LES BLOGUES

Conflit ou solidarité: deux visions de l'équité intergénérationnelle

07/12/2014 08:09 EST | Actualisé 06/02/2015 05:12 EST

L'équité intergénérationnelle est au cœur de nos vies. Elle met en relation nos actions actuelles et leurs conséquences dans le futur. Elle induit l'idée de ne pas rejeter sur les générations futures les conséquences néfastes des décisions d'aujourd'hui. Pensons simplement à la dette écologique. Elle pose enfin la question de notre lien avec les personnes aînées de notre société.

La voie du conflit intergénérationnel

Au Québec, les récents gouvernements ont trop souvent opposé les générations en accusant les anciennes d'avoir dépensé trop et hypothéqué les générations actuelles ou futures. Aujourd'hui, il arrive d'assister à une amplification de ce conflit entre les générations par le choix politique de l'austérité budgétaire. On coupe donc dans nos services publics, vecteurs de solidarité, dans la création d'emplois de qualité, essentiels pour assurer le maintien de l'équité entre les générations. Ce n'est pas la voie à suivre!

Le tout, sous prétexte de vouloir respecter la capacité de payer des contribuables. On nous prend pour des valises. Parallèlement à ces coupures, on prévoit pourtant un surplus de 1,583 milliard $, soit l'équivalent du montant versé au Fonds des générations, qui porte mal son nom quand on voit l'utilisation qui en est faite. Québec solidaire est le seul parti qui propose la suspension des versements au Fonds des générations afin d'éviter le saccage actuel de notre filet social et donc l'inévitable iniquité entre les générations qui se profile avec de telles politiques.

Pour convaincre, le gouvernement utilise ensuite l'épouvantail de la dette du Québec. La dette sert trop souvent à ce que les grandes entreprises et les banques maintiennent leurs rendements lors d'une crise financière. Pourtant, selon l'Institut de recherche et d'information socio-économique (IRIS) : « Durant les 15 dernières années, le fardeau de la dette par rapport au PIB a généralement diminué. Ce n'est qu'à la suite de la crise financière qu'il est entré dans une phase de croissance. Le taux d'endettement demeure toutefois toujours plus bas que ce qu'il était à la fin des années 1990. »

Tout cet effort, nous dit-on, sert à créer les conditions favorables d'investissement pour les grandes entreprises et les banques. Pourtant preuve est faite que celles-ci investissent de moins en moins au Québec et de plus en plus dans les paradis fiscaux. On se prive de milliards!

Ainsi se creusent les écarts entre riches et pauvres. Entre jeunes et vieux. Ces inégalités encouragent une perception de luttes intergénérationnelles inévitables qui nous détourne de l'objectif commun : construire une société équitable entre tous et toutes.

La voie de la solidarité intergénérationnelle

Solidarité intergénérationnelle. Voilà qui exprime bien notre objectif commun. Que personne ne soit mis de côté au profit d'un autre. Que tous mettent l'épaule à la roue dans la mesure de ses moyens et selon sa condition. Nous refusons donc d'opposer les jeunes et les personnes aînées. À Québec solidaire par exemple, il n'y a pas d'aile jeunesse. Pourquoi? Parce que chez nous, chaque personne a une valeur propre; car c'est en alliant les idées nouvelles de la jeunesse, les expériences des plus ancien(ne)s, les prudences et les fougues de chacun et de chacune que nous pouvons construire un Québec riche, innovateur, respectueux, féministe et écologiste. Il est temps que nos gouvernements adoptent la même attitude dans leurs politiques économiques et sociales afin d'améliorer les conditions de travail et de vie de la population. Cela est possible si nous relevons plusieurs défis.

Des défis à relever pour assurer une équité intergénérationnelle

Défi 1 : Permettre à tout le monde de vivre une retraite digne, c'est possible.

Beaucoup de personnes salariées s'inquiètent actuellement de leur retraite. Des personnes âgées qui ont peur de perdre leur fonds de pension. Des jeunes qui craignent de ne jamais en avoir. La question des retraites constitue donc un véritable test pour l'équité intergénérationnelle et pour nos politiques de solidarité.

L'amélioration du Régime des rentes du Québec (RRQ) donnerait de l'oxygène aux régimes de retraite et permettrait de lutter efficacement contre la pauvreté de nos aîné(e)s. C'est ce que nous proposons, car il s'agit d'un excellent instrument collectif et démocratique que nous pouvons utiliser. Le gouvernement libéral ontarien a proposé d'emprunter ce chemin. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir la même ambition pour le Québec ?

Défi 2 : Préserver les lieux de soutien à la communauté et la tradition de concertation citoyenne, c'est indispensable.

Les CLSC, CDEC, commissions scolaires, agence de santé, réseau d'actions communautaires ou bénévoles sont autant de lieux où les citoyens et les citoyennes peuvent faire une différence au niveau local, régional ou provincial. Ces organismes sont essentiels pour demeurer en contact avec la réalité des différentes régions du Québec et qu'efficacement les budgets soient octroyés là où ils porteront les meilleurs fruits. Les leviers d'aide à l'emploi, à l'entrepreneuriat, à la formation et au soutien en santé sont essentiels pour préserver notre vitalité démocratique et la solidarité entre les générations. Avec le projet de Loi 10 sur la reconfiguration totale de notre système de santé, on consacre la centralisation du pouvoir dans les mains de gestionnaires et du ministère au détriment du pouvoir des citoyens. Ainsi les comités d'usagers verront leur champ d'action diminué ou aboli; les médecins et infirmières n'arriveront plus à développer la prévention et ne pourront qu'agir dans l'urgence. Les services de santé en seront grandement affectés et avec eux, un approfondissement des inégalités.

Défi 3 : Prendre le virage vert pour annuler la dette écologique, c'est rentable.

L'exploitation des ressources naturelles et énergétiques telles qu'organisées actuellement est une catastrophe tant sur le plan écologique qu'humain. On oublie trop souvent de dire que le tout coûte des milliards de dollars en temps, en perte d'emplois ou de biens. Bref, la notion de dette écologique est un point important rarement abordé par les gouvernements.

La véritable prospérité passera par le développement de nos ressources et de nos régions dans le respect de leur environnement et où les communautés locales, les travailleuses et les travailleurs participent démocratiquement à ce développement.

Développer une production responsable et prendre le virage des énergies vertes créeront des emplois à long terme et contribueront au développement économique sain que le XXIe siècle exigera de nous. Et cela participera à la consolidation de l'équité entre les générations. Éviter de créer une dette environnementale pour les générations à venir, voilà une application concrète de l'équité intergénérationnelle.

Pour être dirigés par des personnes conscientes de nos réalités; pour que le gouvernement soit un représentant de notre société préoccupé du mieux-être de tous et de toutes; pour que l'équité soit respectée et soutenue autant par les grandes entreprises que par les citoyens et citoyennes, relever les défis pour concrétiser la solidarité intergénérationnelle s'avère essentiel!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter