LES BLOGUES

Nouveau pont Champlain: une occasion ratée

28/10/2012 03:17 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST
Alamy

Par sa gestion improvisée et opaque du dossier du nouveau pont Champlain, le gouvernement conservateur manque une occasion unique de bâtir un lien solide avec la communauté de la Rive-Sud de Montréal.

Dès les premières étapes de ce chantier crucial pour notre région, le ministre des Transports Denis Lebel a opté pour le secret le plus total. Seul dans son bureau, il a décidé de bâtir l'ouvrage en partenariat public-privé, d'y instaurer un péage et de consacrer une place minuscule au transport en commun. Aucune consultation publique, pas d'appel à la réflexion collective, fermeture totale face à l'opinion des citoyens: l'impression que les conservateurs ont décidé d'agir en vase clos n'a rien de farfelue.

Le nouveau pont Champlain sera pourtant le chantier le plus important pour notre communauté au cours des prochaines années, et de loin. Nul besoin de rappeler l'importance économique vitale de ce tronçon routier, ni l'absolue nécessité qu'il représente pour les dizaines de milliers d'usagers qui l'empruntent quotidiennement. Sachant cela, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas daigné demander son avis à la population avant de se lancer tête baissée dans ce projet? Le ministre fait plutôt de la vieille politique et prend des décisions déconnectées de la réalité du terrain, comme si l'avis des gens ne comptait pas.

Personnellement, j'ai réalisé que la politique a changé et que la discussion entre gouvernement et citoyens est d'une importance capitale. Dès janvier, j'ai organisé une assemblée publique pour débattre des différentes options s'offrant à nous quant au nouveau pont. Des experts et des centaines de citoyens ont écouté, échangé et soupesé les pour et les contre dans un respect mutuel. À la suite de cette rencontre, j'ai transmis les préoccupations des gens à la Chambre des communes en posant des questions écrites et orales au gouvernement. Enfin, je suis allé à la rencontre des gens de l'Agence métropolitaine de transport pour obtenir leur avis sur l'intégration du transport en commun au projet.

Mon équipe et moi avons ainsi pallié au manque d'écoute flagrant et permanent qui semble affliger les conservateurs. J'ai d'ailleurs l'intention de poursuivre dans cette voie en tenant une seconde consultation publique et en informant correctement mes concitoyens sur l'évolution du dossier.

Je fournis ces efforts parce que dans mon esprit, le nouveau pont Champlain représente davantage qu'un simple ouvrage de métal et de bitume. L'occasion était belle, à mes yeux, de bâtir deux ponts simultanément: le premier un lien routier entre la Rive-Sud et l'île de Montréal, le second entre le gouvernement fédéral et la population de la région. Les mauvais choix des conservateurs sont toutefois en train d'empêcher cette occasion unique de se concrétiser.