LES BLOGUES

Pour qui, pourquoi, quand et comment je vote

28/08/2012 10:18 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT
SRC

Je ne représente qu'une goutte d'eau dans l'océan. Et on ne parle ici que d'un pauvre petit x à inscrire sur un bout de papier, qu'on plie ensuite pour le déposer dans une boite, qui sera décomptée plus tard. Je sais. C'est rien.

Mais ce x, moi, j'y crois. Et ce sentiment de fierté de me présenter à l'école primaire du coin pour aller voter m'envahit chaque fois. Je fais partie des gens qui croient en une démocratie saine. Con de même, le gars.

Je suis aussi de ceux qui se disent que notre système actuel est désuet, voire totalement inefficace, dans l'état actuel des choses. La démocratie est là, puisque nous votons en toute liberté. Mais le résultat m'apparaît de moins en moins démocratique. Quand je vois Charest nous diriger depuis 9 ans avec moins de 30 % des voix, quand je vois le maire Gérald Tremblay "diriger" Montréal depuis Jonas dans la baleine avec une minorité, lui aussi, j'ai mal à notre démocratie. Ouch.

Il est grand temps que le tout soit réformé. Pauline nous promet des élections à date fixe et un maximum de deux mandats possibles pour un PM. Voilà qui est un début. Mais ça reste une promesse électorale.

Le choix du comment

Quel système adopter? Partons du système des Français, je dirais.

Peut-être pas intégralement, mais je pense qu'au bout du compte (ou des tours), la personne qui nous dirige doit nécessairement obtenir un beau 50 %+1. N'est-ce pas là une BASE, en démocratie?

Sans cela, nous sommes condamnés à subir des dirigeants minoritaires pour le reste du temps. Des gens qui ne nous ressemblent pas. Au nombre de partis que nous avons sur le petit carton de vote, je pense que des "tours" régleraient bien des choses.

Les partis politiques le font déjà pour les courses à l'investiture! Pourquoi? Parce qu'au nombre de candidats, ce serait absurde de prendre le bonhomme qui a obtenu 24 % des voix seulement comme chef...

Pour qui je vote le 4 septembre

C'est dépassé de cacher pour qui l'on vote aux élections, alors il ne me fait pas plaisir du tout de vous annoncer que je voterai pour le PQ.

Pas plaisir. Parce que je n'aime pas ce vieux parti encrassé dans des guerres ridicules entre ses membres. Un parti qui a arboré le carré rouge de façon opportuniste. Mais plusieurs raisons font en sorte que je voterai tout de même pour Pauline.

1- Le PQ est le seul parti qui, j'en suis certain, ne nous mènera pas à la souveraineté.

2- John James Charest, ça va faire. Sa gestion de la crise étudiante est la preuve évidente que ce type doit partir. Mettre le Québec à feu et à sang pour 1625 $, j'espère que c'est la dernière fois que je vois ça. Franchement ridicule. Bye, PLQ.

3- Option Nationale est souverainiste «pur et dur». Pas moi. Mais je trouve qu'Aussant est le meilleur chef, le plus brillant. Too bad, ON.

4- Québec Solitaire, y'a des limites à augmenter toutes les prestations inimaginables. Et l'université gratuite, c'est non. Tout cela me coûte assez cher comme ça.  Et plus un service est gratuit, plus les gens en abusent (note : le réseau de la santé est «gratuit»).

5- La CAQ est un ramassis de n'importe quoi. Au départ, j'aimais le concept. Je fus des personnes séduites par le nouveau, les projets de la CAQ, le ménage prévu. Puis, c'est rapidement devenu une farce de mononcle. Rebello (mais où est-il passé?!) fut le strike two dans ma tête. Le strike three fut Barrette et sa promesse des médecins de famille. Plus ça va, plus ils prennent les électeurs pour des cons. 94 promesses, vraiment?!

5- Et les autres, bien c'est ça, ce sont "les autres"...

Alors, je procéderai par élimination et je voterai Pauline "le rythme dans la peau" Marois.

Il n'a jamais été question pour moi de ne pas voter. C'est vraiment lâche de ne pas voter. Et aller annuler mon vote ne me ressemble pas. Je ne veux pas laisser le choix aux autres; je veux participer.

Je voterai donc pour les moins pires. Et attention, cela n'est pas un «vote stratégique». On n'est pas à Occupation Double, bordel! C'est de notre avenir dont on parle, ici. Mais aucun parti ne me rejoint réellement. Alors, je vote pour le plus près... ou le moins loin de mes valeurs.

J'avais hâte d'avoir la chance de sortir John James... Mais je ne suis plus certain du tout que le changement sera si bénéfique que ça pour le Québec. À suivre...