Gilles Jacob

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Gilles Jacob
 

Cannes: festival de films ou films de festival?

Publication: 13/05/2013 00:02

Quand des individus aux yeux rougis se réunissent en un même lieu pour visionner des films, on a coutume d'appeler cet attroupement festival de cinéma.

Contrairement à une croyance établie ce ne sont pas les frères Lumière qui ont inventé le cinématographe mais le mathématicien Archimède (287-212 av. J.-C.).

Selon Archimède, en effet, tout film plongé dans un festival reçoit, de par la notoriété que cette présentation lui confère, une poussée égale à:

2013-05-10-formulearchimede.jpeg


Ce qui attribue au film considéré un regain de gloire pour son metteur en scène, de recettes pour son producteur et de classement au Guinness des records pour l'œuvre elle-même.

Quelles sont donc les caractéristiques censées justifier la dénomination "film-de-festival"?

2013-05-10-Platoraphael2.jpgContrairement aux œuvres de grands réalisateurs, un film-de-festival est conçu à seule fin d'être sélectionné dans un de ces festivals internationaux dont le Festival de Cannes est le nec plus ultra, si l'on en croit Platon d'Athènes (-427/-348). Le même Platon auquel le mythe de la caverne a permis de revendiquer l'invention de la salle de cinéma.

Les prétendants au titre de film-de-festival ont longtemps cru qu'il suffisait d'imaginer des rôles sortant de l'ordinaire pour faire béer d'admiration les sélectionneurs, critiques, jurés, et spectateurs de cette tambouille démente: entre sœur déchue et sœur dépendante qui donc, de Bette Davis ou de Joan Crawford, l'emportera dans les simagrées et les grands-guignolades, les gesticulations et les véhémences? Tout ce que l'épate, pire: l'esbroufe, peut apporter pour se faire remarquer et admirer.

Ce peut être l'attitude du bossu courbé en qui s'identifieront tous les Quasimodo post-Charles Laughton, ce peut être un viol dans un couloir du métro où, simulation ou pas, l'infortunée Monica Bellucci se tortille sous l'ignoble agresseur, ce peut être Jack Nicholson quand il soulève ses sourcils comme une danseuse de flamenco sa jupe, ce peut être enfin un requin articulé dont les soubresauts de l'aileron montre qu'il a les crocs, Ô président Spielberg !

Bref, tout ce qui est bon pour magnifier la vertu cardinale du film-de-festival, l'exagération en première ligne. L'outrance sous toutes ses formes.

À d'autres moments, le film-de-festival s'assagit et la ruse change d'optique. Ce ne sont plus que mimiques intériorisées, sobriété de rigueur, minimalisme affiché. Un imperceptible frémissement de narine de Meryl Streep dans Sur la route de Madison au moment où est censée culminer l'émotion et voici la récompense suprême préemptée.

Force est d'admettre qu'une larme a perlé, parfois, au coin des paupières de pourtant secs comités de sélection, mais on finissait toujours par trouver un être assez insensible pour crier: "Ah! Non: pas à moi...". Et le film n'était pas retenu tant il est vrai que l'avis d'un seul asséné de manière catégorique peut faire pencher la balance en faveur de la défaveur.

Apparut, vers les années 1910/20, le snobisme du "film d'art" puis du "film d'avant-garde", et ainsi de suite, d'un genre à l'autre, mais le temps qu'on s'avisât de leur existence, la mode en était passée, ce qui démontre une fois encore avec Euclide (300 avant notre ère) que la somme des nombres premiers tend bien vers l'infini, soit:

2013-05-10-formuleeuclyde.jpeg


C'est pourquoi, après des essais et des essais, la notion même de film-de-festival tomba en désuétude et la pratique revint de réaliser les meilleurs films possibles, tout simplement.

Ce qui n'était déjà pas si mal.


2013-05-10-original.jpg

La sélection officielle de la 66e édition du Festival de Cannes

Loading Slideshow...
  • Le Passé d'Asghar Farhadi

    <strong>Pitch:</strong> Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d'Ahmad pour tenter d'améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé. <strong>Avec:</strong> Bérénice Bejo et Tahar Rahim

  • Only God Forgives de Nicholas Winding Refn

    <strong>Pitch:</strong> À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue. Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers. <strong>Avec:</strong> Ryan Gosling et Kristin Scott Thomas

  • Borgman d'Alex Van Warmerdam

    <strong>Pitch:</strong> Un vagabond est recueilli par un couple de gens aisés. Il va bouleverser leur existence.

  • La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino

    <strong>Pitch:</strong> Le film se déroule à Rome et suit Jep Gamberdella, écrivain en mal d'inspiration devenu journaliste par défaut. A force de fréquenter la haute société romaine et les mondanités, il devient cynique. Le souvenir d'un amour de jeunesse le sortira de sa résignation et le poussera à réécrire. <strong>Avec:</strong> Toni Servillo, Luis Tosar et Carlo Verdone

  • Behind the Candelabra de Steven Soderbergh

    <strong>Pitch:</strong> Biopic de Liberace, pianiste virtuose qui affectionnait la démesure et cultivait l'excès, sur scène et hors scène. Récit de sa rencontre avec Scott Thorson et sa "liaison secrète" qui allait durer cinq ans. <strong>Avec:</strong> Michael Douglas et Matt Damon

  • Wara no tate de Takashi Miike

    <strong>Pitch:</strong> Après avoir assassiné la fille d'une puissante figure politique et financière, Kiyomaru se rend à la police. Mais le père de la victime propose 1 milliard de Yen à qui parviendra à le tuer. 5 membres de la police sont chargés de le protéger lors de son transfert de Fukuoka à Tokyo.

  • Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen

    <strong>Pitch:</strong> Le film s'inspire librement de la vie du chanteur de musique folk Dave Van Ronk et évoque le quartier new-yorkais de Greenwich Village. <strong>Avec:</strong> Carey Mulligan, Oscar Isaac et Justin Timberlake

  • Michael Kohlhaas d'Arnaud Despallieres

    <strong>Pitch:</strong> Adaptation d'une nouvelle d’Heinrich Von Kleist. Au XVIème siècle, quelque part dans les Cévennes, Michael Kohlhaas, un prospère marchand de chevaux, mène une vie familiale aisée et heureuse. Victime d'une injustice, cet homme pieux et intègre lève une armée et met les villes à sac pour rétablir son droit.

  • La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche

    <strong>Pitch:</strong> Adèle a deux certitudes: elle est une fille, et une fille, ça sort avec des garçons. Le jour où elle aperçoit le bleu des cheveux d'Emma, elle sent que sa vie va changer. Avec: Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos

  • Grisgris de Mahamat-Saleh Haroun

    <strong>Pitch:</strong> Un jeune tchadien de 25 ans, malgré une jambe paralysée à cause d'une poliomyélite, se rêve en danseur et semble prêt à tout pour relever ce défi jusqu'à ce que la grave maladie de son oncle le stoppe net dans son élan. Pour gagner l'argent indispensable à le sauver, il décide de travailler pour des trafiquants d'essence.

  • Like father like son de Hirokazu Kore-Eda

    <strong>Pitch:</strong> Un père de famille qui apprend que, suite à un échange de bébés dans un hôpital, l'enfant qu'il élève depuis six ans n'est pas le sien. Il est confronté à un choix complexe avec son épouse: retrouver son enfant biologique ou garder l'enfant qu'ils élèvent tous deux dans la joie depuis sa naissance.

  • Jimmy P. d'Arnaud Desplechin

    <strong>Pitch:</strong> Un ethnologue et psychanalyste français part, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis étudier le cas d'un vétéran amérindien alcoolique en pleine perte de repères et tenter de l'en sortir à travers une psychothérapie. <strong>Avec:</strong> Mathieu Amalric et Benicio del Toro

  • The Immigrant de James Gray

    <strong>Pitch:</strong> Ewa quitte sa Pologne natale pour New York. Mais, à son arrivée à Ellis Island, elle se retrouve plongée dans les bas-fonds de Manhattan, tombant dans les filets d'un tenancier sans scrupule qui l'entraîne dans la prostitution. <strong>Avec:</strong> Marion Cotillard, Joaquin Phoenix et Jeremy Renner

  • Nebraska d'Alexander Payne

    <strong>Pitch:</strong> Récit d'un vieil acariâtre alcoolique persuadé d'avoir touché le gros lot aux courses et de son fils incrédule qui entend le protéger de ses chimères.

  • Jeune et jolie de François Ozon

    <strong>Pitch:</strong> Le portrait d'une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons

  • La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

    <strong>Pitch:</strong> Une jeune femme tente de convaincre un metteur en scène qu'elle est la comédienne idéale pour son adaptation d'un classique de la littérature érotique, <em>La Vénus à la fourrure</em>. <strong>Avec:</strong> Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric

  • Un château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi

    <em>Pitch:</em> Plongée dans le destin d'une grande famille de la bourgeoisie industrielle italienne.

  • Heli d'Amat Escalante

    <strong>Pitch:</strong> Immersion au cœur des cartels mafieux et de ses figures imposées: policiers corrompus, hommes de mains sans scrupule, trafiquants de drogue et prostituées.

  • A Touch of Sin de Jia ZhangKe

  • Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch

Le jury 2013

Loading Slideshow...
  • Steven Spielberg

    L'américain Steven Spielberg présidera le jury de ce 66e festival de Cannes. Le réalisateur d'Indiana Jones, E.T. ou encore Jurassic Park, a reçu deux fois l'Oscar du meilleur réalisateur pour "La Liste de Schindler" et "Il faut sauver le soldat Ryan". En 2011, il a réalisé "Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne".

  • Nicole Kidman

    L'actrice américaine Nicole Kidman a été couronnée d'un Oscar en 2003 pour "The Hours". Elle est venue plusieurs fois à Cannes comme en 2001 présenter le film "Moulin Rouge". En 2003, elle défendait "Dogville" de Lars von Trier et l'an dernier "Paper boy" de Lee Daniels. Après "Stoker" dans les salles françaises le 1er mai, l'actrice sera à l'affiche à la fin de l'année dans le très attendu biopic "Grace de Monaco".

  • Daniel Auteuil

    Daniel Auteuil, acteur et réalisateur français, a reçu le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 1996 pour "Le Huitième Jour", ex-æquo avec Pascal Duquenne. Deux fois César du meilleur acteur pour "Jean de Florette" (1987) et "La fille sur le pont" (2000), il a reçu en 2005, le prix du cinéma européen pour son interprétation dans "Caché" de Michael Haneke.

  • Vidya Balan

    Vidya Balan est l'une des actrices indiennes les plus en vue à Bollywood, une présence qui illustre le choix des organisateurs du Festival de Cannes de célébrer cette année sur la Croisette le centenaire du cinéma indien.

  • Christoph Waltz

    Christoph Waltz, 56 ans, était inconnu du grand public jusqu'en 2009 et son rôle d'officier SS dans "Inglourious Basterds" de Quentin Tarantino qui lui a valu le prix d'interprétation masculine à Cannes et l'Oscar du meilleur second rôle. C'est encore grâce à Quentin Tarantino qu'il a reçu cette année l'Oscar du meilleur second rôle pour "Django Unchained".

  • Lynne Ramsay

    Lynne Ramsay, réalisatrice britannique, avait présenté en 1999 son premier long métrage, "Ratcatcher", au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard. Elle était revenue en 2002 à Cannes avec "Morvern Callar". Cette année, son court-métrage "Swimmer" figure dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs.

  • Cristian Mungiu

    Le Roumain Cristian Mungiu a raflé la Palme d'Or à Cannes en 2007 pour "4 mois, 3 semaines, 2 jours". Il est revenu sur la Croisette l'an dernier avec "Au-delà des collines".

  • Naomi Kawase

    La réalisatrice japonaise Naomi Kawase n'est pas une inconnue à Cannes, où elle a obtenu en 1997 la Caméra d'Or récompensant une première oeuvre pour "Suzaku" et le prestigieux Grand prix en 2007 pour "La forêt de Nogari".

  • Ang Lee

    Le réalisateur taïwanais Ang Lee a reçu deux fois l'Oscar du meilleur film, en 2006 pour "Le secret de Brokeback Mountain" et cette année avec "L'odyssée de Pi". Il s'était rendu célèbre en 2000 grâce à "Tigre et dragon".

 

Suivre Gilles Jacob sur Twitter: www.twitter.com/jajacobbi

Suivre Le HuffPost Québec