LES BLOGUES

Patriotes à la grandeur du Québec

19/05/2014 06:13 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Malgré sa renommée encore modeste, la Journée nationale des patriotes de lundi présente souvent d'étonnants liens avec l'actualité. On pense cette année au débat sur le rôle et à la place de l'enseignement de l'histoire, au devoir de mémoire et de vigilance de chaque citoyen à l'heure où sévit le cynique envers la politique, ou à l'étonnant leadership pris par le gouvernement Harper au plan des commémorations historiques. Une question récurrente demeure toutefois à savoir jusqu'à quel point l'héritage patriote peut pleinement être revendiqué par les Québécois de chaque région et non pas seulement par ceux habitant la région de Montréal, où s'est déroulé l'essentiel des batailles en 1837 et 1838.

C'est en partie pour y répondre que le MNQ, coordonnateur des activités de la Journée des patriotes, a retenu cette année le thème, « Patriotes à la grandeur du Québec », pour rappeler que de grandes manifestations politiques se sont déroulées partout au Bas-Canada, le Québec de l'époque. Dès 1827, les Patriotes recueillent 87 000 signatures dans toutes les paroisses pour dénoncer le gouvernement colonial et réclamer des institutions démocratiques. Aux élections d'octobre 1834, les dernières avant les rébellions, le Parti patriote remporte 77 sièges sur 88, seuls lui échappant quelques comtés en Gaspésie et en Estrie. Partout ailleurs les idées patriotes triomphent. Devant le refus de Londres d'obtempérer aux demandes formulées dans les 92 Résolutions, les patriotes tiennent une centaine d'assemblées publiques à la grandeur du territoire, de l'Outaouais à Charlevoix. Elles traduisent toutes une grande soif de liberté et de justice et témoignent de l'attachement de notre peuple à sa culture et à ses institutions. Inaugurées en mai 1837, ces assemblées sont d'ailleurs à l'origine du choix de la date anniversaire désignant la Journée nationale des patriotes, soit le troisième lundi du mois de mai.

Au-delà de cette apparente unité, il faut cependant tenir compte que l'identité nationale n'est encore qu'embryonnaire et, qu'en 1837, nos ancêtres s'identifiaient d'abord à leur famille, leur paroisse et leur seigneurie : des réseaux de solidarités généralement à la base de leur engagement politique. La lutte patriote tient donc autant d'un vaste mouvement national mené par le Parti canadien à compter de 1806 qu'à la somme de diverses tensions régionales, dont les motifs purent paraître partout les mêmes, mais dont l'enjeu se résume souvent à régler de vieilles querelles. Abordé du point de vue régional, l'engagement des individus impliqués en 1837-1838 apparaît tout à coup plus tangible et plus conforme au rapport au monde qu'entretenaient alors les habitants de la vallée du Saint-Laurent.

Ce sera bien sûr la force du Parti patriote d'être parvenu à fédérer ces sources locales de mécontentement, autour d'une lutte nationale visant la réforme des institutions politiques. Le prix à payer sera cependant de devoir compter avec des militants plus difficiles à contrôler, mus par des motivations très diverses et généralement plus pressés d'en découdre. Ces rivalités s'expriment en particulier à la toute veille de l'insurrection de 1837, alors que les « grandes batailles » sont partout précédées d'une série de charivaris et d'escarmouches, d'abord destinés à régler des querelles locales. À ce jeu, il était à prévoir que ces rivalités locales dégénèrent et fassent déraper la stratégie politique orchestrée par Louis-Joseph Papineau et ainsi engager la machine infernale menant aux affrontements armés et à la répression.

Pratiquement chaque région du Québec abrite des lieux de mémoire, des maisons patrimoniales, des musées, des monuments ou de simples rappels toponymiques qui témoignent de l'inextinguible idéal des patriotes de 1837-1838. Les Québécois de chaque région sont donc conviés cette année à renouer avec l'histoire de leur région, à participer à l'une des 50 activités proposées à la grandeur du territoire et à ainsi découvrir ceux qui, chez eux, ont contribué à ce vaste mouvement citoyen à l'origine de notre démocratie moderne.

Retrouvez sur le blogue de Gilles Laporte sa série de 15 billets sur les patriotes et leurs histoires, d'est en ouest du Québec.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des patriotes de 1837

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?