LES BLOGUES

Budget et frégate militaire royale à Lévis: "La terre est ronde" messieurs les ministres des Finances

04/06/2014 10:04 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

La semaine passée, à un trajet de traversier de l'Assemblée nationale et de l'équipe libérale qui concoctait son budget de rigueur et d'austérité, le ministre fédéral de Lévis-Bellechasse, Steven Blaney, ministre canadien de la Sécurité publique et de la Protection civile (avant d'occuper celui des Anciens combattants et de président du maigre caucus conservateur québécois) annonçait la construction d'une frégate de guerre militaire "royale" au coût de 1, 5 $ milliard.

Personne n'est dupe: les conservateurs préparent activement les prochaines élections fédérales de 2015. Il s'agit là du summum du peu de vision et un autre caprice inutile de la Défense royale canadienne et de ce gouvernement Harper « va-t'en-guerre » comme en Ukraine. Un Harper qui ne sait comment entrer dans la gorge des 61 % des Canadiens qui n'ont pas voté conservateurs en 2011, soit ses histoires de guerre de 1812 dont personne n'a jamais entendu parler ou pour nous faire oublier les 154 Canadiens morts au combat en Afghanistan. Une guerre canadienne réputée pour avoir construit les pires écoles. Un seul conflit qui a coûté, à vous et moi, 200 $ millions par mois durant 8 ans. Une guerre qui n'a aucunement empêché, au contraire, Hamid Karzaï le récent président d'un pays sans mer, de s'entourer des pires seigneurs talibans et trafiquants de pavot.

Ce navire est totalement injustifié et absolument non nécessaire pour le Canada et le Québec. Pire. Il est rétrograde et dépassé au lendemain, de surcroît, de l'annonce par Barack Obama à Washington de s'attaquer maintenant aux gaz à effet de serre. Pourtant, le climat est plutôt aux défis technologiques hautement plus porteurs et créateurs d'emplois... comme la protection civile et le développement du potentiel inouï des drones civils. Civils comme dans Paix et sans tuer. Pourquoi au Québec par exemple? Pour une plus grande et nécessaire sécurité des pêcheurs, bateaux de pêches et chalutiers qui se perdent, comme par le passé, en haute mer dans le golfe du Saint-Laurent. Pour prévenir et assurer la sécurité des lignes électriques et mieux, faciliter l'évacuation des villages, autochtones ou non, de la Côte-Nord, d'Abitibi ou du Lac-Saint-Jean sinistrés par des inondations ou des feux de forêt à répétition en raison - ô cachez ces mots! - des changements climatiques.

« La terre est ronde », rappelait déjà Jean-Marc Fournier au PM Harper!

À mon humble avis et celui de milliers de contribuables et familles, spécialement en cette ère d'enquêtes sur le financement des partis politiques comme la Commission Charbonneau (au Québec); la seule famille qui pourra réellement profiter, dans le futur, de ce contrat militaire est celle de Denise Verreault, du Groupe maritime Verreault à Les Machins en Gaspésie. La femme d'affaires a été décorée l'an passé de la Médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II. Cependant, lors de la dernière élection fédérale de 2011, la dame, selon Radio-Canada, est sorti de l'ombre de ses cales pour préférer naviguer politiquement... de collectrice de fonds du Parti libéral du Canada (PLC) aux conservateurs de Stephen Harper.

En plus, la semaine dernière, la Presse canadienne révélait que la famille Verreault et une vingtaine d'investisseurs ont actuellement maille à partir avec un avocat ciblé par les Autorités des marchés financiers (AMF) - du moins celle qui n'a pas encore été engloutit par le Canada - en raison... d'une tentative de rapatriement de 14 $ millions US investis dans le paradis fiscal des Iles Turcs et Caïcos suite à la pure création d'une coquille vide et organisme humanitaire totalement bidon appelé la Fondation fer de lance (FFDL).

Est-ce que dans son budget 2014 le ministre des Finances Carlos Leitao aura osé, comme l'a pourtant appelé à le faire le premier ministre Couillard, s'attaquer aux solutions existantes à l'évasion fiscale à l'Île de Jersey, au Delaware, aux Iles Turcs et Caïcos ou au Panama (là où se cache Arthur Porter) qui coûte, chaque année, 170 $C milliards en détournement de fonds publics, dont 60 milliards pour la seule Barbade?

Osera-t-il sanctionner ses amies des six banques canadiennes, dont la Royale et la Laurentienne ses anciens employeurs, afin qu'elles informent dorénavant le Ministre des Finances quant à la présence, parmi leurs clients, de personnes imposables, au Québec et au Canada, détentrices de comptes supérieurs à 50 000 $C et ce, dans tout paradis fiscal; comme vient d'en faire l'annonce aujourd'hui diverses agences de presse cette nouvelle loi Fatca (Foreign Account Tax Compliance Act) en vigueur aux É.-U. dès le 1er juillet prochain et destinée à lutter contre l'évasion fiscale?