LES BLOGUES

En grève, en lock-out ou aux postes

08/07/2016 08:25 EDT | Actualisé 08/07/2016 08:25 EDT

Il est confirmé que le seul employé des Postes qui n'est pas menacé de lock-out ou qui ne menace pas de faire la grève cet été, c'est le facteur humidex. Si les syndicats et les dirigeants de Postes Canada continuent à regarder les propositions de l'autre parti au pied de la lettre, on se dirige vers un arrêt de travail des employés des Postes.

Les facteurs de discorde semblent concentrés sur les prestations de retraite et sur les salaires. On dirait même que ça'l'air qu'on ne se rejoindra pas avant longtemps sur ces sujets. Non, mais il faut être timbré pour ne pas réaliser qu'il s'agit encore une fois d'une lutte de pouvoir entre les syndicats et les dirigeants comme cela se produit trop souvent dans toutes sortes d'organisations.

Le volume de courrier posté diminue graduellement parce que maintenant, on communique instantanément par courriel. Si on postait une lettre chaque fois que nous écrivons à quelqu'un, il faudrait que vous couriez continuellement, mesdames et messieurs les facteurs.

Le changement de mode de fonctionnement fait que les employés de Postes Canada manipulent et transportent de plus en plus de colis puisque nous achetons par Internet pour ne pas avoir à nous déplacer. Le magasin vient à nous virtuellement et les facteurs deviennent les livreurs de tous ces commerces.

Le facteur de risque d'une autre grève dans ce secteur d'activités est non seulement une perturbation temporaire des activités courantes au niveau des réceptions des colis, des prestations gouvernementales ou des factures à payer, mais aussi à plus long terme, une augmentation des tarifs. Les seuls à s'en réjouir seront les collectionneurs de timbres qui verront apparaître de nouveaux timbres plus dispendieux à ajouter à leurs albums.

La poste est aussi un facteur de survie des PME et des très petites entreprises qui se prévalent de ce service pour distribuer leurs circulaires et dépliants. Cette façon de procéder pour faire connaître leurs produits et services est plus ciblée que la grande toile Internet. C'est plus efficace et plus rentable que tous les autres moyens à leur disposition.

La direction de Postes Canada cherche par tous les moyens à augmenter ses revenus et à diminuer ses dépenses. Rien de nouveau, tous les dirigeants d'entreprises le font aussi. Il faudra continuer à le faire. C'est bien de nous offrir au comptoir postal du matériel d'emballage, des timbres de collection plus attrayants et populaires que ceux illustrant la Reine, de la monnaie royale canadienne commémorant des événements particuliers, mais il faudra continuer à s'illustrer par un service fiable, rapide, dont la garantie est vérifiable par un suivi de l'envoi sur Internet. La créativité permettra d'augmenter les revenus.

Le contrôle des dépenses ne devrait pas se limiter à la réduction des services ou à la ligne dure quant aux salaires des employés. La prolifération des boîtes multiples est inévitable et il faudra s'y faire. Là aussi, il faudra montrer de la créativité et de la flexibilité pour demeurer un service accessible à tous, quelles que soient leurs conditions de santé. Pourquoi ne pas travailler main dans la main avec ses travailleurs pour identifier des pistes de solutions? Postes Canada, comme trop d'entreprises se comporte comme si elle ne payait ses employés que pour utiliser leurs bras. Bon d'accord, leurs jambes aussi, puisqu'ils en font des pas dans une journée de travail. Il faudrait faire appel à leurs timbres (de voix) aussi puisqu'ils sont près des utilisateurs et pourraient suggérer des pistes de solutions.

Il ne faudrait pas que les dirigeants de la Poste royale du Canada campent sur leurs positions de pouvoir et accélèrent la perte de vitesse de l'organisation en incitant leurs clients à trouver d'autres façons pour communiquer et livrer. Après tout, nous ne souhaitons pas que Postes Canada devienne le plus grand concessionnaire de petits camions cubes usagés au Canada parce qu'il n'aurait plus besoin de toute cette flotte de livraison.

Espérons donc que les syndicats cesseront de faire marcher les employés au doigt et à l'œil pendant que la direction demeurera fidèle à sa clientèle et aux utilisateurs du service postal comme elle souhaite que nous demeurions fidèles aux Postes.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter