LES BLOGUES

Renaître de ses cendres après une rupture

Prendre une décision aussi lourde de conséquences, sur mes petites épaules tellement fragiles, reste encore le moment le plus difficile de ma vie.

31/08/2017 09:00 EDT | Actualisé 01/09/2017 11:44 EDT
praetorianphoto via Getty Images
Une rupture peut prendre énormément de temps à guérir, même si c'est nous qui avons pris la décision.

Je me souviens de ce moment comme s'il était survenu hier. Pourtant, c'était le 25 août 2008, une journée qui s'annonçait comme les autres. J'étais en vacances, on avait décidé de se garder une journée de vacances, sans la petite, pour aller au cinéma, en couple malheureux.

J'avais déjà commencé un travail sur moi-même sans qu'il ne le sache, depuis plusieurs mois. Je connaissais déjà l'issue de notre relation, depuis un bon moment, et lui aussi. J'avais une phrase prise dans la gorge depuis plusieurs semaines. Une phrase qui allait changer toute ma vie, toutes nos vies, à nous trois. Je cherchais toujours le bon moment, les bons mots, la bonne façon, mais il n'y en avait pas.

Je crois que je n'ai jamais été aussi malheureuse que les 2 années qui ont précédé le moment où ma bouche lui a dit « c'est fini ». Je m'imaginais le faire tout doucement, sans vague et pourtant ce moment est arrivé en plein tsunami. Un tsunami qui a failli passer inaperçu, et pourtant. J'allais me lever du cinéma, et j'allais partir, pour toujours.

Prendre une décision aussi lourde de conséquences, sur mes petites épaules tellement fragiles, reste encore le moment le plus difficile de ma vie.

Les mois qui ont suivi, j'ai pleuré, plus que je n'ai jamais pleuré dans ma vie. Pleurer à devoir me mettre en petite boule dans mon lit, parce que c'était l'intérieur de mon corps qui me faisait mal. Parce que mon rêve de petite fille venait de s'écrouler aussi rapidement qu'un jeu de cartes. Prendre une décision aussi lourde de conséquences, sur mes petites épaules tellement fragiles, reste encore le moment le plus difficile de ma vie.

Je pourrais raconter en détail cette rupture qui continue depuis presque 10 ans. Je pourrais la décrire de façon tellement réaliste que je pourrais en ressentir encore le goût des larmes, de la colère et finalement le goût du bonheur. Mais j'ai fini par accepter ce qui a été fait, accepter les choix, et réalisé que j'ai sauvé tout le monde.

Toutes ces années à réussir à faire l'impossible. L'impossible, qui était pour moi d'élever un enfant seule. Seule, en étant deux parents dans deux maisons, seule dans une maison avec un enfant qui te regarde avec les plus beaux yeux du monde, mais qui ne comprend pas encore. Seule avec les crises, avec les questions, avec son enfant qui grandit sous nos yeux sans pouvoir l'arrêter. Se dire qu'elle finira par comprendre. Et voir plusieurs années plus tard qu'elle a compris.

Être seule pour la première fois de ma vie, être seule tout en ayant à gérer la vie d'une petite personne.

Toutes ces années à la regarder grandir, à la voir se forger sa personnalité au travers deux parents complètement différents. Le nombre de fois où j'ai voulu abandonner quand elle était plus petite. Abandonner parce que tout me dépassait. Être seule pour la première fois de ma vie, être seule tout en ayant à gérer la vie d'une petite personne.

Une rupture peut prendre énormément de temps à guérir, même si c'est nous qui avons pris la décision. Du temps pour pardonner à l'autre, mais surtout pour se pardonner à soi-même. Devenir enfin en paix avec les choix qu'on a faits pendant presque deux décennies. Prendre toutes ses années pour se dire que ça n'arrivera plus. Qu'on est rendue plus forte, mais toujours avoir la crainte de retomber et de retourner sous une couverture invisible pour se cacher et se fondre dans l'autre pour ne pas déplaire.

Prendre toutes ses années pour se dire qu'on est finalement heureux. Regarder son enfant de 12 ans et se dire qu'elle ne serait pas qui elle est si on avait décidé de rester.

Être fière d'une relation bâtie petit à petit, une complicité qui, j'espère ne cessera de grandir entre elle et moi.

Regarder le passé et en être fière. Être fière d'une relation bâtie petit à petit, une complicité qui, j'espère ne cessera de grandir entre elle et moi.

Regarder le passé et se dire que notre décision n'était pas purement égoïste, que c'était pour elle, aussi ... et sourire, enfin.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à nouvelles@huffpost.com

LIRE AUSSI
»
Voici le secret pour rendre le sexe plus agréable pour les femmes et les hommes
» BLOGUE La poudre pour bébé est-elle vraiment toxique?
» BLOGUE Je suis hypersensible et mon quotidien est différent du vôtre