LES BLOGUES

Faire de la politique autrement

12/05/2014 12:21 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

C'est ce que les politiciens nous promettent régulièrement en campagne électorale. Ils vont même jusqu'à parler de transparence. C'est ce que promettaient Madame Marois et son équipe lorsqu'ils ont obtenu la confiance du peuple pour déloger Jean Charest et le Parti libéral provincial qui avait soulevé beaucoup de controverses en fin de mandat. C'est aussi ce que faisait miroiter Stephen Harper et le Parti conservateur lorsqu'ils ont délogé les libéraux fédéraux que la commission Gomery avait démasqués pour leurs pratiques douteuses.

Cependant, il faut en venir à la triste conclusion que ces gens ont fait ou font de la politique autrement, mais pas comme nous le souhaiterions. En effet, Madame Marois et ses ministres lors de la récente campagne électorale n'ont pas démontré l'assurance de Jean Charest même lorsqu'il ne nous disait pas toute la vérité. Mais il faut réaliser que lorsque les ténors du Parti québécois parlaient de la chartre des valeurs québécoises, on nous induisait en erreur en ne répondant pas directement aux questions concernant les avis juridiques sur cette chartre. On nous laissait entendre qu'il existait des avis juridiques et qu'ils étaient favorables à cette chartre. On disait même qu'ils seraient déposés le moment venu.

Or, des avis juridiques complets sont actuellement introuvables et même l'ex-ministre Drainville et ses collègues ténors de la chartre ne contredisent pas cette constatation. Ils se seraient contentés d'avis verbaux et partiels. Ces non-dits et demi vérités constituent une façon de faire de la politique autrement, mais pas celle à laquelle on se serait attendu. Ce n'est certainement pas de cette façon qu'on va créer la confiance nécessaire pour attribuer à cette équipe le droit de nous créer un pays pour le diriger ensuite.

Stephen Harper a aussi gagné ses élections en brandissant le spectre du Parti libéral fédéral qui avait avantagé ses amis. Or, après avoir obtenu un gouvernement majoritaire, il n'en fait qu'à sa tête et essaie de contourner ou ne respecte pas les lois mises en vigueur par le gouvernement fédéral. C'est quand même incroyable que la Cour suprême doive le ramener à l'ordre sur la nomination d'un juge devant représenter le Québec à ladite Cour suprême, ainsi que sur la modification ou l'abolition du sénat canadien et sur la loi pour combattre la prostitution.

C'est aussi une façon de faire de la politique autrement, mais pas comme nous l'envisageons. Les journalistes devront donc continuer à questionner les politiciens et approfondir leur pensée lorsqu'ils parleront de faire de la politique autrement puisque nous n'avons pas encore atteint le niveau de perfection attendu de nos politiciens.

Est-ce que nos mœurs politiques ont évolué? C'est possible, mais trop lentement puisqu'en retournant en arrière, on constate que les Cyniques décrivaient il y a plusieurs décennies, une situation illustrant que l'on ne faisait pas la politique autrement. Ils disaient ceci : «Des psychiatres ont tenté d'expliquer le comportement de Monsieur Robert Bourassa par ses tics. Selon eux, quand il touche ses lunettes, il dit la vérité ; quand il bouge les narines, il dit la vérité. C'est quand il remue les lèvres qu'il ment.»

Il y a certainement des gens honnêtes en politique, mais il faudrait qu'ils se fassent remarquer et que les gens distinguent clairement leur différence pour leur accorder leurs votes. D'ici là, il nous faudra aussi trouver des lunettes permettant de percevoir la transparence à travers les écrans de fumée et la boue qui cachent la vérité toute nue.

VOIR AUSSI SUR LE HUFF POST

Cour Suprême 5, Harper 0


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?