LES BLOGUES

La revanche (vengeance) du Tapis rose

04/10/2013 12:45 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

Cela sonne franchement comme un règlement de compte. Après avoir été sèchement rabrouée par la relationniste américaine Bryna Rifkin durant la première à Toronto du film Blood Ties, l'animatrice du Tapis rose, Catherine Beauchamp, a vu rouge et s'est empressée de mettre en ligne sur YouTube l'extrait vidéo. Pauvre Catherine qui ne voulait qu'un bref échange avec la merveilleuse actrice française Marion Cotillard. Mais la méchante et vilaine attachée de presse l'en a empêché d'où ce beau crêpage de chignon.


Dans l'univers souvent impitoyable des vedettes hollywoodiennes, les attachés font la pluie et le beau temps. C'est archiconnu. Les journalistes culturels, surtout ceux qui n'ont pas l'opportunité de représenter de «grands» médias, savent qu'il n'y a pas d'entrevue sans leur accord. Ils doivent par conséquent jouer d'amabilité et de ruse afin d'avoir la chance d'approcher la très convoitée bulle médiatique des vedettes de cinéma.

Les salamalecs en tout genre et le copinage deviennent donc une réalité quotidienne pour les journalistes équilibristes. Dès lors, cela devient comme un jeu, une danse où le scribe doit surtout éviter de perdre sa crédibilité.

Beauchamp s'évertue depuis quelques années maintenant à faire la promotion des films québécois dans leur grande majorité, et ce quelques jours avant leur sortie en salles. Les capsules web du Tapis rose sont du bonbon pour l'industrie du cinéma local puisqu'ils n'ont rien de bien menaçant dans leur format quasi publicitaire. Les relationnistes de chez nous le savent fort bien.

Mais hors Québec, le Tapis rose retrouve son anonymat. N'ayant pas la chance d'avoir le tampon «New York Time» ou «CNN» écrit sur le front, Catherine Beauchamp doit comme lors du dernier Festival de Toronto se battre en compagnie de son fidèle caméraman - au même titre que des centaines d'autres accréditées - pour convaincre les attachés de presse de la pertinence de son média. Des fois ça fonctionne, et d'autres fois non.

À L'occurrence, cela n'a pas marché avec Bryna Rifkin. Mais pourquoi donc avoir mis en ligne cet échange certes acrimonieux, mais loin d'être exceptionnel? Se faire un gros coup de publicité ou pour dénoncer un comportement jugé répréhensible? Visiblement de mauvaise humeur, l'agente américaine de Marion Cotillard considérée à Hollywood pour être l'une des meilleures dans sa catégorie a refusé catégoriquement que Catherine Beauchamp lui pose une question.

Et alors? Malgré les apparences, l'ambiance dans ce genre d'événement est rarement à la fête pour tous ceux qui y travaillent. Les journalistes sont sous pression, les vedettes doivent garder le sourire quoiqu'il puisse se produire, et les attachés de presse sont engagés pour faire rouler la machine en accordant quelques minutes à tel représentant ou quelques secondes à tel autre.

Journaliste pour un magazine québécois, j'ai couvert le festival dans la Ville reine en 2008. Les refus y étaient déjà nombreux. Souvent, sans cérémonie, les attachés vous éjectent d'un revers de la main parfois avec un plaisir non dissimulé. Comme l'accréditation ne vous donne pas la certitude de rencontrer vos acteurs ou actrices préférés, tout le monde court comme des poules sans tête pour son bout de gâteau. J'ai finalement réussi à convaincre certains relationnistes qui m'ont offert des entrevues avec Spike Lee ou Gael García Bernal. Tandis que d'autres m'ont prié d'aller voir ailleurs.

Dans ce milieu ultra-compétitif composé de frustrations et de convoitises malsaines, personne n'a franchement des leçons de comportements à donner aux autres. Et ce n'est d'ailleurs pas pour rien si ceux qui se sont empressés de reprendre la vidéo afin d'espérer créer un «buzz» sur la toile s'avèrent en grande majorité les médias du potinage américain.

Les paparazzi, ennemis jurés des attachés de presse à Hollywood, voudraient bien avoir la tête de Bryna Rifkin en guise de trophée. Catherine Beauchamp devrait sentir le piège et retirer sa vidéo au plus vite. Mais sans doute est-il déjà trop tard.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des images du Tapis rouge du TIFF 2013

TIFF 2013 Red Carpet

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.