LES BLOGUES

Est-ce que le maintien à domicile des gens malades ou en perte d'autonomie est la bonne solution?

Est-ce que la société rend vraiment service aux malades en les gardant chez eux dans l'entourage de leurs proches, qui ne sont pas nécessairement bien préparés pour offrir les services dont ils ont réellement besoin?

04/08/2017 09:00 EDT | Actualisé 04/08/2017 10:00 EDT
Wavebreakmedia via Getty Images
Les gouvernements jouent à la roulette russe en prônant le maintien à domicile des gens malades et même des gens en perte d'autonomie.

Basée sur mon expérience personnelle, cette histoire pourrait être la vôtre, celle d'un parent, d'un ami ou d'un voisin puisque chacun a son histoire de maladie qui affecte un membre de sa famille, donc la famille.

Les gouvernements jouent à la roulette russe en prônant le maintien à domicile des gens malades et même des gens en perte d'autonomie, puisque la maladie de l'un peut causer ou amplifier la maladie de l'autre.

J'ai lu, il y a déjà un certain temps, un livre écrit par deux psychologues québécois oeuvrant en milieu hospitalier (Bruno Fortin, Sylvain Néron), intitulé : « Vivre avec un malade sans le devenir ». Le message principal de ce livre si je me souviens bien était : « vis ta vie, sinon tu deviendras malade toi aussi et par conséquent, tu ne pourras plus aider la personne dont tu prends soin ».

Le maintien à domicile oblige la famille à tenir compte dans ses moindres gestes, du malade et de ses contraintes.

Or, la stratégie des gouvernements va totalement à l'encontre de ce que préconisaient les deux spécialistes. Le maintien à domicile oblige la famille à tenir compte dans ses moindres gestes, du malade et de ses contraintes. Elle force la famille à centrer ses activités sur la maladie qui devient le sujet de conversation principal du foyer.

Si l'on admet que le subconscient oriente le conscient, on comprendra que de vivre dans l'environnement de la maladie d'un proche entraîne la maladie de l'aidant naturel baigné dans cet environnement.

Lorsque les médecins disent que nos douleurs ou malaises sont psychosomatiques, il faut comprendre qu'ils n'y voient pas d'explications scientifiques, qu'ils n'y peuvent rien, mais qu'ils admettent que le subconscient joue un rôle prépondérant dans l'origine de la douleur.

Le fait d'entendre les thérapeutes dire : « ton corps te parle » ne règle rien, mais ça fournit une piste de solution lorsque l'on admet que le message de notre corps est qu'il ne peut plus ou n'accepte plus de vivre dans un tel contexte.

Lorsque la douleur s'intensifie, il faut alors s'arrêter et identifier ce qui à ce moment-là peut expliquer l'origine de la douleur. Le constat le plus troublant est possiblement de réaliser que la douleur de l'un l'incite à formuler des demandes qui suscitent une pression, un stress générant chez l'autre cette douleur que les médecins ne peuvent pas éliminer, qu'ils qualifient de psychosomatique. C'est cette douleur que le corps utilise pour passer son message de désarroi, d'incapacité d'en prendre plus.

Les organismes d'appui aux proches aidants préconisent des services de répit pour permettre à ces anges gardiens de la vie de tous les jours de sortir du contexte de la maladie pour vivre des instants de bonheur.

Les organismes d'appui aux proches aidants préconisent des services de répit pour permettre à ces anges gardiens de la vie de tous les jours de sortir du contexte de la maladie pour vivre des instants de bonheur. Des moments qui ressemblent plus à ce qu'était leur vie auparavant ou à ce qu'ils souhaiteraient que soit leur vie. Cependant, les ressources étant limitées, les services ne sont pas à la hauteur des besoins.

Ceci devrait cependant nous amener à nous poser la vraie question. Est-ce que le maintien à domicile est la bonne solution? Est-ce que la société rend vraiment service aux malades en les gardant chez eux dans l'entourage de leurs proches, qui ne sont pas nécessairement bien préparés pour offrir les services dont ils ont réellement besoin?

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Grand prix Formule E, cher le kilowatt-heure
» BLOGUE Un 150e sans grand déploiement
» BLOGUE CNN QUÉBEC ou les mauvaises nouvelles d'ici

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost