LES BLOGUES

L'hiver, un tueur en série?

30/12/2015 03:40 EST | Actualisé 29/12/2016 05:12 EST

Dans son livre «Guide de survie des Européens à Montréal» (Ulysse), l'auteur et conférencier Hubert Mansion parle de son expérience avec l'hiver au Québec. Cette saison, écrit-il, n'est pas seulement une source de petits tracas comme en Europe, mais une menace pleine de périls et de dangers.

Bref, pour les immigrants qui affrontent l'hiver du Québec pour la première fois, l'hiver québécois est un tueur en série. Et le pire, c'est qu'il y a une bonne part de vérité là-dedans.

Après la tempête du siècle du 4 mars 1971, plus de 11 cadavres ont été ramassés dans les rues de Montréal par les camions de déneigement, rapportaient les journaux de l'époque.

La neige qui tombe chaque hiver est une vraie menace publique. Au Canada, les souffleuses viennent au troisième rang pour les causes d'amputations, tout juste après les accidents de travail.

L'hiver n'est pas vraiment la saison romantique qu'on imagine. La période des grands froids, qui survient vers le début janvier, coïncide avec l'apparition de nombreuses maladies. Voilà qui explique pourquoi les Québécois meurent davantage en hiver. Au Québec, le nombre de décès par jour en juillet tourne autour de 154. En janvier, ce chiffre grimpe à 190. Un Québécois court 20% plus de risque de mourir en hiver que dans toute autre saison. Le premier colon français au Québec, Louis Hébert, est mort en hiver des suites d'une chute sur la glace. C'est tout dire.

En plus d'aggraver la sévérité de plusieurs types de maladies, l'hiver est aussi réputé pour être la saison des incendies. Plus la saison est froide et plus le nombre de victimes est grand. Les hivers plus froids que la moyenne, comme l'hiver 2014, le plus froid en 30 ans, sont davantage meurtriers. On n'a qu'à penser au drame de la résidence du Havre, près de Rimouski, où 32 victimes ont perdu la vie dans l'incendie d'un centre d'hébergement le 30 janvier 2014. Les conditions extrêmes de température et de poudrerie avaient même entravé le travail des pompiers.

À lui seul, le froid n'explique pas la plus grande mortalité dans la population en hiver. La pollution est plus nocive durant la saison froide. Les taux de concentration de polluants automobiles sont plus élevés et il y a davantage de smog selon Environnement Canada.

En hiver, le manque de soleil et d'activité physique contribue à dégrader la vitalité. Il y a aussi les maladies contagieuses, comme le virus de la grippe, dont les pics d'infections correspondent à l'arrivée des grands froids. Les taux de vitamine C et D, de calcium et de magnésium sont à la baisse en hiver. Ce manque de nutriments nuit à l'efficacité du système immunitaire.

On pourrait s'attendre à ce que l'hiver soit la saison la plus meurtrière sur les routes. Avec toutes ces tempêtes et ces millions de personnes affaiblies et déprimées au volant, sans compter les conditions du réseau, on pourrait le croire. Or, c'est le contraire. Le nombre d'accidents mortels diminue de 30 % en hiver selon les chiffres de Transport Québec. Les gens roulent moins vite et conduisent plus prudemment.

Malheureusement, cela n'est vrai qu'après la première tempête de l'hiver. En effet, les premières chutes de neige importantes de la saison ont toujours un effet démesuré. Non seulement dans les médias, mais aussi chez les automobilistes qui ne modifient pas leurs façons de conduire. C'est dans les premières semaines de l'hiver que le nombre de morts sur les routes est le plus élevé, avant que le froid et la neige s'installent pour de bon. Mais surtout, une fois que les gens sont acclimatés aux conditions météo et à la conduite automobile en hiver.

L'hiver est peut-être la saison de la Saint-Valentin et des amoureux, mais c'est aussi la saison des divorces. C'est en janvier que les demandes de divorce atteignent un sommet.

L'hiver est aussi la saison des caries, du diabète et des maladies cardiaques. Les ongles et les cheveux poussent moins vite en hiver. Après la peau, l'organe qui paye le gros prix en hiver est le cœur. Les maladies du cœur sont des maladies caractéristiques des pays aux hivers froids et neigeux. Le taux de mortalité de ce type de maladies, au Canada comme aux États-Unis et en Europe, grimpe chaque hiver pour atteindre un maximum en janvier et février. En fait, les crises cardiaques, angines et infarctus confondus, sont 30 à 40 % plus susceptibles de se produire en hiver que dans toute autre saison.

Partout dans le monde, les hivers sont plus difficiles pour le cœur et les artères. Aux États-Unis, les infarctus sont deux fois plus nombreux en janvier qu'en juillet. Même à Hawaii, les crises cardiaques augmentent en hiver. Mais heureusement pour les victimes, il n'y a pas de neige sur les routes pour ralentir les ambulances!

Vous aimez ce blogue?

Vous aimerez encore plus le livre Les Baromètres humains (Éditions Québec-Livres). Un bilan pointu et fouillé des dernières études sur l'influence des conditions météorologiques sur la santé, les humeurs et les comportements. Trente ans de recherches. Des conclusions percutantes. Des contenus rigoureux et un ton léger. Et surtout, des conseils avisés pour vous garder hors de l'oeil de la tempête. Vous êtes sensibles aux variations de température, d'humidité et de soleil? Ce livre est pour vous! En librairie et en version électronique. Consultez le site Les Baromètres humains

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les chutes de neige par les internautes

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter