LES BLOGUES

L'hiver je m'en fous, je m'en vais dans le sud!

28/11/2015 09:27 EST | Actualisé 28/11/2016 05:12 EST

On estime à un million de personnes le nombre de Québécois qui quittent la province chaque hiver pour le sud, pour un séjour d'une semaine à six mois.

Les différences de température, d'ensoleillement et d'humidité entre le Québec et les destinations soleil procurent beaucoup de bienfaits. Par exemple, 24 heures après son arrivée en Floride en janvier, un Québécois voit généralement sa pression artérielle diminuer.

Ces grandes variations climatiques peuvent aussi être la source de problèmes de santé qui peuvent entrainer de sérieuses conséquences. Un séjour prolongé sous le soleil peut affaiblir la capacité de votre organisme à lutter contre les infections grippales. Au retour, cela fait de vous une proie facile pour les virus. En revanche, les bienfaits procurés en hiver par un séjour prolongé dans le sud sont nombreux.

Chez un adulte, l'exposition au soleil diminue les probabilités de fractures, renforce le cœur, et réduit le cholestérol et le psoriasis. En plus, le soleil réduit les risques de plusieurs types de cancer. Le développement de cancers du sein, des intestins, du rectum et de l'estomac ont tous été étroitement associés aux températures froides dans plus de 32 pays. L'explication tient à la détérioration générale de la santé des gens en hiver. La capacité pulmonaire est à son plus bas. Le système immunitaire n'est pas non plus à son meilleur dans les périodes de grand froid. Bref, on peut dire que les Québécois qui prennent la route du sud chaque hiver prolongent leur longévité.

Les snowbirds sont un exemple frappant des bienfaits d'un changement de climat en hiver. Ceux qui souffrent de maladies cardio-vasculaires ont un avantage certain à séjourner quelques mois dans le sud en hiver. Pour ceux qui préfèrent passer l'hiver au Québec, il y a toujours les spas, les saunas et les bains à vapeur, une forme de climatothérapie plus économique.

Bien entendu, un changement de milieu climatique ne peut pas à lui seul guérir une maladie. Seuls les traitements médicaux le peuvent. Mais un climat sain peut garantir l'efficacité d'un traitement. Pour beaucoup de personnes souffrantes, empêcher une maladie de progresser et en réduire les symptômes peut faire la différence entre une vie de douleurs marquée par l'invalidité et une vie active en santé.

Les gens les plus susceptibles de profiter d'un changement de climat en hiver sont surtout les personnes âgées. En vieillissant, les gens ont de plus en plus de difficulté à maintenir leur température corporelle à une valeur stable. La capacité à bien se «thermoréguler» n'est plus aussi bonne qu'avant. Les personnes atteintes de maladies rhumatismales et respiratoires retirent également beaucoup d'avantages à séjourner dans le sud en hiver. Mais attention au retour! Surtout pendant une vague de froid intense. Les gens habitués à la chaleur sont les premiers à grincer les dents.

Pour se protéger des assauts du froid, notre capacité à s'adapter à de brusques baisses de température est notre meilleur allié. La première vague de froid qui touche le Québec en hiver est toujours la plus rude. Ensuite, on s'acclimate. La preuve a été fournie dans une étude menée aux États-Unis sur la mortalité en hiver. Quand une vague de froid déferle, on souffre moins et on meurt moins dans les États du Nord que dans les États du Sud. Au Minnesota, par exemple, à St-Paul-Minneapolis, les chercheurs n'ont pas trouvé de signes de surmortalité lorsque le mercure descend sous les -30 C. Mais à Atlanta, en Georgie, la surmortalité grimpe dramatiquement quand la température tombe à... 0 °C.

Les militaires et les sportifs d'hiver savent depuis longtemps que s'acclimater est une question de survie pour le corps. Ces gens utilisent souvent une technique qui consiste à s'exposer à des températures glaciales pour stimuler leur corps et s'acclimater avant de séjourner dans les régions polaires. Les bains d'eau froide, par exemple, à raison de 30 min par jour, améliorent la résistance au rhume et au froid. Voilà peut-être une façon pour les snowbirds de se préparer à revenir au Québec après un séjour dans le sud. La prochaine fois que vous vous plaindrez que l'eau de la piscine de votre tout-inclus est trop froide, prenez la chose autrement. C'est le parfait stimulant pour vous préparer à revenir au Québec en plein hiver.

Vous aimez ce blogue?

Vous aimerez encore plus le livre Les Baromètres humains (Éditions Québec-Livres). Un bilan pointu et fouillé des dernières études sur l'influence des conditions météorologiques sur la santé, les humeurs et les comportements. Trente ans de recherches. Des conclusions percutantes. Des contenus rigoureux et un ton léger. Et surtout, des conseils avisés pour vous garder hors de l'oeil de la tempête. Vous êtes sensibles aux variations de température, d'humidité et de soleil? Ce livre est pour vous! En librairie et en version électronique. Consultez le site Les Baromètres humains

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ce photographe prend des photos de ses modèles dehors peu importe la météo

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter