaudrait à une économie de 3 000 $.

Le Canada a été, en janvier 2008, le premier pays à s'exprimer sur le sujet, du moins en ce qui a trait au transport aérien. La décision, entérinée par la Cour Suprême, laissait dès lors entendre que les personnes reconnues comme ayant une déficience en raison de leur obésité devraient obtenir un second siège pour le prix d'un seul.

Avec l'espace restreint des sièges offerts de nos jours par la majorité des transporteurs, il est facile de se mettre dans la peau d'une personne avec un surplus de poids, car même les plus sveltes ont parfois l'impression d'être des baleines qu'on tente de forcer dans une boîte de sardines. Pour leur part, les contorsionnistes du Cirque du Soleil doivent user de leurs meilleurs trucs pour arriver à prendre place dans un banc.

Où faut-il cependant trancher la poire sans que les législateurs ne soient remplis de prunes infligées par des citoyens en colère? Est-ce que les nains paieront moitié prix? Est-ce que les transporteurs vont demander un bras aux manchots?

Les transporteurs aériens ont pour leur part déjà mis de l'avant diverses mesures pour alléger le poids de leurs passagers - ou est-ce de leurs dépenses? - en coupant dans le gras : finis les sacs microscopiques de peanuts ou de bretzels, les ustensiles autres qu'en plastique et les boissons à volonté. Place au régime minceur sur toute la ligne!

Toutefois, d'ici à ce qu'une solution juste et équitable soit trouvée au débat, les lutteurs sumos auront amplement le temps d'évaluer leurs positions...

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST: Les pires pistes d'atterrissage (vdéorama en anglais)

World's Scariest Runways (VIDEOS)