LES BLOGUES

Le gouvernement devrait suivre l'exemple de Jésus

03/10/2013 12:28 EDT | Actualisé 02/12/2013 05:12 EST

Le débat souhaité par le gouvernement Marois sur la Chartre des valeurs fait rage. L'expression est d'ailleurs ici très appropriée puisque tant du côté des opposants que des défenseurs de la Chartre, on constate la rage dans les discussions.

Le débat tourne surtout autour de l'interdiction pour les employés de l'État de porter des signes ostentatoires de leurs religions (kippa, kirpan, burka, niqab, voile, turban, croix). Or, comme d'habitude, ce qui est défendu ou dans ce cas-ci, ce qui pourrait être défendu à l'avenir, devient plus attrayant. On a l'impression de voir ces jours-ci plus de femmes voilées.

Comme plusieurs, je suis d'accord que les gens en autorité (juges, policiers, procureurs et agents correctionnels) se voient interdire le port des signes religieux ostentatoires. Je serais aussi d'accord pour bannir la burka et le niqab chez les employés de l'état. Après tout, on veut savoir avec certitude si on fait affaire avec un homme ou une femme. Je serais aussi d'accord pour bannir le port du kirpan qui est une arme, quoi que l'on en dise. Mais la Chartre proposée va trop loin dans les interdictions à mon sens.

VOIR AUSSI: Tous les blogues du HuffPost sur la Charte des valeurs

Nombreux sont ceux d'entre nous qui ont déjà fait affaire avec des fonctionnaires et qui ont été frustrés de la démarche. Pourquoi nous brimer nous aussi? Nous souhaiterions pouvoir savoir à quel dieu adresser nos récriminations selon qu'il ou elle porte la kippa, le voile, le turban, la croix catholique ou la croix orthodoxe lorsque nous quittons en protestant un fonctionnaire qui ne fonctionne pas. Je fais référence ici à ceux qui portent le nom de fonctionnaire, mais qui n'ont pas compris qu'il ne fait pas référence au fait qu'ils fonctionnèrent un jour, sans préciser lequel, ni combien de temps cela a duré.

Cette Chartre pourrait aussi brimer la créativité d'un designer de mode qui voudrait lancer une mode avec une ligne de voiles très attrayants pour accompagner sa ligne de vêtements. Comme les tuques chez certains jeunes hommes, ces voiles pourraient parfois jouer un rôle utilitaire et devenir un moyen de sauver la face et de gagner du temps le matin pour certaines femmes qui n'auraient pas eu le temps de se laver la tête ou de se coiffer.

Et qu'adviendra-t-il des autres signes ostentatoires pourtant très répandus dans notre société? Tolèrera-t-on longtemps le logo de la Sainte-Flanelle qui est omniprésent chez les adeptes très pratiquants de cette religion au Québec? Est-ce que l'on considèrera les fidèles Nordiques comme hérétiques même après le retour de leur équipe et les privera-t-on de porter le logo de leur équipe? Limitera-t-on la taille des drapeaux aux couleurs de la religion Nordique ou Canadienne de Montréal que pourraient vouloir afficher certains bars et restaurants devant leurs établissements les soirs d'affrontements dans le temple local?

Est-ce que la Chartre limitera aussi la taille des arches dorées qui ornent les autoroutes ou nos centres-villes pour attirer les adeptes de la secte de la restauration rapide? Limitera-t-on la taille des seins proéminents des filles sur les calendriers de garage? C'est pourtant un lieu public où l'on invoque régulièrement plusieurs autres saints.

Le gouvernement québécois devrait suivre l'exemple de Jésus qui mettait de l'eau dans le vin pour servir un plus large groupe de disciples. Pour augmenter le nombre des défenseurs de la Chartre, le gouvernement devrait mettre un peu d'eau dans son vin et réduire le nombre des interdictions vestimentaires en plus de démontrer une grande ouverture d'esprit en enlevant le crucifix de l'Assemblée nationale. Après tout, le Christ souffre assez sur la croix sans avoir à entendre tout ce qui se dit à l'Assemblée nationale.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.