LES BLOGUES

Les surnoms

01/05/2016 07:42 EDT | Actualisé 02/05/2017 05:12 EDT

De nombreuses personnes ont été affublées d'un surnom, parfois dès leur jeune âge. Que sont-elles devenues? Est-ce que leurs surnoms les suivent encore? Ces surnoms ont-ils influencé leur avenir?

Mon oncle Lauréat, que tous appelaient L'Bi, entendait son surnom comme il lui plaisait, possiblement «L'Bee». Il a butiné toute sa vie. Il était travaillant, mais ne se privait pas d'avoir du plaisir le moment venu. Armé d'une bouteille de bière et d'un jeu de cartes, il pouvait veiller tard.

Toute sa vie, Ti'oui aura porté un surnom plus long et plus difficile à prononcer que son prénom. Il est vrai que Louis était petit, le plus petit de la classe durant toutes ses études, mais cela ne l'a pas empêché d'être accepté dans l'armée canadienne. Sans vraiment avoir à combattre, il y a fait une carrière assez longue pour mériter aujourd'hui une retraite généreuse qu'il agrémente de séjours dans la nature, sa vraie passion.

J'ai connu vers la fin de ma carrière Grand Galop, cet être exécrable qui avait un appétit démesuré pour l'argent et une très haute estime de lui-même. Il continue, semble-t-il, à charmer certaines personnes en autorité, alors qu'il méprise ses collègues. Il a fait son chemin, parfois au détriment des autres, mais toujours en ne travaillant pas très fort et en contournant les règles. Ce beau parleur a enjôlé trop de gens naïfs qui le croient de bon conseil.

Notre Dodo nationale est une fierté pour plusieurs grâce à sa carrière, aux éclats de rire qu'elle nous a fait vivre, et maintenant à cause de son courage face à la maladie. Pour ma part, je me souviens plutôt de ce petit blond déluré aussi surnommé Dodo. Il terrorisait son entourage à l'école. Petit, mais trapu, il sacrait et fumait à l'âge de huit ans. À ce moment-là, les cigarettes étaient aussi vendues à l'unité dans les dépanneurs du coin. Il échangeait des bouteilles vides recueillies sur le bord de la rue ou dans des poubelles contre des cigarettes. Seriez-vous surpris d'apprendre qu'il est décédé du cancer au début de la soixantaine alors que ses mèches de cheveux étaient aussi jaunies que ses doigts de fumeurs? Un bel avenir probable évanoui en fumée.

J'étais très jeune lorsque j'ai rencontré Pète-dans-le-trèfle. Un individu étrange dont je n'ai jamais entendu le vrai nom. J'étais incapable de comprendre pourquoi il était si différent des autres. Il parlait très vite, il buvait son Orange Crush ou son Cream Soda à même la bouteille, qu'il tenait sur le côté droit de sa bouche plutôt que tout droit devant lui. Je me souviens du bruit causé par l'accident d'automobile qui a causé son décès. Son véhicule a été déporté hors de la route, dans un champ de trèfle.

Le destin de PET fut bien différent, comme vous le savez tous. Maintenant, on regarde son Ti-PET faire des déclarations politiques sur un ton lent qui vise à démontrer son assurance, alors que l'on peut parfois se demander si cela n'est pas l'hésitation ou l'improvisation.

Johnny a aussi été souvent utilisé. En France, il est devenu D-Johnny et fait carrière comme chanteur rock depuis plusieurs décennies. Au Québec, petit John a personnifié le frisé saint Jean-Baptiste dans le défilé du 24 juin pour plus tard étudier le droit et devenir un orateur convaincant au point d'être élu premier ministre du Québec, lui qui souhaitait devenir premier ministre du pays. Un retour en politique serait tiré par les cheveux.

Qui n'a pas connu et ne garde pas de beaux souvenirs de Lili, Loulou, Didi, Caro, Clo-Clo, J.-J., Ti-Gris, Ti-Pit, Ti-Loup, Pit, Cri-Cri, Jacko, Val, Mel ou Gigi?

Tous ont aussi connu Ti-Blanc, Gros Bill, Ti-Coune, Jici et Véro. Il est plus important de garder de bons souvenirs d'eux que de se demander s'ils méritaient ces surnoms.

Mais est-ce que cette habitude d'affubler les gens de surnoms disparaîtra? Je crois que les prénoms et noms de famille composés feront de cette habitude une tradition.

P.-S. : Certains avaient souri, incrédules, devant mes prédictions 2016 publiées au début janvier. Je suis fier de préciser qu'une première prédiction est devenue réalité cette semaine avec le championnat de mon équipe de curling de la ligue du lundi soir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le Québec des années 1950 vu par Lida Moser

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter