LES BLOGUES

Hillary Clinton descend de la première famille montréalaise

C'est l'un des secrets les mieux gardés du 375e de Montréal.

07/08/2017 06:00 EDT | Actualisé 15/08/2017 17:21 EDT
WireImage
Hillary Rodham Clinton descend de Nicolas Godé et de Françoise Gadois, la première famille montréalaise, les Louis Hébert et Marie Rollet de Ville-Marie.

Hillary Rodham Clinton descend de Nicolas Godé et de Françoise Gadois, la première famille montréalaise, les Louis Hébert et Marie Rollet de Ville-Marie. C'est l'un des secrets les mieux gardés de cet étrange 375e rozonnien, juste pour rire sans doute avant le plus sérieux 400e à venir.

Nicolas Godé (Gaudet), son épouse Françoise Gadois et leurs quatre enfants constituaient la seule famille parmi la cinquantaine de Montréalistes venu fonder Ville-Marie en 1642. Les autres, de Maisonneuve à Mance, étaient célibataires, sans enfants avec eux, ou religieux portant des vêtements assez ostentatoires merci, mais ça, c'est une autre histoire...

Nicolas a connu une fin atroce. En 1657, à 74 ans, alors qu'il réparait le toit de sa maison avec son gendre et un domestique du nom de Jacques Noël (non, ce n'est pas mon ancêtre), il reçoit la visite inquiétante d'une demi-douzaine d'Iroquois assez féroces.

Les relations avec les Iroquois sont tendues. Elles le sont, en fait, depuis que Champlain s'est collé aux Hurons en 1609 dans la bataille du lac Champlain. La Grande Paix de Montréal, qui mettra fin à un siècle de guérilla, ne sera signée qu'en 1701. Entre-temps, il faut faire gaffe au centre-ville de Ville-Marie.

Pour faire baisser la tension, Godé les invite à manger. Après le gueuleton, croyant les avoir apprivoisés, Godé et ses deux hommes reprennent les travaux sur le toit sans se méfier de la gabegie des Agniers. Ces derniers s'emparent des fusils des Français, les tuent à bout portant, puis les scalpent, tradition ancestrale oblige. Sa veuve, épargnée, vivra jusqu'à l'âge de 96 ans. Sans 911 ni Urgence-Santé. Une force de la nature la Françoise.

Vers 1740, leur arrière-petit-fils, Jacques Gaudet (1699-1760) part pour Détroit. Fondée par Cadillac en 1701, Détroit a été française pendant tout le 18e siècle. Elle n'a été donnée aux Américains qu'en 1796, après le traité de Londres. Un incendie, en 1805, a détruit toute l'architecture française, laissant place à ce qui allait devenir, au 20e siècle, la ville de l'automobile. Et au 21e, un désert urbain...

Vers 1775, son fils, Joseph Charles Gaudet (1751-1818) s'établit à L'Assomption, située juste en face de Détroit (Windsor aujourd'hui), aussi française à l'époque.

La famille Gaudet passe un bon siècle à L'Assomption et Détroit. En 1821, sa fille Catherine Gaudet (1793-1855) épouse James McDougall. Leur fille Mary Ann (aussi appelée Marie-Françoise) épouse un Français du nom d'Antoine Martin en 1841.

Les Martin ont une fille, Délia Martin (1861-1920), qui s'établit à Chicago et qui est francophone. La fille de Délia, Della Murray (1902-1960), épouse en 1918, à 16 ans à peine, Edwin John Howell Jr (1897-1946), un modeste pompier de Chicago (la profession n'est devenue glamour qu'au tournant du 21e siècle; une étrange histoire mariant des tours qui tombent et des calendriers sexistes...).

Celle qui est au Québec présentement et qu'on devrait traiter comme une enfant de la Diaspora québécoise, une enfant de la première famille montréalaise, plutôt qu'une pure étrangère.

L'année suivante nait Dorothy Emma Howell (1919-2011), la mère de celle qui a occupé la Maison-Blanche pendant huit ans, frôlant de peu le Bureau ovale. Celle qui est au Québec présentement et qu'on devrait traiter comme une enfant de la Diaspora québécoise, une enfant de la première famille montréalaise, plutôt qu'une pure étrangère.

LIGNÉE GAUDET D'HILLARY RODHAM CLINTON

RODHAM, Hugh Ellsworth (1911-1993)

HOWELL, Dorothy Emma (1919-2011 )

Mariés en 1942

HOWELL, Edwin John (1897-1946)

MURRAY, Della (1902-1960)

m. 29 juin 1918, Chicago, Illinois

MURRAY, Daniel (1859-1921)

MARTIN, Délia (1861-1920)

m. 6 avril 1882, Détroit, Michigan

MARTIN, Antoine (1816-?)

MCDOUGALL, Mary Ann (Marie-Françoise) (1823-1898)

m. 22 juin 1841, L'Assomption, Sandwich, Windsor

MCDOUGALL, James (1793-?)

GAUDET dit MARENTETTE, Catherine (1793-1855)

m. 9 janvier 1821, L'Assomption, Sandwich, Windsor

GAUDET dit MARENTETTE, Joseph Charles (1751-1818)

PILET, Jeanne-Marie (1756-1824)

m. 19 février 1775, L'Assomption, Sandwich, Windsor

GAUDET, Jacques (1699-1760)

BEAUDRY, Louise-Marie (1724-1766)

m. 15 août 1743, Mission des Hurons, Ile Bois-Blanc

GAUDET, Jacques (1673-1729)

DUGUAY, Marguerite (1680-1730)

  1. 04 novembre 1698, Trois-Rivières

    (le couple a eu au moins 9 enfants)

GODÉ, Nicolas (1629-1697)

PICARD, Marguerite (1643-1722)

m. 12 novembre 1658, Montréal

GODÉ, Nicolas (1583-1657)

GADOIS, Françoise (1593-1689)

m. 1620 St-Martin D'Igee, Perche, France

LE DÉTROIT FRANÇAIS

1701 : Antoine Laumet de Lamothe (1658-1730), sieur de Cadillac, fonde Fort Pontchartrain du détroit quelques mois avant la Grande Paix de Montréal. Dans un voyage précédent, il avait découvert l'importance stratégique du " détroit " (une rivière en fait) qui liait le Lac Huron au lac Érié. Parti de Montréal avec une centaine de personnes, il veut empêcher que les plus belles peaux de castors tombent aux mains des Anglais qui avancent autour des Grands Lacs, assurer du travail aux coureurs des bois et nouer des alliances avec les Autochtones. Sa femme, Marie-Thérèse Guyon, Canadienne de la troisième génération, le suivra l'année suivante. Ils ont eu 13 enfants. Antoine et Marie-Thérèse sont morts en France.

1760 : les Anglais prennent possession de la ville qui compte 2000 habitants et 300 édifices. C'est la plus grosse agglomération de la Nouvelle-France à l'ouest de Montréal.

1763 : Pontiac, allié des Français, tente un soulèvement. Mais il est abandonné par ses alliés, menottés par les termes du Traité de Paris. Enragé contre Pontiac, le général Amherst transmet la petite variole aux Indiens avec des couvertures contaminées; une première mondiale dans les annales de la guerre biologique.

1783 : Détroit est cédé aux Américains, mais le transfert d'autorité n'a lieu qu'en

1796. Les deux tiers de la ville, qui compte 2600 habitants, sont toujours français à la fin du siècle.

1805 : la ville française est ravagée par un incendie. Elle sera reconstruite par Augustus Woodward selon un plan s'inspirant de Washington, la ville de L'Enfant.

http://recivilization.net/AmericanCityBuilding/215woodwardsdetroit.php

1812 : après la guerre contre le Canada, des vagues d'immigrants venus du Kentucky, de la Nouvelle-Angleterre et des Iles britanniques, placeront rapidement les Français en minorité.

http://recivilization.net/AmericanCityBuilding/215woodwardsdetroit.php

1850 : à l'arrivée de la famille d'Antoine Martin à Détroit, la ville est rendue à 21,000 habitants. L'industrialisation, qui amènera bientôt d'autres vagues d'immigrants écossais, irlandais et italiens, noiera pour toujours l'élément français de la ville fondée par Cadillac.

http://detroithistorical.org/learn/timeline-detroit/early-american-detroit-1787-1820

Jacques Noël est l'auteur du livre La Diaspora québécoise (Édition GID).

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Comment faire son arbre généalogique (suite)
» BLOGUE Comment faire son arbre généalogique
» BLOGUE Nous sommes des enfants d'Amérique