LES BLOGUES

Brûlements d'estomac: des explications

Longtemps, le stress fut pointé du doigt comme étant le plus grand responsable des ulcères.

14/10/2017 08:00 EDT
Getty Images/iStockphoto
Le tabagisme agit de plusieurs façons pour favoriser les ulcères.

Ces douleurs caractéristiques peuvent provenir de trois endroits spécifiques : l'œsophage (conduit entre l'arrière-gorge et l'estomac), l'estomac et le duodénum (première partie de l'intestin grêle). Dans le premier cas, on parle de refoulement œsophagien et dans les autres, d'ulcère gastroduodénal. Les brûlements d'estomac sont causés par une altération de la muqueuse gastrique. Celle-ci est une membrane qui protège les parois de l'œsophage, l'estomac et les intestins des acides produits pour aider la digestion des aliments. Plusieurs phénomènes peuvent contribuer à fragiliser cette muqueuse gastrique dont les plus importants sont l'hérédité, la consommation répétée de certains médicaments, le mode de vie et l'alimentation. En intervenant sur l'un et l'autre de ces facteurs, il devient possible de se débarrasser de ces brûlements pour le moins désagréables.

Les facteurs qui favorisent l'ulcère gastroduodénal

Dans certains cas, il existe des facteurs de nature héréditaire. Ainsi une personne dont un membre de sa famille immédiate a souffert d'ulcères court trois fois plus de risques d'en développer aussi. La prise régulière et surtout lorsqu'elle est à fortes doses de médicaments de type AINS (Anti Inflammatoire Non Stéroïdien, par exemple, l'aspirine et plus faiblement l'acétaminophène et l'ibuprofène) peut, dans certains cas, favoriser la formation d'ulcères. Des formulations enrobées de ces médicaments peuvent parfois être utilisées avec succès.

Longtemps, le stress fut pointé du doigt comme étant le plus grand responsable des ulcères.

Longtemps, le stress fut pointé du doigt comme étant le plus grand responsable des ulcères. Ce qui demeure encore vrai dans l'état des connaissances actuelles est qu'une personne qui a des ulcères verra sa condition s'aggraver lorsqu'elle vit des stress plus importants. En d'autres termes, le stress émotionnel ne causerait pas d'ulcères, il ne ferait qu'aggraver les douleurs dues à des ulcères existants.

Le tabagisme agit de plusieurs façons pour favoriser les ulcères. Le tabac agit non seulement en provoquant l'apparition des ulcères, mais en plus, il ralentit la cicatrisation compromettant ainsi la guérison de ces ulcères.

La consommation prolongée ou abusive d'alcool peut aussi jouer un rôle précipitant ou aggravant pour les ulcères. Il y a eu des cas d'hémorragies digestives dues à une surconsommation d'alcool.

L'autre facteur susceptible de provoquer des ulcères est la bactérie Helicobacter pylori. On la retrouve dans près de 80% des ulcères gastriques et dans près de 90% des ulcères duodénaux. Mais on n'a toujours pas déterminé si cette bactérie pouvait causer ou était plutôt la conséquence des ulcères. Selon la Société canadienne du cancer : « Environ 10 à 15 % des personnes atteintes d'une infection à H. pylori développeront une maladie ulcéreuse gastroduodénale, soit des lésions ou des ulcères dans le revêtement de l'estomac ou du duodénum (première partie de l'intestin grêle) ».

Les traitements

Quatre voies s'offrent en thérapie et elles sont souvent utilisées simultanément. Il s'agit de diminuer le niveau d'acidité à l'intérieur de l'estomac (1), de limiter la quantité de sécrétions d'acides gastriques (2), de protéger les endroits où il y a des ulcères et où la muqueuse est atteinte (3) et finalement, en présence de la bactérie Hélicobacter pylori, on pourra prescrire aussi des antibiotiques (4). Dans certains cas de complications, des chirurgies peuvent être utiles.

L'alimentation

Pendant plusieurs années, il fut recommandé aux personnes souffrant d'ulcères un régime à base de lait ou de crème en pensant que ces boissons pouvaient diminuer le niveau d'acidité de l'estomac. Bien au contraire, les produits laitiers ont tendance à augmenter la production d'acides gastriques. Pourtant plusieurs personnes disent ressentir un soulagement de la douleur lorsqu'elles boivent du lait. Quand c'est le cas, il n'y a aucune raison d'abandonner cette pratique. Autre mythe, les épices ont longtemps été accusées de sinon provoquer, du moins aggraver des ulcères. Pourtant les récentes recherches ont démontré que les épices contiennent une substance, la capsaïcine, qui protège la paroi de l'estomac. Il n'y aurait donc pas de raison de limiter les épices, sauf pour certaines personnes qui y sont intolérantes.

Certains aliments et boissons sont à éviter : tout ce qui contient de la caféine. En présence d'ulcères, l'alcool est aussi à prohiber. Il est aussi plus sage d'éviter les charcuteries, les viandes poêlées dans le beurre ou la margarine, les œufs frits et les sauces riches.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost