LES BLOGUES

Hostilité envers la maigreur: c'est assez!

20/01/2016 10:35 EST | Actualisé 20/01/2017 05:12 EST

Le menu ne m'enchantait guère mais les collègues étaient unanimes sur le choix du restaurant. Je me suis donc rabattue sur une valeur sûre: le burger.

- Avec frites ou salade?

- Frites.

Quatre paires d'yeux exhorbités rivés sur moi.

- Tu peux bien être grosse!!! Manger des frites à chaque fois qu'on sort luncher! C'est pas ça qui va t'aider...

Mal à l'aise, je me suis levée en prétextant devoir me rendre à la toilette.

- Avance un peu ta chaise Régis, je ne peux pas passer.

- Normal, tes cuisses sont sur le point d'exploser!!

...

À mon retour à table, les plats avaient été servis. Les collègues avaient ajouté un tas de laitue sur mon burger. Ils ricanaient de me voir embêtée.

**

Inacceptable, n'est-ce pas?

Mais je dois avouer que... que j'ai traffiqué mon récit.

La vérité: mes collègues ne m'ont jamais traitée de grosse. Jamais. Parce que je pèse cinquante kilos. Très peu pour mon mètre soixante-dix.

Voici plutôt ce qui s'est réellement passé ce midi-là...

Après avoir étudié le menu, j'ai opté pour mon péché mignon: la salade de roquette à la betterave.

- Quel choix de vinaigrette?

- Aucune, donnez-moi simplement un peu d'huile dans un contenant à part.

Quatre regards méprisants se sont rivés sur moi.

- Tu peux bien être maigre! Manger de la verdure à chaque midi, ça fait pas des enfants forts!!

Mal à l'aise, je me suis levée en prétextant me rendre à la toilette. Régis a voulu avancer sa chaise.

- Ça va, j'ai assez d'espace pour passer!

- Ouais... C'est sûr qu'une échalote, ça passe à peu près partout!

...

À mon retour à table, les plats avaient été servis. Les collègues avaient ajouté un tas de frites graisseuses sur ma salade. Ils s'esclaffaient de me voir bien embêtée.

**

Votre compassion ne s'est-elle pas atténuée d'un cran ou deux?

Parce que c'est connu: une mince, ça fait exprès de l'être. Ça se prive de manger, ça se fait vomir en cachette, ça met sa santé en péril juste pour le plaisir d'admirer la courbure de ses côtes dans le miroir en sortant de la douche!

Le soir, ça feuillette des magasines de mode en fantasmant sur les squelettiques mannequins en se disant qu'elle y est presque, elle aussi...

L'ironie me permet de ne pas sombrer dans la rage.

Ma réalité, c'est que je n'aime pas tous les jours ce que je vois dans le miroir. J'aimerais ça avoir de quoi remplir mon top de bikini. J'envie les filles qui portent un jean moulant. Le mien devient automatiquement «slack» au niveau des cuisses. J'ai la même shape qu'à quatorze ans et je suis loin d'être certaine que ce soit un atout rendue à trente-sept...

Scientifiquement, on m'appelle l'ectomorphe. En définition, c'est une personne dont la morphologie la prédispose à une maigreur naturelle. L'ectomorphe est grand, a de longs bras et jambes, est nerveux et a un métabolisme rapide. Voilà. Je peux rien y faire de plus. Je vis avec.

Je ne me plains pas. Il y a pire que de pouvoir s'empiffrer sans prendre une livre! Mais la méchanceté qui vient avec? Plus capable!

Quelques mois après avoir accouché, je suis entrée dans un magasin avec mon bébé joufflu...

- Mais qu'il est gros votre bébé!!!

- Je... Euh... Merci??

- Visiblement, il vous a tout pris. Vous êtes complètement décharnée, ma pauvre!!

Décharnée?

Décharnée!!!!

T'es qui, TOI???

Cette boutique a récemment fermé ses portes. Faillite. Bien fait!

Des exemples comme celui-là, j'en ai des tonnes. Ça use à la longue. Accepter son corps imparfait, c'est facile pour personne. Dans un sens comme dans l'autre.

En ce début d'année, j'ai décidé d'abandonner ma lutte contre la maigreur. Je vais mordre dans une pomme en public, recommencer à courir au parc et accepter ce petit bout d'os qui pointe au-dessus de mon sternum. Fini les régimes qui sont supposé faire grossir! Manger six pommes de terre par jour et cinq bagels au beurre d'arachides, très peu pour moi!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter