LES BLOGUES

D’un régime à l’autre

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour perdre quelques kilos ? Des diètes de toutes sortes apparaissent et disparaissent pour être remplacées par d'autres, souvent, encore plus farfelues que les précédentes...

05/08/2017 08:00 EDT | Actualisé 05/08/2017 08:35 EDT
stockvisual via Getty Images
Accuser tel aliment ou tel autre d'être responsable de l'obésité ou encore faire croire qu'il existe des diètes miracles relève de l'illusionnisme.

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour perdre quelques kilos ? Des diètes de toutes sortes apparaissent et disparaissent pour être remplacées par d'autres, souvent, encore plus farfelues que les précédentes... En 2000, j'ai eu le plaisir de collaborer à l'écriture d'un livre qui s'intitulait : Question de maigrir. Ce qu'il faut savoir pour contrôler son poids avec le Dr Dominique Garrel. Le Dr Garrel, un médecin et endocrinologue, a suivi une formation en recherche sur la nutrition à l'Université Berkeley en Californie et est professeur titulaire et directeur du Département de nutrition de la Faculté de médecine à l'Université de Montréal. Il ne s'agissait donc pas d'un livre qui donnait des recettes miracles, mais qui renseignait objectivement sur les routes à suivre si on voulait contrôler son poids. J'avais pensé que le livre, compte tenu de la crédibilité à toute épreuve de son auteur et des besoins de la population, se vendrait à plusieurs milliers, voire à des dizaines de milliers d'exemplaires. Tel ne fut malheureusement pas le cas. Il semble que dans ce domaine, il aurait fallu une recette miracle, une pilule quelconque ou une approche sensationnaliste pour attirer l'immense population de ceux qui désirent perdre quelques kilos.

D'ailleurs, il n'est pas étonnant que bien souvent, les succès de librairie relèvent d'au moins une des trois approches ci-haut citées. Mais il faut bien comprendre ici que le succès en est un financier pour celui qui sort la nouvelle méthode et non un succès en matière de perte de poids à long terme pour celui qui y adhère. La liste des diètes qui ont connu leurs heures de gloire et qui ressuscitent à l'occasion est longue : le régime Atkins, le régime de Berverly Hill, le régime hollywoodien, le régime basé sur les groupes sanguins, l'alimentation macrobiotique, l'alimentation vivante, le régime de Montignac, et je pourrais en ajouter d'autres.

« Par-delà le risque pour la santé plus ou moins important qu'apportent ces techniques, elles présentent un autre inconvénient majeur : Pendant que les personnes s'y adonnent, elles n'apprennent rien ou pire des faussetés en ce qui concerne la perte et le maintien du poids. Quand on tente de vous faire avaler qu'il existe de bons ou de mauvais glucides, on vous berne », mentionne le Dr Garrel dans son ouvrage.

Heidi Powell, une étoile montante dans le domaine de la perte de poids et de l'entraînement suggère de boire, tenez-vous bien, 5 litres d'eau par jour, ce qui augmenterait le métabolisme de 30% et entraînerait une perte de poids.

D'autres diètes miracles supposément appuyées par des dictats scientifiques continueront d'alimenter nos fantasmes. Une des dernières en lice est celle de boire beaucoup plus d'eau que nécessaire. Ainsi, Heidi Powell, une étoile montante dans le domaine de la perte de poids et de l'entraînement suggère de boire, tenez-vous bien, 5 litres d'eau par jour, ce qui augmenterait le métabolisme de 30% et entraînerait une perte de poids. Peut-on parler ici de pseudoscience ? Sur le site de l'agence Science Presse, on relate un discours opposé d'une docteure écossaise : « Selon Margaret McCartney, boire beaucoup d'eau peut perturber le sommeil et causer des dommages aux reins, entraînant une incontinence urinaire, surtout chez la femme. Une consommation excessive d'eau pourrait aussi déclencher une « hyponatrémie », une affection pouvant mener à une hypertension intracrânienne potentiellement mortelle. Selon elle, aucune preuve scientifique n'appuie les recommandations émises depuis plusieurs années par les nutritionnistes qui incitent à consommer autant d'eau. »

Pour ma part en ce qui concerne ma santé et mon alimentation, je préfère me référer souvent à cette faculté que l'on nomme le gros bon sens ou encore à un médecin spécialiste. Depuis l'aube de l'humanité, s'il y avait existé un truc miracle pour perdre du poids, cela se serait su ! Accuser tel aliment ou tel autre d'être responsable de l'obésité ou encore faire croire qu'il existe des diètes miracles relève de l'illusionnisme. La physiologie humaine est faite en sorte que lorsqu'on ingère plus d'énergie qu'on en a besoin, celle-ci sera mise en réserve sous forme de graisse pour pallier à l'éventualité d'une famine, phénomène qui se répétait très souvent anciennement. En effet pendant des centaines de milliers d'années, des périodes de famine se faisaient fréquemment sentir et décimaient des populations entières. Qu'elles soient dues à de mauvaises conditions météorologiques (eh oui, même lorsqu'il n'y avait pas d'automobiles et de pollution chimique, la météo pouvait connaître des écarts catastrophiques pour la cueillette des fruits et légumes), à des chasses infructueuses ou encore à des guerres, souvent les famines frappaient. Ceux qui avaient une bonne réserve de graisse survivaient, les autres non. C'est pourquoi, pendant longtemps, afficher un certain embonpoint était à la mode, c'était non seulement un signe d'opulence, mais aussi un espoir de survie en cas de disette.

Peu d'exercices et beaucoup de nourriture, voilà la diète parfaite pour l'obésité.

Dans les pays industrialisés, les famines ont disparu et au lieu de travailler la terre, semer et récolter ses légumes ou au lieu d'avoir à courir de longues heures en forêt à la recherche de gibier, le seul exercice que l'on a à faire est de se rendre au supermarché du coin et marcher entre les allées pour aller chercher notre pitance. Peu d'exercices et beaucoup de nourriture, voilà la diète parfaite pour l'obésité.

Et le retour au poids santé n'est pas une mince affaire. Des habitudes ont été prises sinon ancrées, des émotions ont été impliquées, des réflexes ont été acquis et ainsi reprendre le contrôle de son poids devient pour plusieurs un pénible travail au quotidien. Il faut s'astreindre à accepter d'y aller un jour à la fois tout comme pour toute autre dépendance. Mais dans ces autres dépendances, il est possible d'éliminer totalement l'agent en cause, que ce soit la cigarette, l'alcool ou les autres drogues. Ce n'est pas facile, mais c'est possible. Dans le cas où l'agent addictif est la nourriture, il est impossible d'y renoncer totalement. Le défi n'en est que plus difficile à relever. Tout comme il existe les AA (Alcooliques anonymes), il y a aussi les OA (Outremangeurs anonymes). On peut y trouver sur leur site web :

« Chez OUTREMANGEURS ANONYMES, l'abstinence est l'action de s'abstenir de manger compulsivement. Nombreux d'entre nous ont constaté qu'ils ne pouvaient s'abstenir de manger compulsivement sans l'utilisation des (9) outils de rétablissement proposés par notre mode de vie.

Ces neuf outils sont :

  • Le plan alimentaire
  • Le parrainage et le marrainage
  • Les réunions
  • Les appels téléphoniques
  • L'écriture
  • Les publications OA et AA
  • Le plan d'action
  • L'anonymat
  • Le service

Pour plus d'informations sur cet aspect de notre mode de vie, nous vous invitons à lire le dépliant « Outils de rétablissement » qui est disponible dans les réunions OA. »

(http://outremangeurs.org/) ou il est possible de les joindre au téléphone au : 514-490-1939 ou encore sans frais au 1-877-509-1939.

Nul n'est besoin de se rendre malade avec la panoplie de diètes proposées pour perdre du poids.

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Entre Frankeinstein et le miracle
» BLOGUE Histoire de dents
» BLOGUE L'acné : une histoire qui se répète