LES BLOGUES

Des remèdes de cheval pour le transport

18/09/2016 08:43 EDT | Actualisé 18/09/2016 08:43 EDT

À force d'entendre ce qui va mal dans le secteur du transport, c'est à se demander si le seul moyen de tout régler serait d'appliquer des remèdes de cheval aux situations où les décideurs semblent manquer de bonne volonté.

Bienvenue au Québec

Tous ces voyageurs qui sont entrés au Québec récemment via l'aéroport qui dans ce cas mérite qu'on utilise son nom complet pour mieux le maudire, soit l'aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau de Montréal, ont dû se résigner à une longue attente avant d'avoir accès à un douanier.

Est-ce que le seul moyen de régler le tout serait de remplacer les quelques douaniers par une armée de robots, ces machines à vérifier les passeports et recueillir quelques informations sommaires sur les arrivants?

Bien sûr que non, mais pour trouver une solution efficace, il faudrait que l'Agence des services frontaliers du Canada prenne connaissance des horaires d'arrivée des avions pour assurer la présence d'un nombre suffisant de douaniers au moment opportun. De plus, il faudrait que les représentants de l'Aéroport de Montréal lui fassent connaître les modifications d'horaires d'arrivée des avions pour assurer la disponibilité des douaniers.

Sachant que les vols internationaux durent quelques heures, on pourrait ainsi aviser l'Agence de l'annulation ou du retard des gros porteurs et faciliter les modifications d'horaires de son personnel. La collaboration des transporteurs pour clairsemer les horaires d'arrivée à l'aéroport est aussi souhaitable pour faciliter de façon ordonnée le déchargement des bagages et l'accueil des passagers aux kiosques des douanes.

Précisons qu'il s'agit bien d'accueil puisque les douaniers sont les premières personnes avec lesquelles les voyageurs sont en contact à leur arrivée chez nous. Est-il nécessaire que ces personnes soient aussi froides que des machines? Est-il nécessaire que nos douaniers soient aussi peu souriants que ceux des États-Unis et des pays de l'Est? Trop souvent, ils donnent l'impression d'avoir été opérés, avec succès, par le docteur Sansfaçon, pour ne pas sourire. Pourtant, le fait de démontrer de l'empathie pour des gens qui viennent de vivre une longue journée stressante et souvent inconfortable serait tellement apprécié.

Quelle solution sera choisie pour assurer un accueil plus agréable aux voyageurs et une attente moins pénible pour leurs proches venus sur place pour les recevoir?

Vous n'êtes pas encore rendus à destination

Une fois sortis de l'aéroport, les voyageurs souhaitent un trajet sans désagrément jusqu'à leur hôtel ou leur résidence, mais les chauffeurs de taxi seront-ils coopératifs ou les prendront-ils en otage pour mettre de la pression sur le gouvernement à cause de leur litige avec Uber?

Est-ce que la seule solution serait de remplacer les taxis habituels par ceux de monsieur Taillefer, des bannières Téo Taxi, Taxi Diamond et Taxi Hochelaga ou pire par ceux d'Uber?

Ce n'est pas nécessaire. Encore là, il faut démontrer de la bonne volonté et offrir un service de qualité répondant parfaitement aux attentes. En étant accueillants, les chauffeurs de taxi s'assureraient possiblement la clientèle de ces mêmes personnes lorsqu'elles repartiront.

Qui d'autre qu'un chauffeur de taxi professionnel pourrait imaginer le trajet idéal pour quitter l'aéroport et pour arriver à destination en évitant les barrières de cônes oranges entourant ces nombreuses routes devenues partiellement ou complètement impraticables à cause des travaux routiers? Eux seuls circulent continuellement à travers la ville et affrontent les défis que représentent le flot de la circulation et la construction ou la réfection des routes.

Souhaitons donc que les parties impliquées fassent preuve de Gros Bon Sens pour trouver des solutions satisfaisantes pour tous en gardant à l'esprit que, sans les utilisateurs, leurs services et leurs emplois n'auraient plus de raison d'être.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter