LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Guy Thibaudeau Headshot

Ski de printemps ou ski d'hiver cette semaine?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

On peut définir le ski de printemps de toutes sortes de manières. En jasant avec plusieurs skieurs ce week-end, j'ai pu constater que tout le monde n'en a pas la même définition.

Le froid et les surfaces durcies des derniers jours ont fait dire à certains que nous étions encore en conditions hivernales. Pour d'autres, le simple fait d'être officiellement passé de l'hiver au printemps suffisait pour parler de ski de printemps. En fait, puisque les conditions de neige sont grandement une question de perception tout le monde a sans doute un peu raison.

En réalité par contre, le simple fait de retrouver des surfaces dures et du temps froid ne nous place pas nécessairement en conditions hivernales. Ce que nous avons vécu le week-end dernier fut plus une neige de printemps (jeudi et vendredi) qui s'est durcie avec le retour du froid vendredi. Contrairement à une vraie neige d'hiver, celle-ci était bien transformée et ne constituait plus une neige «d'hiver».

Certains centres de l'est du Québec avaient par contre reçu un peu de neige d'hiver vendredi, ce qui les plaçait plus en conditions hivernales; mélange de poudreuse et granuleuse qui demeurait quand même sur un fond très dur.

Conditions variables

D'une façon certaine, la principale caractéristique du ski de printemps est la variabilité des conditions de neige. Selon les stations et les régions, on peut retrouver de tout au cours d'une même journée.

- Variabilité selon l'altitude. Les grands centres tels que Le Massif de Charlevoix offrent souvent une neige plus hivernale au sommet (Camp Boule) tandis que la neige ramollit considérablement à la base.
- Variabilité selon les versants comme à Tremblant et au Mont-Sainte-Anne, où les versants nord demeurent toujours en conditions hivernales plus longtemps que leurs versants sud.
- Variabilité selon le damage. Très souvent au printemps, seules les pistes damées la nuit précédente sont skiables, les autres étant trop glacées. On parle ici de pistes à bosses et de sous-bois qui ne reçoivent habituellement pas de damage mécanique pour concasser la glace. Ces pistes ne peuvent rouvrir que si le mercure ou le soleil les font ramollir. Les centres disent souvent qu'elles sont «en ouverture graduelle», même si cela peut prendre trois ou quatre jours.

mont grand fonds
Ski d'hiver au Mont Grand Fonds, mardi 22 mars.

La «fenêtre» pour les conditions idéales

On parle aussi au printemps d'une «fenêtre» de temps chaque jour où les conditions peuvent être idéales, un peu comme un fruit qui n'est ni trop dur, ni trop mûr; la période où la neige commence à ramollir, mais avant qu'elle devienne trop molle et lourde.

Une semaine relativement fraîche

Le temps relativement froid cette semaine, accompagné dans certaines régions d'un peu de neige, maintiendra encore des conditions variables qui dans certains cas, après la neige prévue, pourraient ressembler à des conditions hivernales. Et même si, en réalité nous sommes en période de ski printanier, il est plutôt improbable que la neige devienne lourde et mouillée sauf au bas des remontées. Tout ceci est cependant de bon augure pour le week-end Pascal.

Activité au ralenti

Plusieurs centres sont déjà fermés en semaine, anticipant une baisse d'achalandage de fin de saison. Notons, tous les centres satellites du Mont St-Sauveur soit Mont Olympia, Mont Gabriel et Ski Morin Heights dans les Laurentides, ainsi qu'Edelweiss en Outaouais, Chantecler, Mont Avalanche et Vallée Bleue; Ski Montcalm dans Lanaudière; le Mont Gleason à Warwick au Centre du Québec ainsi que tous les centres du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie qui, comme tous les autres, rouvriront vendredi pour le week-end de Pâques.

Mis à part les centres de ski de fond des régions de Québec et de Charlevoix qui offrent encore des conditions hivernales et qui fonctionnent normalement, les centres des Laurentides, de Lanaudière et de l'Outaouais fonctionnent à régime réduit dans des conditions typiquement printanières. Comme toujours vous pouvez consulter SKInet Canada pour plus d'information sur chacune des stations.

Charlevoix bien enneigé

Sur la route de Montréal vers Charlevoix, il est évident que la neige est beaucoup plus abondante dans cette dernière région et on en prévoit encore pour les prochains jours. Mardi, au Mont Grand-Fonds, conditions encore bien hivernales autant pour le ski de fond que pour le ski alpin et, comme toujours, très peu de skieurs. Carrément un centre à découvrir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
5 bonnes raisons de skier au Massif de Charlevoix
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter