LES BLOGUES

Des idées nouvelles pour les négociations entre Israël et la Palestine

28/08/2013 12:05 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

Les négociations recommencent. Est-ce sérieux cette fois?

Israël répète depuis toujours que sa priorité, c'est la reconnaissance, la sécurité et le droit de vivre en paix avec ses voisins. La Palestine ne peut exister en tant qu'État sans contrôler véritablement un territoire d'une certaine dimension, et ce territoire ne peut-être autre que la Cisjordanie et Gaza. Le vieil espoir de faire de la Jordanie le pays des Palestiniens est mort.

Le démantèlement des colonies juives à Gaza au début de ce siècle n'a pas apporté la sécurité à Israël, ni la prospérité aux millions et demi d'Arabes à Gaza. Au contraire. Le Hamas ne siège pas à la table de négociations encore cette fois-ci.

Proposition: l'ONU devrait déclarer que le futur État de la Palestine sera composé de la Cisjordanie de 1948 et de Gaza. Israël aussi. Cela devrait être accepté par tous, y compris le Hamas, le Fatah, la population israélienne dans son ensemble, et la diaspora juive.

Pensons autrement: les Arabes qui vivent en Israël (plus d'un million) conserveraient leur nationalité israélienne, alors que les Juifs qui se trouvent en Palestine obtiendraient la nationalité palestinienne. Vous avez bien lu. Il y aurait des Palestiniens juifs. N'y a-t-il pas des députés arabes à la Knesset? Alors, pourquoi pas des députés juifs au parlement de l'État de la Palestine? Ainsi, personne n'aurait l'obligation de déménager, et les deux États n'auraient d'autres choix que de coopérer, ne serait-ce que pour assurer la protection de leurs minorités... arabe en Israël, juive en Palestine. Les colons juifs qui ne désirent pas vivre en Palestine déménageront en Israël, et les Arabes israéliens pourront faire de même en Palestine. La haine de part et d'autre est-elle trop profonde?

Allons plus loin: suggérons aux futurs pays d'Israël et de la Palestine de conclure des traités de libre-échange et de rendre leurs frontières ouvertes, à l'instar des pays membres de l'espace Schengen, en Europe. Si Israël et la Palestine veulent vraiment la paix, ils coopéreront à tous les points de vue, face aux questions relatives à la sécurité, à l'énergie, au commerce, à la main-d'œuvre, aux échanges culturels, à l'eau, à l'environnement, d'égal à égal.

Attention: ça ne serait pas un État binational, mais bien deux États... un officiellement juif, comme le désire Israël, et l'autre défini par les Palestiniens.

Les deux parlements siègeront à Jérusalem, une première dans l'histoire de l'humanité, à ma connaissance : deux pays ayant la même capitale. Les deux parlements pourraient tenir des sessions communes lorsque l'objet des discussions le commande. La ville de Jérusalem serait dotée d'un statut particulier, selon le bon choix des communautés et des religions qui l'habitent.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Espoirs de paix?

- Négociations israélo-palestiniennes: une nouvelle ère?

- Comment expliquer la «popularité» du conflit israélo-palestinien?

Peut-on vraiment penser que les Palestiniens accepteront un État diminué à presque rien, sans un réel contrôle sur leur territoire et la population qui l'habite? Qu'Israël se contentera de garanties plus ou moins valables au niveau de sa sécurité? Sera-t-il possible de conclure une paix durable sans l'accord de Gaza et de la droite israélienne? De sortir 400 000 colons juifs de Cisjordanie? Comment faire comprendre aux autres pays du Moyen-Orient que le futur accord sera fondamental et accepté par les deux populations en cause, pas seulement par les politiciens qui siègent à la table des négociations? Sinon, la violence, la domination, et la frustration continueront, et rien ne sera résolu.

Rappelons-nous que tous les Blancs n'ont pas quitté l'Afrique du Sud à la suite de la prise du pouvoir par l'ANC. Que tous les citoyens d'origine russe n'ont pas fui les pays baltes à la suite de l'effondrement de l'URSS. Est-ce que des minorités peuvent s'épanouir dans plusieurs pays du monde? Oui. Alors, pourquoi ne pas oser et peut-être obtenir une paix durable pour tous. Ces négociations sont-elles sérieuses, ou s'agit-il d'amuser la galerie encore une fois?

Quant aux réfugiés de la fin des années 1940, ils devraient recevoir compensation et décider de s'établir en Palestine au sein de la majorité arabe, en Israël au sein de la minorité arabe, ou simplement demeurer où ils se trouvent. Les multiples générations qui ont peuplé ces camps ont droit à mieux.

Rappelons-nous aussi qu'à la fin de ces années 1940, en Europe, Allemands et Français ont fait appel à la raison après de nombreux siècles de discorde, de guerres, et des millions de morts. Aujourd'hui, aucun Allemand ni Français ne songerait à déclarer la guerre l'un contre l'autre, peu importe les différends. Ce n'est pas le grand amour, mais c'est la coopération, l'échange, le soutien, la communication. Ces deux pays ont livré au monde entier un exemple stupéfiant au siècle dernier, malgré de sérieuses réticences. Regardez l'Union européenne aujourd'hui, c'est un énorme succès, malgré les présentes difficultés. Le temps a fait son œuvre. Les conflits se règlement aux tables de négociations, pas par les armes!

Si Israël et la Palestine désirent conclure une entente durable, il faudra trouver des solutions nouvelles et faire en sorte que les populations les acceptent, de part et d'autre, et non pas uniquement échanger quelques petits territoires qui ne satisferont personne, sans être capables d'offrir des garanties de sécurité véritables. À mon avis, cette nouvelle dynamique sera porteuse d'espoir. Ce sont deux peuples sérieux où l'éducation, l'audace, et la survie occupent une place de choix. Selon moi, cette nouvelle synergie en surprendra plusieurs de par le monde.

Les gens de Gaza vivent dans des conditions déplorables. Les Palestiniens de Cisjordanie sont fatigués. Les Israéliens de bonne foi et les membres de la diaspora juive savent trop bien que le statu quo ne peut durer, ne serait-ce que dans la perspective de devenir minoritaire dans leur propre environnement dans une génération et d'en perdre le contrôle. Que voulez-vous vraiment?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les négociations israélo-palestiniennes depuis 1993

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.