LES BLOGUES

La France, l'Afrique francophone et le mariage pour tous

24/04/2013 01:03 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT
Alamy

Les pays africains qui sont des ex-colonies de la France ont la fâcheuse habitude de copier ce qui s'y passe. Les systèmes politiques, économiques et sociaux sont similaires. La France demeure une destination privilégiée pour les étudiants francophones quand vient le temps d'aller étudier en Europe.

En gros, il y a toujours eu cette relation de meneur-suiveur entre la France et ses ex-colonies, la France jouant le rôle du leader.

Dans les années 90, le mandat présidentiel en France était de sept ans, idem pour certains pays de l'Afrique francophone. Quand il est passé à cinq ans, il y'en a qui ont suivi le pas.

Sur la question du mariage des homosexuels, ou du «Mariage pour tous» tel qu'habilement présenté par le Parti socialiste français, la réponse était jusque-là claire : la loi stipulait que «le mariage est l'union entre un homme et une femme». Maintenant que ce «Mariage pour tous» a été adopté en France, est-ce que les pays francophones d'Afrique vont suivre?

Dans certains pays comme le Cameroun, l'homosexualité est (sévèrement) punie par la loi. Les personnes qui se font arrêtées pour délit d'homosexualité sont jetées en prison, où elles subissent toutes sortes de maltraitance - tant de la part des gardiens que des autres détenus - en attendant leur procès qui arrivent souvent un ou deux ans plus tard, voire plus.

AUSSICameroun: l'amour est passible de trois ans de prison, mais la haine reste impunie

La question est donc de savoir si ces pays seront fidèles à leurs habitudes et vont suivre la France en prenant des mesures pour qu'on reconnaisse aux homosexuels les mêmes droits qu'aux hétéros. Au Sénégal, des rumeurs ont commencé en ce sens, si bien qu'il a fallu un démenti formel de la présidence de la République. De toute façon, en parler, c'est déjà mieux que rien. Ailleurs en Afrique francophone, le débat fait rage et déchaine les passions.

Les gouvernements africains sont souvent très critiqués pour leur attitude de «suiveur» par rapport à la France. Si cette fois ils le font, ça vaudra la peine, et ça sera pour une excellente cause.

VOIR AUSSI

Les pays qui ont dit oui