LES BLOGUES

Michaëlle Jean: l'ex-ennemie devenue alliée

01/12/2014 09:09 EST | Actualisé 31/01/2015 05:12 EST

Décidément, Stephen Harper fait de la politique à sa façon et rien ne semble exclu pour lui permettre d'atteindre ses objectifs.

Il faisait plaisir de le voir saluer Michaëlle Jean le pouce en l'air au moment de sa nomination comme Secrétaire générale de l'OIF (Organisation internationale de la Francophonie). Il exprimait ainsi sa satisfaction face à sa victoire, face à leur victoire puisqu'il faut savoir que le gouvernement canadien a déployé beaucoup d'efforts pour promouvoir la candidature de l'ex-Gouverneure générale du Canada.

S'étant assuré du soutien du Québec et du Nouveau-Brunswick aussi membres de l'OIF, le Canada a en effet préparé cette candidature de longue date et a investi plusieurs dizaines de milliers de dollars en frais de déplacement et de représentation pour convaincre les membres de sélectionner madame Jean comme Secrétaire générale de la Francophonie. Le gouvernement Harper a même rappelé temporairement l'ancien ambassadeur à la francophonie originaire de Lauzon, monsieur Jacques Bilodeau, pour conseiller l'ex-gouverneure générale.

Il est toutefois ironique que Stephen Harper qui avait mis fin au mandat de Michaëlle Jean en ne renouvelant pas son mandat de Gouverneure générale à cause, semble-t-il, de différents entre eux, ait déployé tant d'énergies et d'efforts pour la faire élire à la tête de la Francophonie. Après tout, elle a avant tout été journaliste, rien pour plaire à notre premier ministre. Qui plus est, elle était à Radio-Canada qu'il amincit progressivement et elle avait des antécédents proches du Parti québécois. Vraiment pas le type de personne que l'on peut imaginer dans l'entourage de notre tsar albertain. La justification de cet engouement de Stephen Harper pour cette candidature est que le gouvernement canadien a bien besoin de redorer son image au plan mondial depuis son incapacité d'obtenir un siège au Conseil de sécurité de l'ONU en 2010, une gifle et en même temps une rétrogradation de la nation au rang mondial, parmi les pays de seconde importance.

Pour ne pas perpétuer l'image du voisin et collaborateur quasi inconditionnel des États-Unis, le gouvernement conservateur avait bien besoin de parfaire son image au plan mondial. Est-ce que cette implication du Canada dans la Francophonie vaudra vraiment des votes au Parti conservateur au moment des élections prévues pour 2015? Stephen Harper pourra s'en vanter dans les régions francophones du Canada, mais le Québec ne deviendra probablement pas pour autant son château fort. Est-ce que cela lui permettra de démontrer aux Canadiens qu'il comprend bien les francophones du pays et que la présence de Justin Trudeau n'apporterait rien de plus auprès de cette portion de la population?

La réussite de cette épopée de Michaëlle Jean revient pour beaucoup à la personnalité de la nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie, et il faut la féliciter et lui souhaiter beaucoup de succès dans son nouveau rôle.

Pour ce qui est des ennemis de Stephen Harper qui pourraient devenir ses alliés dans le futur, il faudra être vigilant pour voir venir. Il avait insulté les Chinois en refusant d'assister à l'ouverture des Jeux olympiques de Pékin. Récemment, il a visité la Chine avec une mission commerciale canadienne pour essayer de redorer un blason qu'il a lui-même terni.

Tout récemment, il a réservé un accueil glacial à Vladimir Poutine au sommet du G20 en lui reprochant la présence des troupes russes en Ukraine. Eux qui ont pourtant des façons de gouverner parfois similaires, pourraient-ils devenir les prochains alliés ex-ennemis?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Michaëlle Jean en photos

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter